Le sucre rend-il les enfants hyperactifs ?

sucre_header

Tes enfants sont-ils en train de virer fous à cause de tous les popsicles et de la crème glacée qui leur tombe sous la main cet été ?

Deviennent-ils des bêtes déchaînées à l’Halloween ?

Veulent-ils s’entretuer pour le premier morceau de gâteau dans les fêtes d’anniversaire ?

C’est la faute du sucre, c’est clair.

J’ai déjà parlé du sucre et vous savez déjà que j’ai une relation compliquée avec ce dernier. D’ailleurs, nous en consommons beaucoup trop et il est coupable de bien des choses dans notre société…

… mais pas de rendre les enfants turbulents ou hyperactifs.

Ne me crois pas sur parole : lis la BD ci-dessous pour t’en convaincre.

Note : Je sais que beaucoup de gens attendent impatiemment que je publie une BD sur le trouble de déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH), car c’est la demande #1 qu’on me fait… mais ce n’est pas celle-ci. Ça viendra, promis !

Mes voisins quand j'étais jeuneMes voisins quand j'étais jeune (la suite)Diète FeingoldSituations perturbantes et enfants hyperactifsUn peu de psychologie infantileConclusion

 Aimer la page Facebook du Pharmachien

 

Partager cet article

 

Si tu as aimé cet article, le Pharmachien te suggère également :

92 Responses to Le sucre rend-il les enfants hyperactifs ?

  1. Janne-Josée Lessard

    J’ai déjà entendu dire que la consommation régulière “exagérée” de sucre pouvait avoir rapport avec de l’anxiété ou même conduire à un état dépressif… un peu comme l’alcool que ce soit chez l’enfant ou l’adulte. Qu’en dites-vous?

    • Salut Janne-Josée !

      Je ne suis pas au fait de toutes les recherches effectuées à ce niveau, mais je vais te proposer mon impression personnelle.

      La consommation élevée de sucre est l’un des facteurs qui contribue aux problèmes de santé les plus inquiétants en ce moment. Par exemple, l’obésité conduit au diabète et aux maladies cardiovasculaires, puis à partir de là, tout dégringole. Je n’ai aucun doute qu’il y a un lien à faire entre les états dépressifs, l’anxiété et de telles maladies. Par contre, je doute que la consommation de sucre en tant que telle soit directement liée à des troubles de santé mentale. Si quelqu’un en sait plus ou aimerait me contredire avec des études crédibles sur le sujet, son intervention sera la bienvenue !

      Merci pour ton commentaire et A+!

      Olivier

      • Bonjour

        Je ne suis pas tout à fait d’accord sur l’absence de lien entre sucre et dépression.

        En effet, le sucre jouant un rôle sur le circuit neuronal de la récompense, avec sécrétion de neuroendorphines, on peut penser qu’il a un fonctionnement pouvant se rapprocher d’une drogue (très douce)
        Une personne habituée à manger du sucre ne va-t-elle donc pas ressentir un manque léger quand elle n’en prend pas, et donc ressentir une forme d’apathie, voire de déprime ? Je n’utilise pas le mot dépression qui me semble un peu fort.

        Des troubles de la santé mentale, non, je n’irai pas jusque là, mais une forme de déprime me semble plus que possible.

  2. Bonjour,
    Merci pour cet article, comme a chaque fois, c’est toujours un régal a te lire.

    J’ai aussi entendu dire que le sucre ne serait pas obligatoire, qu’au contraire même ca serait un poison pour l’organisme et serait aussi considéré comme une drogue par celui-ci (l’organisme se trouvant “en manque” en cas d’absence).
    Vrai ou faux ?

    • Salut Denis !

      Pour répondre en question, je dois d’abord remettre en perspective ce qu’on entend par “aliment sucré”. Par là, on entend les aliments qui contiennent du sucre AJOUTÉ, pas seulement le sucre naturellement présent dans l’aliment (comme dans un fruit, par exemple).

      Les glucides sont les sucres qui existent naturellement dans les fruits et légumes, les céréales, les produits laitiers, etc. Ces derniers sont indispensables pour le fonctionnement du corps humain, puisqu’ils constituent notre source d’énergie principale. On ne peut donc pas dire que le sucre est un poison; c’est à vrai dire quelque chose d’essentiel.

      Mais encore une fois, car le but ici n’est pas de jouer avec les mots, le sucre ajouté dans les aliments est définitivement néfaste pour la santé de manière générale, du moins lorsque consommé sur une base régulière et en grande quantité. De nos jours, il y a du sucre dans presque tout : pain, yogourt, céréales, charcuteries… C’est difficile de s’en sortir.

      Enfin, je ne qualifierais pas le sucre ajouté de “drogue”, car je ne pense pas qu’on y développe une réelle dépendance (je peux me tromper). Par contre, consommer du sucre devient rapidement une habitude et crée des attentes. Il suffit de boire du thé glacé non sucré pour avoir la réaction immédiate : “Me semble que ça serait meilleur avec un peu de sucre”. J’ai décrit ce phénomène très inquiétant dans ma BD sur les édulcorants :

      http://lepharmachien.com/edulcorants/

      Merci pour la question et à bientôt !

      Olivier

      • Techniquement, on peut se passer de sucre (exogène).

        Tout dépend ce qu’on entend par « dépendance ».

  3. J’avais abandonné l’idée de contredire les parents qui me sortaient toujours la même phrase comme quoi le sucre rendait leurs enfants hyperactifs… comment pouvais-je les convaincre alors que leurs observations démontraient le contraire? Je me servirai de ta BD à l’avenir 😉

    Bon travail en passant :)

  4. Valérie Goulet

    Quand le sucre en question est du chocolat, est-ce que la quantité de caféine qui s’y trouve pourrait en effet agiter les enfants?

  5. Mariane Lacroix-langevin

    Wow! Toujours aussi parfait et juste assez drôle! Merci!

  6. Je doit dire, y’a du vrai dans l’idée qu’interdire tout aliment sucré aux enfants est une mauvaise idée. Dans mon cas, mes parents étaient très conscientisés par rapport à l’alimentation, et donc assez stricts côté bouffe: ma mère choisissait uniquement des recettes santé dont elle diminuait les quantités de sucre et de gras au maximum, et on mangeait de “vrais” desserts (ou du fast-food, des chips, etc.) une ou deux fois par année, maximum. Le résultat c’est qu’une fois ado j’ai eu une période où j’ai abusé intense des sucreries et du fast food et j’y ai développé une relation fuckée avec ces aliments où ils représentaient à la fois une rébellion contre mes parents, du réconfort émotif parce qu’être au secondaire c’est poche, et des récompenses pour tout et rien. Bref, peu importe si le sucre est un véritable poison ou non, on vit dans un monde où y’en a plein, partout. À mon avis c’est mieux d’enseigner au enfants à le consommer modérément et en pleine conscience de ses effets sur la santé plutôt que de l’interdire – les interdits ont toujours un attrait démesuré, et il vient toujours un moment où il n’est plus possible pour les parents de contrôler ce que leur progéniture mange!

  7. Haha, excellente BD ! Merci beaucoup !

    En passant, juste une petite erreur s’est glissée: “De toute façon, ilS vont…”. 😉

  8. La consommation de sucre libérant de la dopamine, est-ce que les enfants avec un TDAH n’auraient pas tendance à en consommer plus ? En d’autres termes, est-ce que l’hyperactivité n’entrainerait pas la consommation de sucre ?

    • Pas une mauvaise hypothèse, considérant que le TDAH a été associé à un manque de dopamine. J’ignore par contre ce qu’il en est de la sécrétion de dopamine associée à la consommation de sucre.

      Par contre, il faut garder en tête que la dopamine fait partie de tous les mécanismes de “récompense”, donc c’est très vaste et ça s’applique à une tonne de comportements. Par exemple, est-ce que les enfants avec un TDAH ont plus de risque de développer un problème de jeu compulsif à l’âge adulte ? (à vrai dire, je ne serais aucunement surpris si c’est le cas !)

      Merci de participer à la discussion !

      Olivier

      • Les individus ayant un TDAH sont généralement plus à risque à toutes les dépendances (drogue, jeu compulsif, jeux vidéo, Internet…). Les personnes non-médicamentées étant plus à risque. De nombreuses études ont été faites sur le sujet. Plusieurs facteurs ont été relevés comme la tentative d’automédication (drogue), la dopamine, l’impulsivité, etc.

      • C’est très simpliste de parler de manque de dopamine, par ailleurs le TDA/H (truc vague de toute façon) a été aussi associé à une suractivité dopaminergique.

        • Si c’était le cas, un enfant sous psycho-stimulants avec un TDA/H deviendrais complètement insupportable. Les psycho-stimulants AUGMENTENT l’activité dopaminergique.

          • je travaille sur le TDAH depuis 10 ans comme neuropsychologue, et je peux affirmer que le TDAH n’est pas associé à une suractivité dopaminergique, mais à l’inverse comme le mentionne Maxime avec raison. Le Ritalin (Méthylphénidate) est un “agoniste” de la dopamine ce qui signifie qu’il agit comme la dopamine dont le fonctionnement est anormal chez les personnes avec un TDAH

  9. Le livre Grainbrain explique beaucoup les effets du sucre sur les maladies mentales, la depression. C’est ecrit par un neurologue dr en nutrition. Tres interressant ce livre.

  10. Bonjour!

    D’abord, je voulais te dire que j’aime beaucoup tes bandes-dessinées! Merci de vulgariser l’information pharmaceutique ainsi. C’est toujours éclairant. :)
    Par contre, je me demandais si tu avais déjà envisagé de joindre la liste de tes sources à la fin des infographies.
    … Même si c’est plate écrire une bibliographie
    … Même si presque personne risque de la consulter, parce que c’est encore plus plate à lire.
    … Même s’il est probable que la majorité des gens aient pas accès aux sources qui sont souvent uniquement disponible sous abonnement. (Il me semble que tu avais déjà mentionné consulter PubMed…)
    La science crédible, c’est aussi citer ses sources afin d’avoir une méthode de recherche transparente… ce qui manque généralement à la pseudo-science.
    Et pour combattre la pseudo-science, il ne faut pas répéter ses erreurs. 😉

    Merci!

    – Une bibliothécaire zélée

    • Salut Marie-Renée !

      En fait, c’est une excellente question que je me pose depuis longtemps et sur une base continuelle, mais je n’ai pas l’intention de changer mon approche.

      La raison principale pour cela (en plus de celles que tu mentionnes) est que je suis complètement désillusionné par rapport à la citation de références, car elles donnent une fausse impression de crédibilité. Sur le web, tu trouveras une tonne de sites web douteux qui citent des dizaines de références en appui à des articles d’une qualité horrible, sans même avoir interprété ou même lu ces dernières. Les médias emploient exactement la même méthode, ce qui explique la qualité absolument atroce de l’actualité scientifique dans les journaux et à la télé. C’est là le vrai problème avec la pseudoscience en 2014 : c’est le surplus et/ou l’utilisation irresponsable, et non le manque, de citations.

      C’est une position qui ne plaira pas à tout le monde mais que je défendrai ardemment. D’ailleurs, j’élaborerai ce point de vue dans un super projet relié au Pharmachien que j’ai très hâte d’annoncer…

      Merci pour ton commentaire !

      Olivier

      • Entièrement en accords avec ça! De nos jours tout le monde utilisent les “sources” comme preuve irréfutable de tout et de rien. “C’est vrai yà un article la dessus sur le site untel!” Malheureusement, même les sources ayant habituellement une certaines crédibilité peuvent dirent ou mettre n’importe quoi sur leur site. Les seules sources valable sont souvent des publications écrites et encore.

        Le nombre de fois où j’ai repris des gens qui affichaient n’importe quoi sur le mur facebook en tant que vérité et que c’était tout simplement des mensonges servant à prôner tel ou tel idée ou idéologie je ne les compte plus. D’ailleurs, je ne le fait plus sinon je passerai mon temps à reprendre tout le monde. Le monde aime ça le sensationnel, que veux-tu? Et la vérité est souvent moche, terne et plate alors ils préfèrent croire le sensationnel.

        J’aime mieux ton concept. Le pharmachien le dits faque c’est vrai. :)

        Continue ta super de bonne job!

        J’apprend des choses et j’aime ça! C’est simple et facile de lecture pour le monde qui n’ont pas des heures de lectures à consacrer à des sujets aussi délicats.

      • Bonjour Olivier,
        au sujet de la nutrition en lien avec la santé, je suggère l’excellent site web “Extenso” qui est tenu par des nutritionnistes de l’Université de Montréal, on y aborde des sujets comme les mythes entourant certaines diètes et la santé mentale et on mets des références scientifiques à l’appui.

  11. J’adore la vulgarisation de tes BD et les parties ”psycho” impossible de ne pas rire car c’est tellllleeeeement trop représentant des fausses idées que le monde se créent pour ”se” déculpabiliser et déresponsabiliser !!

  12. J’ai travaillé longtemps dans des camps de vacances, avec plusieurs groupes d’âge mais surtout les plus petits (4 – 5 ans).

    Je me souviens d’une année où, à la fin des camps, pour célébrer, j’avais amené des pop sicles aux jeunes de mon groupe. En plus, deux gentilles mamans avaient cuisiné des collations (carrés rice crispies + biscuits à la mélasse). Et l’administration du camp avait elle aussi payé… encore des pop sicles! Oh god. On récapitule, en-dedans de deux heures, chaque enfant avait avalé 4 collations.

    Ce jour-là, mon groupe a été crissement du trouble, comme qu’on dit. Ils tournaient tous sur eux-mêmes à grande vitesse en faisant des bruits d’animaux. Et bien que plusieurs avaient pointé le sucre comme étant responsable du chaos, j’étais plutôt d’avis que les enfants étaient excités parce que C’ÉTAIT LA FIN DES CAMPS TOUT LE MONDE ÉTAIT LÀ LES GENS LEUR DONNAIENT DES CHOSES À MANGER Y’AVAIT DES JEUX GONFLABLES PIS DU MAQUILLAGE PIS DES CHANSONS PIS DU SOLEIL PIS DES POP SICLES PIS ENCORE DES JEUX PIS LES MONITEURS ÉTAIENT PLUS GENTILS QUE D’HABITUDE!

    Voilà. Il faut examiner selon moi non pas la quantité de sucre ingérée, mais le contexte dans lequel le sucre est offert!

  13. ah enfin! je suis pas seule au monde à être de cet avis….
    c’est pas le sucre le pire dans les bonbons mais les additifs….
    mais je n’ai jamais encore réussi à convaincre mes amis américains. pour eux les enfants sont excités si ils mangent trop de sucre….

  14. C’est un peu à côté du sujet principal, mais dans une réponse vous faites mention de sucre ajouté et de fruits, je me demandais ce que vous pensez de cette vidéo très populaire sur la consommation de sucre, notamment du fructose qui serait toxique http://www.donotlink.com/oop

    • Salut Alex !

      Sans avoir écouté la vidéo en question, je présume que par “toxique” ils font référence au fait que le fructose est l’un des sucres simples les plus facilement assimilables par l’organisme, et donc l’un des moins bons pour la santé. C’est bien connu en effet. Tu as peut-être entendu parler d’ailleurs du “sirop de maïs à haute teneur en fructose”, qui est souvent cité comme à l’origine de l’épidémie d’obésité en Amérique du Nord, de par sa présence dans une tonne d’aliments.

      Inversement, les aliments qui contiennent des sucres complexes, ou encore des sucres associés à une forte densité de fibres alimentaires, sont assimilés plus lentement par l’organisme et sont donc moins dommageables.

      Merci pour la question ! À bientôt !

      Olivier

      • Charles-André Fortin

        En fait ce que Robert Lusting explique c’est que le fructose un sucre simple comme tu as dit est métabolisé seulement par le foie et peu entraîner par l’abus les même problème au foie que l’abus d’alcool.

        Il explique (j’y vais de mémoire en ce moment) que l’augmentation de la consommation de fructose dans l’alimentation est directement corrélé (Non prouvé) avec l’obésité chez les enfants. Je ne me rappelle plus s’il explique que le fructose serait une des sources probable de résistances à l’insuline…

        Il est quand même crédible c’est un leader dans la recherche de l’obésité chez les jeunes. Mais ce vidéo reste un argument de type “appel à l’autorité” ce qui ne vaut pas grand chose en science… 😉

        C’est aussi un de mes chercheurs favoris.

        C’est plus ça.

      • Bonjour Olivier, que penses-tu de la stavia? est-ce un succédané intéressant? ou est-ce aussi mauvais que le sucre ordinaire?

  15. Petite question que je me pose depuis un bout: Est-ce qu’il y a un âge où les enfants ne devraient pas consommer d’aliments sucrés (ex.: popsicles, gâteau)? Parce que j’ai déjà entendu que ce n’était pas recommandé en bas de 2 ans. Est-ce vrai? Merci!

    • Allo Geneviève !

      J’ai posé la question à Bernard Lavallée, nutritionniste et auteur du du blogue Le Nutritionniste Urbain (http://nutritionnisteurbain.ca).

      Selon lui, il n’y a pas de recommandations précises quant à l’âge. Par contre, voici ce qu’il m’a dit et qui résume parfaitement la situation :

      “On ne va pas tuer notre enfant en lui donnant un aliment sucré, mais c’est certain que le plus longtemps on attend avant d’introduire ce genre d’aliments, le mieux il se portera ! Vaut mieux lui faire découvrir tous les aliments nutritifs avant !”

      Merci pour ta question Geneviève et à bientôt !

      Olivier

    • Bernard suggère également de suivre les recommandations canadiennes :
      http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/nutrition/infant-nourisson/recom/recom-6-24-months-6-24-mois-fra.php

      “Il faut expliquer aux parents et aux dispensateurs de soins qu’ils doivent limiter ou éviter l’ajout de sel et de sucre lors de la préparation de nourriture pour les jeunes enfants. Ainsi, le jeune enfant peut goûter les saveurs naturelles des aliments.”

  16. J’adore tes articles informatifs et amusant à la fois ! C’est vraiment original !

  17. Article/bédé comme d’habitude fascinant(e). Et je vois que tu es fan des Simpsons, je trouve une allusion à au moins deux épisodes, en plus des mentions explicites.

  18. En effet! du sucre, ça ne se prend pas en vase clos! Plus tu leur interdit d’en prendre, plus ils vont capoter quand ils vont avoir le droit. En plus, qui dit gâteaux et bonbons dit pour ainsi dire presque toujours chocolat aussi, qui, lui, contient de la caféine.

    • Il y a plus de théobromine que de caféine dans le chocolat.

      • Je ne suis pas expert mais il me semble que c’est un peu comme dire “Je ne porte pas de bas. Je porte des chaussettes!” Les 2 substances font partie de la même familles et ont sensiblement les mêmes effets et le même potentiel…

  19. Salut,
    J’adore tes articles, tu pourrais nous parler de l’obésité ? Dans ma famille on est plusieurs a en souffrir mais je ne crois pas que c’est une maladie (plus un trouble de santé). Les médecins font beaucoup de pressions sur les obèses pour qu’on perdre du poids. Je me suis même fait dire que j’étais grosse dans un hôpital, alors que je n’étais là que pour une prise de sang. Avec les années, on reçoit beaucoup de critiques et de regards des gens, ce qui est triste c’est de s’y habituer. Je n’aime pas me dire que je pourrais avoir le diabète, avoir de l’hypertension, un taux de cholestérol élevé, faire un AVC ou mourir. C’est affreux se faire dire ça à mon âge. J’ai déjà des répercussions sur mes genoux et j’ai changé mon alimentation (je suis devenue végétalienne). On dirait seulement que les gens ne prennent pas les cas plus sérieusement. C’est très psychologique la majorité du temps (stress, deuil, rupture, problème au travail…) Je n’ai jamais compris le phénomène que ça crée en société autant pour les gars que pour les filles.

    • Salut !
      C’est une EXCELLENTE idée de faire une BD pour parler de l’obésité ! Crois-le ou non, aussi évident le sujet soit-il, je n’y avais jamais pensé. C’est noté !
      A+!
      Olivier

  20. C’est beau tout ça, mais les sources, où sont-elles?

  21. Haha de un j’adore ton site, j’utilise presque toujours tes bédés pour expliquer certaines choses à des personnes ésotériques et/ou mal informées de mon entourage…et celle-là ma belle-soeur va particulièrement l’apprécier elle qui s’entête à me répéter que bien qu’elle ait fait boire du Hawaiian Tropical Punch machin machin rouge douteux (AKA eau+sucre+colorant+ saveur artificielle) à mon fils de 22 mois, il a été un ange quand même! 😛 C’est pas le sucre dans le jus qui m’énaaaarve c’est le manque de valeurs nutritives dans ce “jus” qui fait que je préfère que mon garçon boive de l’eau ou du lait et ne découvre pas trop vite les joies et délices (discutables) des punchs! 😉 Et je suis bien d’accord qu’en dosant l’accès aux sucreries on prévient l’effervescence que les enfants peuvent avoir en ayant soudainement accès à une sucrerie…tsé moi aussi je serais énervée en tabarouette si on m’interdisait depuis x années de manger d’la tarte au citron et que soudainement j’pouvais en manger…tassez-vous de d’là, j’vous l’dis!

  22. Merci de votre réponse Olivier. Vous avez raison, cette position ne me plait pas mais vous en êtes certainement libre. Il est vrai que vous avez la liberté d’écrire ce que vous voulez sans rien référencer car le choix pour le lecteur de s’informer ne vous incombe pas. Vous ne pouvez assumer la responsabilité des actions (ou inactions) des autres après tout. Au même titre que les partis politiques peuvent bien mettre leurs programmes électoraux en ligne, rien n’oblige la population votante à les lire et s’informer.

    Ce n’est pas à vous à déterminer la capacité de penser de façon critique de la population,et donc de ne rien fournir comme référence, mais vous avez la liberté absolue de cette opinion.

    Je peux comprendre que vous soyez désillusionné par rapport à la citation de références, qu’elles donnent une fausse impression de crédibilité, mais à mes yeux, l’absence de références donne une apparence d’absence complète de crédibilité.

    Sur mon propre blogue pasdechatsicitte et depuis que je fais des podcasts, des articles et des passages sur différentes émissions radio ou en ligne (rien de majeur là)), je m’assure d’avancer des propos qui sont référencés car je préfère jouir d’une certaine crédibilité que d’un flou de crédibilité. Mais c’est mon choix, ma perspective et ça n’implique que moi.

    Dans votre “à propos de moi”, vous dites pratiquer une politique de transparence (http://www.synaupsis.com/transparence/). Bien que je comprenne que c’est en lien avec votre travail, je ne vois pas pourquoi ne pas le faire avec votre blogue (Le Pharmachien), surtout si votre intention est d’éduquer. Mais au moins, votre approche est parfaite pour une clientèle qui n’est pas prédisposée à penser de façon critique. “Y’a des beaux dessins!”. 😉

    Bref, longue vie à vous et à votre blogue :-)

    testdummy

    • J’accepte toujours la critique. Par contre, vu que tu as daigné m’illuminer de tes savants conseils, tu permettras sûrement que je te fasse deux remarques en retour :

      1) Ton blogue existe depuis le 2 juillet 2014, soit exactement 12 grosses journées en date de ton présent commentaire. Donc merci de me faire la morale en portant à mon attention les nombreuses citations dans tes 3 articles.

      2) À aucun endroit sur ton site tu mentionnes ton nom, tes qualifications, ce que tu fais dans la vie ou quoi que ce soit d’autre à ton sujet. Je vais donc te dire, en m’empêchant très difficilement de l’écrire en “caps lock” : qui es-tu pour me donner des leçons de transparence et de crédibilité ?

      Sur ce, bonne chance avec ton site libertarien / anarcho-conspirationniste, où tu sembles te plaire à comparer le système d’éducation québécois aux Nazis.

      A+

      Olivier

  23. “Les glucides sont les sucres qui existent naturellement dans les fruits et légumes, les céréales, les produits laitiers, etc. Ces derniers sont indispensables pour le fonctionnement du corps humain, puisqu’ils constituent notre source d’énergie principale. On ne peut donc pas dire que le sucre est un poison; c’est à vrai dire quelque chose d’essentiel. – See more at: http://lepharmachien.com/sucre/#sthash.YtlbQu71.dpuf

    Le sucre n’est que notre source d’énergie principale si on en fait le choix. On peut très bien survivre et être en excellente santé sur une diète complètement dénuée de glucides. Certes, certaines cellules nerveuses ainsi que les érythrocytes continueront d’avoir besoin de glucose, mais ce besoin devient très très faible. Le glucose sera alors dérivé en partie des acides aminés par gluconéogenèse, et en partie du glycerol, le “backbone” des triglycérides. Ce dernier n’est pas négligeable si notre principale source de calories sont les lipides.

    Je ne dis pas ici qu’une telle diète est optimale pour la santé. Quiconque dirait ça de n’importe quelle diète prétendrait connaître l’ultime vérité sur l’alimentation humaine alors qu’études après études démontrent qu’on en connaît pas tant que ça… Si ça se trouve, certaines personnes fonctionnent mieux avec une diète plus riche en glucose, et d’autres fonctionnent mieux quand ils éliminent complètement ou modérément tout glucose. Une chose est sûr, comme tu le dis, le sucre ajouté n’a rien de bon, à part le goût.

    Je peux comprendre que certains considèrent le glucose lui-même comme étant un poison. La régulation du glucose sanguin est évidemment très important, et trop de glucose dans le sang peut favoriser des phénomènes comme la glycation. Quand on mange trop de glucose, le corps cherche à le neutraliser (l’entreposer) très rapidement: glycogène musculaire et hépatique et formation de triglycérides.

    • Un régime cétogène calme et améliore la concentration, des chercheurs s’y intéressent par rapport au truc vague appelé TDA/H.

      «
      The Ketogenic Diet and ADHD

      The ketogenic diet, a diet high in fat content and low in carbohydrate, was introduced for the treatment of epilepsy in 1921.48 The mechanism is still unclear, but metabolic balance studies in children with absence seizures show that the antiepileptic effect of the diet is correlated closely with a negative balance of sodium and potassium.49 The reintroduction of carbohydrate to the diet is associated with recurrence of spike-and-wave epileptiform discharges in the EEG. In 65 children with intractable seizures, treatment with the ketogenic diet was effective in control of seizures at 1-year follow-up, and developmental quotients, behavior, attention, and social functioning were significantly improved.50

      Children with epilepsy frequently exhibit symptoms of ADHD, and children with ADHD have a high frequency of epileptiform discharges in the EEG.51 Animals receiving a ketogenic diet show a reversible decrease in activity level.52 The EEG, of value in prediction of a sustained anticonvulsant effect,53 may also prove indicative of a behavioral response to the ketogenic diet. »

      http://pediatrics.aappublications.org/content/129/2/330.long

  24. HE!!!! je suis tout à fait prédisposée à penser de façon critique et pourtant lectrice assidue du blog du pharmachien.Et les références franchement ….on peut citer tout et n’importe quoi.

  25. Comme d’habitude, très intéressant l’article et je m’en doutais tellement que c’était de la foutaise que ça rendait les enfants sur-excité. Au juste est-ce que tu es passé à TVA vlà 1-2 jours pour en parler tôt le matin à je pense “Salut Bonjour”? Le sujet était exactement le même et messanble que le gars te ressemblait donc ce serait une méchante coïncidence sinon! J’ai juste pu voir quelque secondes car ça commençait pile lorsque je devais partir au travail x_x

  26. Salut Olivier,
    quand tu feras ta BD sur le TDAH, peux-tu (si possible) faire une petite parenthèse s’adressant aux enfants (12 ans). Mon neveu croit qu’il doit prendre ses médicaments parce qu’il n’est pas intelligent et/ou débile mental. On n’a rien trouvé d’assez efficace pour qu’il comprenne mieux la situation.

    • J’espère qu’il a le choix.
      Dommage pour lui, il ne peut pas encore faire ses propres recherches et peut être manipulé et même obligé.

    • Une avocate à lunettes

      Salut Eric,

      Mon neveu souffre de TDAH, et son psychologue lui a expliqué que le médicament était comme des lunettes pour son cerveau, pour l’aider à mieux “voir” . Peut-être que cette image pourrait aider ton propre neveu?

  27. J’ai toujours trouvé l’idée que le sucre rendait “hyperactif” un peu bizarre. Quand j’étais enfant, on m’avait jamais (ou très rarement, peut-être) parlé de “rage de sucre” (dans le sens d’un enfant qui devient turbulant à cause du sucre hein, pas dans le sens de madames au régime qui ont de la misère à se retenir d’en manger… du sucre là, pas des enfants… bon.) ou d’autres trucs du genre, on s’en tenait à dire que le sucre est pas super bon pour la santé. Mais un peu plus tard je me suis rendu compte que plein de gens traitent le sucre un peu comme si c’était de la cafféïne, surtout pour les enfants. J’ai jamais compris pourquoi, puisque j’avais jamais ressenti ce genre d’effet là en mangeant du sucre.

    Ben, maintenant je comprends mieux, et en plus je me rends compte que j’avais un peu raison de rien comprendre à cette attitude-là. Merci, Pharmachien!

    • « Ben, maintenant je comprends mieux, et en plus je me rends compte que j’avais un peu raison de rien comprendre à cette attitude-là. Merci, Pharmachien! »

      Mais il s’agit d’un point de vue, une perspective, vaut mieux ne pas tout prendre ce qu’on lit/entend pour de l’argent comptant, peu importe que ça vienne d’un lambda ou d’un professionnel de la santé. Je comprends que c’est bien tentant de le faire quand ça va dans le sens qui fait son affaire.

      Les liens entre consommation de sucre et manque d’attention et éventuellement turbulence ne sont peut-être pas clairement établis, mais ça ne veut pas dire qu’il n’y en a pas.

      À court terme (peu de temps après avoir ingéré qqc de sucré), il peut y avoir comme explication à certains troubles cognitifs et comportementaux une hypoglycémie réactive, et à long terme (régime alimentaire), il se trouve qu’un régime cétogène (riche en gras, pauvre en sucre) calme et améliore la concentration.
      Voir cette revue de la littérature médicale (datant de 2012) sur les explications et thérapies avancées : http://pediatrics.aappublications.org/content/129/2/330.long

      • Un enfant qui a un déficit d’attention mange déjà peu, et compromet déjà sa croissance. Oui à cause des médicaments mais aussi parce qu’il ne reste pas assis à table… J’aurais très peur que les parents se mettent à leur offrir une diète cetogenique ! Une diète qui se fait pour les epilepsies, oui, mais avec un suivi étroit par une équipe médicale.

        • Charles-André Fortin

          C’est la job des parent de s’assurer que les enfants mangent bien. C’est pour cette raison que l’on doit forcer notre plus vieille à manger, car elle en souvent elle arrête en plein milieu du repas et il faut lui rappeler. Elle a un TDA sans hyperactivité.

          Sans lui donner une diète cétogénique, nous la nourrissons à la base de viandes, légumes, de fruits et de fromages. De plus nous avons pas peur du beurre, ni de l’huile d’olive, nous pouvons donc dire que contrairement à ses ami, elle consomme une diète plus riche en gras, légèrement plus aussi en protéine et mois en glucide. Et elle n’a aucune difficulté à grandir.

          Et sur le sujet de la BD sans dire que le le sucre cause de l’hyperactivité, je crois (je choisi bien le mot croire…) que ça peut nuire à celle-ci. Particulièrement pour les enfants qui sont “borderline”. Voir le vidéo dans le lien :
          http://www.dietdoctor.com/do-kids-get-hyperactive-by-eating-too-much-sugar

    • D’ailleurs, j’ai oublié d’en parler, mais faudrait aussi considérer la différence entre un vrai trouble d’hyperactivité et le fait qu’un enfant soit parfois turbulant! Ça devient parfois un problème quand des parents traitent un comportement relativement normal comme un “trouble” qui se règle avec des pillules…

  28. Le problème des enfants excités par le sucre va être réglé quand les grandes compagnies vont enfin ajouter des benzodiazépines dans la bouffe sucrée. Mmm, un bon bol de Alphabenz.

  29. J’étais en train de débattre de Corinne Gouget avec des adeptes de l’alimentation vivante et je me suis demandée si cette femme ne tombait pas dans une dérive sectaire de l’orthorexie.Où je vis je vois germer des sectes alimentaires et médicales assez dangereux : des gens militent pour soigner les cancers (ou autres pathologies) avec de l’eau de mer, vitamine C, les jus, etc. en refusant la chimio ou soins conventionnels. Bref je viens de comprendre que tout extrême est mauvais pour la santé physique et malade. Tout est bon avec modération 😉

  30. Hey dis le pharmachien, c’est un peu le bordel dans ta tete dis donc, ca fait deux articles que je lis et je me dis qu’on trouve de la merde sur internet mais toi tu fais de sacrés effort pour en fabriquer… Au lieu de faire un blog pour te détendre et faire croire aux autres que tes articles sont du factuel, tu ferais mieux d’arreter définitivement et de te mettre au pushing ball ça te détendra pareil, y’a des enfants sur internet, épargne leur tes articles pleins de mauvais argument tordus!

    • C’est toujours un peu le bordel dans ma tête en effet, que veux tu… Ça donne le site que tu es venu visiter joyeusement aujourd’hui. Ne reviens plus SVP, ce n’est pas pour toi, de toute évidence.
      Sur ce, je me mets au “pushing ball”, whatever the hell that is supposed to be.
      Olivier

  31. Certains enfants (probablement des adultes aussi) sont intolérants aux produits chimiques ajoutés dans la nourriture! C’est notamment le cas de mon petit frère qui aura 14 ans sous peu. Il y a de cela quelques années, il était souvent turbulent et désagréable dans son comportement et ses répliques. Après une baisse de ses résultats scolaires, une enseignante a suggéré à ma mère qu’il avait probablement un TDAH. Après quelques recherches, elle a tenté d’éliminer completement de son alimentation les additifs chimiques, agents de conservation, colorants, etc. Les résultats ont étés instantannés : meilleure concentration à l’école, moins de maux de tête, moins excité, etc. Elle a été consulté un allergologue qui a confirmé qu’il s’agissait bien d’une intolérance alimentaire et que la seule façon de régler cela était d’éliminer les produits chimiques de son alimentation (produits chimiques que l’on retrouve dans la très grande majorité des produits que l’on achète).

    Bref, cela vient juste confirmer qu’il n’était pas excité à cause du sucre, mais de toute la m*rde qui est ajoutée dans les produits qu’on mange quotidiennement.

    Merci pour ces BDs qui instruisent de façon humoristique!

  32. Bonjour,

    Par rapport au sucre et notamment le rapport entre le sucre, l’obésité et le diabète, avez vous entendu parler des travaux du Dr. Robert Lustig, et si oui, qu’en pensez vous ?

    Pour référence:
    Sugar: The bitter truth
    Fat chance: Fructose 2.0

  33. Salut!
    Pour ma part je suis diététicienne (en France), et avant ça j’ai dû rater quelque chose…je n’avais jamais entendu parler de “sucre qui énerve les enfants” avant de commencer à travailler!! En plus j’ai fait mes début diabeto pédiatrique, où les parents me disaient souvent “de toute façon on ne lui donne pas de sucre, ça l’énerve…”. Alors la première fois je me suis dit que j’avais mal compris, puis je me suis dit que c’était une épidémie, puis mon copain s’y ai mis quand on a eu notre fille, mes beaux-parents…..bref, je dois venir du seul endroit sur terre où on ne connait pas cette coutume ancestrale…
    Vu mon métier, ça a piqué ma curiosité (rapidement hein, j’ai pas attendu d’avoir des enfants moi-même…….) et j’ai fait des recherches, et je suis tombée sur les même conclusions que toi…

    Tout ça pour dire que là d’où je viens personne n’a entendu parlé de ça, et du coup, dans ce village merveilleux, on peut donner du sucre aux enfants sans que ça les énerve!!:)

    Sinon je viens régulièrement lire tes petites BD, et j’attends impatiemment que tu nous en fasses une sur les 1.5 à 2.5 litres d’eau qu’il faut soi-disant obligatoirement boire chaque jour…car je n’y trouve aucun fondement scientifique (sauf chez les vendeurs d’eau en bouteille!!), et je ne sais plus quoi argumenter pour rassurer mes patients qui se torturent l’esprit parce qu’ils n’ont par réussi à boire 2 litres aujourd’hui, et que du coup toutes les foudres du ciel vont s’abattre sur eux et leurs reins….

    Et encore merci de nous faire rire!!

  34. Le sucre est également connu pour “nourrir” et favoriser la reproduction des cellules cancéreuses que nous produisons chaque jour par millions naturellement. Des tas de recherches en ont parlé et notamment des médecins très connus comme Alejandro Junger ou David Servan-Schreiber dans leurs livres respectifs. C’est pour moi bien plus grave et méritant d’être relevé dans votre article qui ne parle que de l’humeur sur les enfants….Plus c’est blanc et raffiné artificiellement, moins il y a de nutriments et plus c’est mauvais pour notre corps, comme les farines par ailleurs.
    Avez-vous entendu parler de cette expérience sur des rats dans un enclos qui avaient le choix entre le sucre (raffiné et blanc) et l’héroïne, une drogue dure? Après avoir jaugé les deux tas, tous les rats sans exception se sont rués sur le sucre et l’ont terminé jusqu’à la dernière miette, le sucre touchant une partie du cerveau relative à la dépendance. De la même manière, les industriels mettent du sucre ou assimilé dans à peu près n’importe quoi, depuis à peu près tous les sodas qui existent jusque dans le ketchup Heinz, afin de créer un maximum de manque et remplir leurs poches par la même occasion.

    • “Le sucre est également connu pour “nourrir” et favoriser la reproduction des cellules cancéreuses que nous produisons chaque jour par millions naturellement.”

      Je ne vois pas trop ce que vous tentez d’insinuer ici ; le sucre (glucose) est utilisé par toutes les cellules du corps humain comme source d’énergie, pas seulement les cellules cancéreuses. Bien que l’on puisse être d’accord que de limiter voire d’éliminer la consommation de sucre raffiné soit souhaitable (parce que c’est relié au gain de poids ou à l’obésité et que ces conditions augmentent indirectement le risque de certains cancer avec le temps), je ne vois pas de raison de ne plus manger de fruits, de légumes, de produits céréalier ou de produits laitiers avec comme seul prétexte que ces aliments contiennent du sucre.

      Là où vous avez raison, c’est que, généralement, plus un produit est raffiné, moins il contient d’éléments nutritifs (c’est d’ailleurs pour cette raison que l’on qualifie certains aliments de “calories vides”). Par contre, de là à dire que le sucre est directement responsable de la multiplication des cellules cancéreuses et que de diminuer son apport va ralentir leur division, désolé mais rien ne démontre cela jusqu’à présent.

  35. Bonjour Olivier,

    Ce matin, au lieu dicles et je bosser, j’ai lu plusieurs de tes art’ai bien rigolé : ton blog est aussi amusant qu’intéressant, merci ! Je « plussoie » la réaction d’Emilie la diététicienne : moi aussi, je suis française et ici, nous ne faisons pas le lien entre la consommation de sucre et le fait que les enfants soient pénibles. À croire que nos petits camemberts sont naturellement casse-c…, sans avoir besoin d’additifs !

  36. Bonjour Olivier,

    J’aimerais savoir s’il existe vraiment une dépendance physiologique comme telle au sucre ? Est-ce que c’est vrai que la consommation de sucre stimule les récepteurs dit opioïdes dans les zones du cerveau associées à la récompense et au plaisir ?

  37. Bonjour Olivier !

    Encore une autre BD tellement instructive, elle devrait faire partie des lectures obligatoires pour tous les parents !

    Mes 2 garçons (début ados) ont toujours eu libre accès aux bonbons et autre gâteaux. Ils sont loin d’être obèses, font du sport, n’ont pas de problèmes de comportement (bon, ok, ce ne sont pas non plus des anges…) et le soir, ils tombent comme des roches dans leur lit (malgré un gâteau Vachon mangé après 18h!!!).

    Ils vont aux anniversaires des amis et ne reviennent pas verdâtres, l’estomac à l’envers d’avoir abusé, ils reviennent juste excités d’avoir passé un bon moment avec les copains.

    Comme tout est accessible, ils pensent rarement d’en manger. En fait, d’année en année, je dois jeter les bonbons du dernier halloween pour faire place aux nouveaux. Pendant une semaine ou deux, ils en mangent tous les soirs (leurs préférés bien sur et en petite quantité) puis ils les oublient. En fait, ce sont leurs copains les plus privés qui se jettent voracement dans la boite de bonbons quand ils vienne à la maison…

    Bon, parfois je dois faire un peu la police (surtout pour la super-tarte-aux-pommes), c’est normal ce sont des enfants. Mais c’est aussi mon rôle de leur apprendre la modération et la gestion de leurs “oui-mais-j’ai-faim-et un-gâteau-ça-serait-mieux-qu’une-banane”.

    Je pense qu’encore une fois, comme dans tellement plein de sujets, il faut appliquer la règle du gros bon sens !

  38. Une amie vient de me faire découvrir tes BD et j’ai été immédiatement conquise! Ça fait déjà plus d’une dizaine que je lis.

    Pour le sucre qui énerve les enfants, j’avais déjà lu un article là-dessus qui mentionnait que ce n’est pas le sucre qui énerve, mais plutôt le contexte. Je suis entièrement d’accord avec ce point de vue (qui est également le tien) et pour preuve à l’appui, je prendrais en référence : mes propres enfants!

    Mes enfants sont de véritables « bébites à sucre ». Il faut toujours qu’après chaque repas (qui est au moins assez équilibré) qu’ils mangent un dessert. Bonbons, chocolats, crème glacée, biscuits, etc. Je leur permets toujours après chaque repas (en quantité raisonnable, bien sûr!)

    Quand on regarde un film le soir, on sort toujours les cochonneries (chips ou pop corn ou bonbons). Après le film, ils se couchent sans problème et dorment bien. (P.S. J’ai une belle collection de films d’Arnold Schwarzenegger!) (Bon, je suis quand même pas irresponsable à ce point, mes enfants ont regardé Un flic à la maternelle et Jumeaux mais n’ont jamais vu Predator!)

    Bref, ils sont en santé, actifs, aucun problème de poids, quand on va chez du monde durant les party (où il y a plein de cochonneries), tout le monde se plait à dire qu’ils sont les mieux élevés.

    Jusqu’au jour où on est allé au IKEA. Pour dîner, ils ont juste mangé le saumon (très très santé!). Par la suite (faute à la maman, mea culpa), je leur ai dit que c’était un magasin spécial où on avait le droit de tout essayer. Ben ils ont vraiment tout essayé! Ils ont sauté sur les lits, fait à semblant de manger à chaque « set up » de cuisine, ouvert tous les tiroirs, essayé tous les bains, et j’en passe. Un couple d’amis qui était avec nous ont eu très honte et ont dit que pu jamais, ils ne reviendraient là avec nos enfants!

    Donc malgré qu’ils n’avaient pas mangé de sucre, ils étaient hyper excités! Parce qu’effectivement, quand quelque chose est interdit à la maison et qu’ils peuvent enfin en profiter, les enfants peuvent devenir de vrais monstres!!! (C’est strictement interdit chez nous de sauter sur les lits, vous pouvez facilement comprendre pourquoi ils sont virés fou au IKEA quand je leur ai donné ma bénédiction de sauter sur les lits du magasin!)

    P.S. Je tiens à m’excuser auprès du IKEA pour les inconvénients qu’ils auraient pu avoir suite au passage de mes enfants. Au moins, ils ont été polis, ils ont enlevé leurs souliers à chaque fois qu’ils essayaient de sauter sur un nouveau lit!

    Finalement, bravo pour ce blog. J’adore ta manière de vulgariser, avec une belle touche d’humour. Je me suis amusée comme une folle à parcourir plusieurs sujets tout en apprenant plein de chose!

  39. Salut. Je viens de découvrir ton site ce soir, et je te trouve très sympatique dans ta façon de présenter tes sujets. Par contre, je dois dire que je suis très déçu de ce texte.

    Le sucre blanc est un des pires poisons que l’on puisse consommer, peu importe notre âge.

    Lors des nombreux procédés de transformation qui font passer le sucre de canne à l’état de sucre blanc, le sucre de canne se voit retirer l’ensemble de ses minéraux et vitamines.

    Lorsque nous consommons du sucre blanc, le corps ne reconnaît pas la molécule de sucre de canne et va alors fouiller dans ses réserves de minéraux et de vitamines.

    Résultat? Une déminéralisation du corps.

    Résultat? Des centaines de malaises et de maladies de toutes sortes qui se manifestent au fil du temps, après des années de consommations même occasionelles, de sucre blanc.

    DONC

    Opter pour du sucre de canne est la chose à faire. Ou encore mieux: utiliser du sirop d’érable ou du xylitol (sucre naturel de l’écorce du bouleau)

    Donner du sucre blanc à un enfant est une des pires choses qu’on puisse faire pour sa santé de même que pour son comportement!

    J’oubliais: Le sucre blanc est directement responsable de l’apparition de certaines maladies comme le diabète, de même qu’il est directement cancérigène, puisque le cancer est avant tout causé par un manque d’oxygénation des cellules et que le sucre blanc acidifie le corps. (Acidification et manque d’oxygène étant reliés)

    La consommation de sucre blanc a aussi été comparée à la consommation de cocaïne puisque ces deux substances sont des drogues qui provoquent une grande dépendance physique quasi-immédiate et que leur action dans le cerveau se situe globalement dans les mêmes zones.

  40. Jean-Guy Desaulniers

    Bonjour.
    Une question de goût
    Plusieurs de mes collègues de bureau ont la très saine habitude de boire de l’eau au travail. En effet notre distributrice d’eau est très populaire. Aussi, j’ai déjà lu quelque part qu’aux États-Unis, l’Institute of Medecine recommande aux hommes de boire quotidiennement 3 litres de boisson et aux femmes, 2,2 litres. Dans mon cas, j’ingurgite environ 3 petites tasses de cafés par jour, à part cela, je n’aime pas les boissons gazeuse ni les boissons énergisante (Type red bull). La bière est défendue au travail et j’en bois peu à la maison…. Reste l’eau. Évidemment je peux en prendre mais je trouve le gout assez moche et plat. Par contre j’adore la boisson énergétique comme le Gatorade. Donc j’en arrive enfin à ma question: Y a-t-il des contre-indications pour une personne sportive relativement mince, à boire dison..600ml de Gatorade par jour. Cela m’aiderait à boire plus de liquide. Acheté en grosse quantité, cela revient pas trop cher et je trouve que c’est franchement bon au goût. Aussi, mon estomac plutôt sensible et irritable semble bien s’accommoder de cette boisson. ? Pour dire la vérité, mon système digestive préfère et de loin cette boisson à une carence en liquide..
    Et qu’en est-il pour les enfants. ?
    Merci.

    Jean-Guy

  41. Dans ton article sur le TDAH, vas-tu parler du TDAH chez les adultes aussi? si vous plaît!!!!!!

  42. Salut! Premierement, merci davoir ecrit ton livre! Jadore! Lhistoire du sucre est elle la meme que le chcolat? Contexte: ma fille de 4 ans a mangé 2 whippets a 7hrs. Au dire de mon homme elle est high sur le choco et cest pour ca quelle est loin de dormir ce soir (ye 10pm) Jai des doute?

    • Bonjour,

      Je vais me permettre de répondre pour Olivier… La réponse est peut-être. La science de la nutrition et ses impactes sur la santé en générale n’est pas très développé.

      La meilleure réponse est ce n’est pas prouvé, ni vraiment infirmé hors de tout doute.

      Chez les enfants avec TDAH, il semblerait (c’est pas assez encore étudié) que la réduction du sucre aide à réduire les symptômes. Mais c’est tellement dure à prouver qu’il faut être prudent.

      Je vous mets quand même un lien vers un vidéo intéressant qui me pousserait à faire d’autre expérience sur le sujet : http://www.dietdoctor.com/do-kids-get-hyperactive-by-eating-too-much-sugar

  43. Informations récentes sur les pressions politiques de l’industrie du sucre (avec Alain Vadeboncoeur) :
    http://ici.radio-canada.ca/emissions/medium_large/2014-2015/chronique.asp?idchronique=366591

  44. Si je me fie a mon expérience de Maman et d’éducatrice en garderie, ce n’est pas le sucre qui serais a blâmer mais les colorants (et peut-être les additifs)
    Si je donne un dessert sucré mais sans colorants, ni additifs, tout vas bien,
    Par contre si j’ai le malheur de donner des trucs du commerce sucré, et coloré. OUCH !!!
    Il y a une phase hyperactive suivit d’un gros down.
    J’ai remarqué aussi des effets sur moi

    Je pense que de pointer du doigt le sucre c’est se tromper de coupable (même si ça reste très mauvais pour la santé), Les colorants sont, selon mon humble avis, beaucoup plus a blâmer pour certains “États“ des enfants (et même des adultes)

  45. Marianne Landry

    Lol j’ai beau parlé de cet article à ceux autour de moi. C’est tellement encrée dans notre culture que le sucre rend hyperactif les enfants. Ils disent qu’ils le voient quand ils donnent du sucre. Dommage 😉 tu fais de très bon articles tant fait pas pour les commentaires on apprécient beaucoup le temps que tu mets dans ces articles!

  46. Guillaume Moure

    Mes parents aussi faisaient pareil pour les gourmandises, c’est-à-dire “c’est pas bon pour la santé, les dents et le ventre mais tu peux en avoir de temps en temps si tu en as envie”….ce qui fait que quand j’avais un Malabar ou des Carambars, voire une grosse glace ou du Coca, c’était la fête (encore aujourd’hui!)

    Et niveau gâteaux et pâtiseries et grands-parents, j’ai eu une mémé qui faisait des desserts divins…dont j’ai gardé les recettes!

  47. Faire faire le yo-yo à sa glycémie, c’est prendre de risque de faire faire le yo-yo à ses réserves d’énergie. Quand on écoute son corps, c’est assez évident.

    Mais je ne vois pas pourquoi vous parlez des enfants. Cela n’a rien à voir avec l’âge. Pourquoi avoir choisi de ne parler que des enfants ?

  48. Les voisins étaient chanceux que les enfants aient pas trouvé la cachette… Par chez nous, le sucre était une gâterie occasionnelle, mais ça a pas été long qu’on connaissant les 4-5 cachettes à sucreries potentielles. Ce qui me fait le plus rire, c’est qu’encore aujourd’hui (genre 25 ans plus tard…), mes parents “cachent” encore les biscuits dans le vaissellier, même si on n’habite plus chez eux.

    J’en profite pour te féliciter pour ton site, j’ai beaucoup de plaisir à te lire, et j’en apprends beaucoup.

    Et une question : est-ce qu’il y a une fonction de recherche quelque part? Pour l’instant, si je veux retrouver un article, je me sers de Google, mais c’est pas toujours idéal. Et ça nous permettrait de savoir si tu as déjà écrit quelque chose sur certains sujets. Par exemple, j’aimerais connaître ton opinion sur les suppléments de vitamine D (mon médecin en a prescrit à mon fils de 2 ans parce que c’est pas un gros buveur de lait, mais j’hésite encore à lui en donner, il boit un peu de lait, mange du yogourt et joue dehors…), mais tout ce qui sort c’est les trucs sur la crème solaire.

    Merci!

  49. Pingback: Le sucre : cet effroyable ennemi à abattre

  50. avez vous vu le documentaire sur le sucre ( durée d’environs 2h) qu’en penser vous??

  51. Manuel Kak'wa Kurtness

    Kuei! Bonjour !
    J’ai écouté hier soir vos propos à TLMEP qui sont devenus rafraîchissant. Malgré quelques discussions contraires sur l’idéologie des grandes recherches faite au nom des compagnies qui vendent les produits en pharmacie, j’ai trouvé intéressant sur votre précision de quelques situations présentées.
    Voici ma question. Je suis d’origine autochtone de la nation Innu du Lac Saint-Jean, nous étions un peuple nomades et très actifs avant l’arrivée de l’imposition de restriction dans les réserves, et l’obligation de manger les aliments dans notre régime alimentaire depuis près de 175 ans. Notre pharmacien se trouvent encore pour certains de nos aînées, celle des plantes et des aliments de la forêt. Rien d’homéopathique, mais des connaissances similaires à l’apothicaire.
    Souvent, on nous a précisé que les peuples autochtones ont une défaillance dans leur code génétique pour l’absorption des sucres ajoutée dans l’alimentation en générale plus de 80% de ceux-ci vont recevoir le diagnostic du diabète, entre 20 et 50 ans et plusieurs en meurent de manière drastique des complications en lien avec cet maladie.
    Sincèrement, dans le fond de moi-même, je crois plus que la baisse ou la coupure de notre absorption du régime axée sur le cycle des saisons et des exercices quotidiens, devenus absent, sont des facteurs influençant la santé. Malgré tout certains aliments comme le topinambour peu permettre l’absorption par le pancréas, des sucres ajoutés évitant de les transformer en gras.
    Que ce soit le chirurgien d’origine autochtone, Stanley Vollant, le chercheur et Dr. Richard Béliveau, les nutritionnistes en général approuve cette situation de la différence du code génétique. Quel est votre réaction, face à la situation. Merci de votre partage de vos observations.
    Tshinishkumitin, niaut!

    Manuel Kak’wa Kurtness
    Chef enseignant professionnelle au CFP et au Collégiale
    Spécialisation en cuisine des Premières Nations d’Amérique du Nord.
    DEP Cuisine d’établissement et Bac. Ens. Professionnel UQAC

Fais tes commentaires ici! (ils n'apparaîtront pas immédiatement car je dois les approuver d'abord pour éviter le spam et les liens URL douteux)