Dans la tête d’un conspirationniste

La pandémie de la COVID-19 nous a fait réaliser beaucoup de choses… comme le fait que nous avons tous des conspirationnistes parmi nos amis et dans notre famille.

 

Il faut savoir que la pensée conspirationniste, on l’a tous à un certain degré. Ce sont en fait des mécanismes qui font partie du cerveau humain normal.

 

Mais on ne devient pas tous des conspirationnistes pour autant, parce qu’on se raisonne et on constate que ça n’a pas d’allure.

 

conspirations covid-19 raisonnement

 

Chez les conspirationnistes, ce raisonnement normal n’arrive jamais, parce que ça fait partie de leur personnalité et de leur identité. Ils se perçoivent comme des « sceptiques », pensent être des champions de l’esprit critique, et doutent de tout. Donc ils ne font plus confiance à rien, et rien ne peut les aider.

 

Je suis sérieux : vous ne pouvez absolument rien faire pour eux à part les ignorer, ou faire en sorte qu’ils aient le moins de visibilité possible.

 

Ce qu’on PEUT faire par contre, c’est d’en parler et de s’éduquer sur la pensée conspirationniste.

 

Donc dans cet article, j’ai pensé décrire quelques-uns des mécanismes impliqués dans les théories de conspiration, et d’utiliser certains exemples précis de la COVID-19 pour les illustrer.

 

avertissements pharmachien

  • Le but de mon article n’est pas de déboulonner / debunker les théories de conspirations en tant que telles. Toutes ces théories sont farfelues et absurdes (et surtout fausses jusqu’à preuve du contraire). Si ça t’intéresse, d’autres le font très bien. Et il y a une page Wikipedia très complète sur le sujet.
  • La pensée conspirationniste est un domaine de recherche assez récent, donc on ignore encore largement le rôle respectif des mécanismes présentés ici. Tout ça évolue, comme toujours en science.
  • Ma liste de mécanismes n’est pas exhaustive. Si le sujet t’intéresse, tu trouveras des tonnes de lectures sur le sujet de l’heuristique et des biais cognitifs (note : c’est trippant). Aussi, mon tome 3 parle de ça.
  • Depuis environ 2017, j’ai tenté d’adopter un ton plus rassembleur et moins polarisant (i.e. un peu moins baveux) dans mes contenus, dans le but d’interpeller le maximum de personnes et d’avoir autant d’impact que possible sur les perceptions et comportements; c’est normal d’évoluer comme vulgarisateur. Mais ici, difficile de ne pas être polarisant envers les personnes qui propagent des théories de conspiration… cela dit, l’article ne s’adresse pas à elles.
  • Les captures d’écran ci-dessous viennent de quelques conspirationnistes au Québec et ailleurs. Je vais cacher leur identité, car encore là ça serait leur donner de la visibilité. Dans quelques cas, j’ai raccourci le texte en collant ensemble les bouts importants (donc inutile de me dire que c’est une conspiration s’il manque des mots dans ton post conspirationniste préféré).

 

 

 

 

Complots, corruption, fraude, secrets cachés… ce sont toutes des choses qui se produisent pour de vrai. Suffit de lire les journaux pour voir que des scandales réels et des complots dégueulasses, il y en a à la tonne.

complots fraude corruption

 

Bref, ce ne sont pas des « théories de conspirations », parce que les complots sont réels, appuyés par des preuves solides, ou du moins, ils sont relativement plausibles.

 

Le problème, à mon avis, vient du vocabulaire utilisé. En anglais, on distingue « Conspiracy » (conspiration, complots, fraude, etc.) de « Grand Conspiracy » (grande conspiration, on va dire).

 

Quand on parle de « théories de conspirations » dans le langage populaire, on fait référence aux grandes conspirations.

 

Ce sont celles qui ont des implications tellement gigantesques et démesurées qu’elles ne sont pas plausibles. Par exemple, le mouvement anti-vaccins est une théorie de conspiration, parce que si on croit que les vaccins ne sont pas efficaces et/ou sécuritaires, ça implique que la quasi-totalité des…

  • … scientifiques
  • … professionnels de la santé
  • … chercheurs indépendants
  • … experts de la santé publique
  • … organismes réglementaires
  • … analystes du gouvernement

… sont soit à la solde de l’industrie pharmaceutique, soit incroyablement incompétents et naïfs.

 

anti-vaccins conspiration millions scientifiques secret

 

Chez les conspirationnistes, le fait qu’il existe des complots ou de la fraude justifie que les grandes conspirations sont tout aussi plausibles. C’est pour ça qu’on voit présentement des comparaisons entre la COVID-19 et des scandales sanitaires, politiques ou financiers (la commission Charbonneau, par exemple).

 

 

Pour être clair, certains complots sont vraiment surprenants et probablement qu’on n’y aurait pas cru avant qu’ils éclatent au grand jour; je pense entre autres à Watergate, ou aux révélations d’Edward Snowden sur la surveillance de masse. Donc en ce sens, ce n’est pas « impossible » qu’une théorie de conspiration s’avère éventuellement réelle.

 

Mais la vaste majorité de celles proposées est basée sur des arguments tellement faibles qu’on ne pourrait pas présumer d’emblée qu’elles sont plausibles. En fait, leur raisonnement est tellement pauvre et bordélique que les conspirationnistes eux-mêmes n’arrivent pas à s’entendre sur laquelle des multiples versions de leur théorie préférée est la bonne.

 

À titre d’exemple, voici les différentes versions d’une théorie de conspiration COVID-19 qui implique les ondes électromagnétiques du réseau 5G :

 

covid-19 coronavirus 5G

 

On a déjà un peu de recherche à propos des théories de conspiration COVID-19, et on sait qu’elles reposent dans presque tous les cas sur des faits clairement déformés ou complètement inventés. Et en général, elles n’ont même pas de sens scientifiquement.

 

Bref, c’est correct et même souhaitable de rester méfiants sur ce qui se passe dans les grandes entreprises et au sein du gouvernement; c’est ce que je fais moi-même. Mais quand le complot proposé devient un film de science-fiction sans scénario qui se tient et avec des rebondissements improbables qui sortent de nulle part… c’est correct aussi de juste l’ignorer.

 

 

 

 

 

(« hyperactive agency detection » en anglais… pas de traduction française officielle à ma connaissance)

 

L’être humain a tendance à présumer automatiquement que les changements autour de lui sont causés, volontairement, par une force ou intelligence extérieure. C’est ce qu’on appelle la détection d’agent (ou d’agentivité).

 

Supposons que tu te promènes dans la forêt et que tu entends une branche craquer. Ton premier réflexe sera de te demander quelle sorte d’animal (agent) a fait craquer la branche.

 

Pour les anciens humains, c’était avantageux de tenir pour acquis que toute manifestation imprévue était un danger potentiel (prédateur, ennemi, etc).

 

détection d'agent

 

Bref, c’est un système essentiel, un raccourci qui s’est développé dans l’évolution pour nous protéger.

 

Mais dans la pensée conspirationniste, la détection d’agent est hyperactive : la personne attribue des agents là où il n’y en a tout simplement pas.

 

Par exemple, les conspirationnistes n’acceptent pas que la pandémie soit le résultat du hasard. Il faut absolument qu’un agent (une intelligence) en soit à l’origine. Parmi les candidats proposés :

  • Le gouvernement chinois
  • Bill Gates
  • Les compagnies de téléphonie 5G
  • L’armée
  • L’État profond (« deep state » aux États-Unis)
  • L’industrie pharmaceutique

 

D’autres y voient une sorte de manifestation divine, spirituelle ou ésotérique. Ça aussi c’est un « agent ».

 

 

Pourtant, on sait depuis longtemps que le fait de vivre en trop grande proximité avec (ou pire, manger) des espèces animales exotiques augmente le risque que des nouveaux virus fassent leur chemin chez l’humain. La pandémie n’est donc pas totalement le fruit du hasard…

 

… mais c’est très différent de présumer que Bill Gates a financé sa création dans un laboratoire secret.

 

bill gates covid-19

 

Donc à la limite, s’il y a un « agent » dans la pandémie de la COVID-19, c’est l’humanité en tant que telle.

 

 

 

 

 

(expression compliquée pour dire qu’on voit des patterns là où il n’y en a pas)

 

Quand on regarde les nuages, on voit des formes y apparaître : personnes, animaux, objets, etc. C’est que notre cerveau est super bon pour voir des patterns qui n’existent pas (on appelle ça la paréidolie, d’ailleurs).

 

Heureusement, la plupart des gens sont conscients que ces patterns ne sont pas réels. Donc dans une deuxième étape, ils se raisonnent.

 

PERCEPTION DE CONFIGURATION ILLUSOIRE patterns

 

Chez les conspirationnistes, cette deuxième étape est altérée. Donc le pattern qu’ils ont l’impression de voir dans un ensemble d’événements aléatoires demeure réel dans leur tête.

 

Un bon exemple, c’est la théorie de conspiration selon laquelle la tragédie du 11 septembre 2001 était annoncée d’avance dans une tonne de chiffres et calculs bizarres.

 

11 septembre chiffres coincidences conspiration

 

Ce sont simplement des coïncidences. On pourrait trouver beaucoup plus de calculs et de chiffres en lien avec l’événement qui ne vont pas du tout dans ce sens-là. 

 

Dans le cas de la COVID-19, on a vu beaucoup de conspirationnistes prétendre que les chiffres offerts par la santé publique sont gonflés, se tracer leurs propres courbes, analyser leurs propres données… et y voir des patterns qu’eux seuls jugent avoir remarqué.

 

covid-19 conspirations courbes chiffres gonflés

 

Ils voient aussi un sens caché dans certains mots, chiffres ou lettres:

 

 

Ou encore, ils voient des liens exagérés dans des événements banals.

 

covid-19 anthony fauci bill gates

 

 

 

 

 

Quand on est incompétent sur un sujet, on a tendance à croire qu’on est plus compétent que la réalité… parce qu’on n’a pas la compétence pour réaliser qu’on est incompétent (!!!).

 

Ok, c’est dur à comprendre, donc mettons ça sur un graphique.

  • L’axe vertical représente la confiance qu’une personne a en sa propre compétence sur un sujet (i.e. je me sens connaissant ou pas, bon ou pas bon).
  • L’axe horizontal représente sa compétence réelle (ex. à quel point elle est bien informée et qualifiée, pour de vrai).

 

effet dunning-kruger covid-19 coronavirus

 

Ce qu’on remarque, c’est que les personnes peu compétentes se pensent SUPER bonnes. Elles surestiment dramatiquement leur niveau de connaissance, alors qu’elles sont extrêmement mal informées et que leur compétence réelle en la matière est quasi-nulle. C’est là que se situent typiquement les conspirationnistes.

 

Par contre, encore une fois, c’est un effet qu’on subit TOUS, à différents degrés.

 

Heureusement, en acquérant plus de connaissances, la majorité d’entre nous vont se rendre compte que leur niveau de compétence sur des sujets complexes (ex. en sciences) est faible, et donc vont hésiter à en parler avec assurance.

 

L’effet Dunning-Kruger, c’est ce qui fait que les personnes anti-vaccins pensent connaître mieux la science de la vaccination que les experts (attention, ce qui suit est hilarant) :

 

 

Ça fait aussi en sorte que certaines personnes croient que leurs prédictions et conseils sur la COVID-19 sont meilleurs, et qu’on devrait les écouter, sous prétexte qu’elles ont « beaucoup lu sur le sujet ».

 

covid-19 beaucoup lu

 

 

 

 

 

 

Les conspirationnistes déploient beaucoup d’efforts pour nous convaincre qu’ils/elles sont des personnes très allumées, critiques, des esprits libres en quête de vérité qui se questionnent constamment et osent remettre en question l’autorité.

 

Autrement dit : « Je ne suis pas conspirationniste, sauf que… »

 

je ne suis pas conspirationniste MAIS

 

Ils vont même parfois partager des trucs pour reconnaître les fake news sur le web, et des memes sur l’esprit critique et le scepticisme…

 

covid-19 meme joker esprit critique

 

… ou prétendre qu’ils/elles ont une logique implacable.

 

covid-19 conspirationniste logique

 

Mettons quelque chose au clair.

 

Quand on parle de « scepticisme », on parle en fait de scepticisme scientifique (ou rationnel). C’est une position épistémologique (étude de la connaissance), dont les bases modernes ont été précisées entre autres par Carl Sagan. Ce courant stipule notamment que toute allégation doit être soutenue par des preuves factuelles suffisantes. Les arguments sont évalués selon leur qualité. Les biais de raisonnement sont considérés et idéalement contrôlés dans la démarche. Et toutes les hypothèses alternatives doivent être évaluées avant d’accepter une théorie (i.e. on doit chercher d’autres explications à celle qui nous semble évidente de prime abord).

 

En langage plus simple, ça veut dire qu’être réellement « sceptique », c’est d’appliquer la démarche scientifique.

 

Or, dans la pensée conspirationniste, on est en fait à l’inverse de la démarche scientifique. De façon très résumée :

 

démarche scientifique conspirationniste

(c’est aussi la démarche utilisée par les pseudosciences en général)

 

Bref, remettre en doute le consensus scientifique, se baser sur ses propres données, ou faire la promotion de théories de conspiration, ce n’est pas être sceptique, et ce n’est pas faire preuve d’esprit critique.

 

 

 

 

 

Notre cerveau a tendance à noter/retenir surtout les informations qui font notre affaire. Ce qui CONFIRME ce qu’on pense déjà, on le remarque et on le retient. Et on ignore/oublie le reste.

 

Un de mes exemples préférés, c’est les chicanes de couple à propos du siège de toilette (que j’ai moi-même vécu d’ailleurs).

 

chicane siège de toilette levé baissé

 

Encore une fois, le biais de confirmation touche 100% d’entre nous. En fait, c’est probablement un des bugs de notre cerveau qui affecte le plus nos souvenirs et notre quotidien.

 

C’est juste que chez les conspirationnistes, on le voit à l’œuvre plus facilement.

 

Par exemple, ils vont conseiller d’ignorer tous les experts qui ne vont PAS dans le sens de leur idéologie, disant qu’ils sont « vendus » ou « non-crédibles »… pour ensuite choisir et citer leurs propres experts.

 

didier raoult autorité biais de confirmation

 

Ou encore, ils vont « en prendre et en laisser » dans les propos d’un expert, selon ce qui fait leur affaire ou non, comme ici :

 

naturopathe anti-vaccins paul offit

 

Ils vont aussi voir des soudaines « preuves » ou révélations extraordinaires (qui confirment leurs idées) à partir de déclarations banales et non-controversées.

 

 

Mais surtout, le biais de confirmation se manifeste quand on fait des recherches sur Internet.

 

On pense qu’on cherche la vraie réponse à notre question, mais inconsciemment, nos recherches vont surtout dans le sens de ce qu’on croit déjà.

 

Il n’y a aucun antidote contre le biais de confirmation, à part être conscient qu’il existe, ce qui amoindrit un peu son effet.

 

D’ailleurs, la plupart d’entre nous finiront par réaliser la complexité des sujets scientifiques et s’en remettre à des sources fiables, ou encore iront confirmer l’information auprès de personnes qui s’y connaissent.

 

 

Mais chez les conspirationnistes, les sources d’informations utilisées sont extraordinairement mauvaises, ils se les échangent entre eux et rejettent tout ce qui vient de l’extérieur. Donc ils/elles se retrouvent prisonniers de leurs théories, incapables de voir autre chose.

 

mercola

(un autre bon exemple est la femme plus haut qui disait avoir lu « plus de 1000 heures » sur le sujet dans sa vie)

 

 

 

 

 

Les conspirationnistes se font ramasser solide présentement, avec raison. Leur stratégie préférée est alors de :

  • crier à la censure
  • prétendre être persécutés pour leur ouverture d’esprit
  • se positionner en nobles sonneurs d’alarme
  • se plaindre qu’ils se sentent comme dans le roman 1984, victimes d’un « crime de pensée »
  • clamer haut et fort leur supériorité intellectuelle
  • affirmer qu’ils sont le dernier bastion de la liberté d’expression et de l’intégrité
  • traiter les autres de moutons (ou autre animal jugé anthropomorphiquement crédule)

 

victimisation persécution conspirationnistes

Ça n’avance pas vraiment leur cause cela dit. C’est juste gossant.

 

 

 

 

 

Comme tu peux le constater, il n’y a pas de ligne claire entre une personne « conspirationniste » ou non, car les mécanismes de la pensée conspirationniste sont présents chez tout le monde. Aussi, si une personne se pose des questions, qu’elle a des doutes ou des inquiétudes en lien avec une des théories proposées, c’est tout à fait correct et normal ! En ce sens, c’est une excellente idée de garder la discussion ouverte.

 

Donc une autre façon de voir les choses, c’est de se dire qu’il y a des personnes intéressées et ouvertes à la discussion… et d’autres qui ont déjà toutes leurs réponses et ne veulent que prouver leur point. C’est avec ces dernières que la conversation est perdue d’avance.

 

Donc voici quelques conseils : 

 

À NE PAS FAIRE

  • Donner de la visibilité aux personnes qui font la promotion de théories de conspiration, leur offrir une plate-forme pour répandre leurs idées, ou partager leurs posts.
  • Les inviter dans les médias (ça semble une évidence, mais pas toujours respecté).
  • Tenter de « débattre » individuellement avec eux.
  • Les provoquer ou les insulter.

 

À FAIRE

  • En parler (entre personnes intéressées au sujet).
  • Démontrer (avec l’humour, par exemple) à quel point c’est facile de créer des fausses conspirations.
  • Fournir des liens vers des sources crédibles pour les personnes intéressées.
  • S’éduquer et se sensibiliser collectivement aux dangers de la pensée conspirationniste.
  • Se familiariser avec les fondements de l’esprit critique (le vrai, pas celui que les conspirationnistes prétendent avoir).

 

Si un de tes proches est tombé dans les théories de conspiration, l’idéal est d’éviter ces discussions avec lui/elle.

 

Mais si malgré tout ça il insiste pour en débattre avec toi, voici ce que je te propose de lui répondre :

 

 

P.S. Exceptionnellement, je n’ouvre pas la section commentaires ci-dessous; ça deviendrait juste un babillard pour encore plus de conspirations. Mais tu peux me suggérer une correction ou précision.

Back to top