Changements climatiques : 3 arguments à ne plus utiliser

Changements climatiques 3 arguments à ne plus utiliser

Depuis quelques mois, j’ai commencé à donner des conférences sur l’esprit critique dans les écoles secondaires et les CÉGEPs. Et une des choses qui m’inquiète le plus, c’est quand des jeunes me disent qu’ils ne « croient pas » aux changements climatiques.

Mais pire : plusieurs d’entre eux ont même déjà intégré une série d’arguments pour contredire le discours pro-environnement populaire…

jeunes arguments changements climatiques

 

Du côté du grand public, 79% des Canadiens sont d’accord avec le fait que la planète se réchauffe. Mais seulement 61% pensent que ce réchauffement est « en partie ou surtout » causé par l’activité humaine.

Or, tout ça fait pourtant l’objet d’un consensus scientifique très solide. Ça veut dire que nos efforts de communication scientifique ont leurs limites, ou ne sont pas au point.

Et considérant que les changements climatiques sont probablement le plus grand enjeu scientifique auquel l’humanité fait face en ce moment, il faut agir maintenant.

Malheureusement, même quand on veut bien faire et sensibiliser les gens à la crise environnementale, il peut nous arriver d’utiliser des arguments un peu louches… et qui peuvent même nuire à la cause.

En voici trois.

 

avertissements pharmachien

  • Avertissement #1 : Le but de cet article n’est pas de discuter en détails de la science du climat. Après tout, je n’ai aucune expertise dans ce domaine. Ce qui m’intéresse ici, c’est l’aspect de l’argumentation. Si tu veux lire de l’excellente vulgarisation sur les changements climatiques, je te suggère le livre Dire Predictions (basé sur les rapports du GIEC).
  • Avertissement #2 : Je ne prétends pas que les 3 arguments qui suivent sont les seuls qui causent problème. J’ai tout simplement sélectionné ceux qui m’interpellent / m’irritent / m’inquiètent le plus en ce moment.
  • Avertissement #3 : Je ne prétends pas non plus que ma façon d’expliquer la sujet est la « bonne » ou la meilleure.
  • Avertissement #4 : Je ne blâme personne d’avoir utilisé ces arguments; je l’ai fait moi-même par le passé.

 

remerciements pharmachien

Un immense merci à Serge-Étienne Parent, ingénieur écologue, enseignant et chercheur à l’Université Laval, pour avoir vérifié les faits de cet article et suggéré plusieurs améliorations/précisions ! Suivez-le sur Facebook, Twitter et lisez-le sur Medium.

 

 

 

changements climatiques 3 arguments à ne plus utiliser

 

 

 

97% scientifiques changements climatiques activité humaine réchauffement

 

97% scientifiques changements climatiques

 

 

Premièrement, parce qu’il est faux. Ce n’est pas 97% des scientifiques, ou même 97% des articles scientifiques sur le sujet.

Cette affirmation vient d’une publication du chercheur en communication scientifique John Cook qui, dans une revue de littérature, a estimé que 97% des articles scientifiques évalués endossaient l’idée que la Terre se réchauffe et que les activités humaines en étaient la cause principale.

Le bug, c’est que sa notion « d’endosser » n’était pas claire et vraiment super large. Certaines publications incluses ne quantifiaient pas l’impact de l’activité humaine. D’autres ne parlaient même pas d’activité humaine. Plusieurs scientifiques se sont plaints d’avoir été mal cités.

 

Deuxièmement et surtout, tout ça laisse croire au public que c’est la popularité d’une théorie qui décide si elle est bonne ou non. Selon cette idée, il suffit de réunir un paquet de scientifiques et de les amener à être relativement d’accord avec une affirmation pour obtenir un consensus.

 

consensus scientifique

Or, ce n’est pas comme ça que la science fonctionne.

 

 

L’argument du « 97% » se veut bien intentionné, mais vu qu’il est basé sur un raisonnement louche, il existe des tonnes d’articles et de sites web qui le démolissent complètement et facilement, surtout chez les défenseurs des combustibles fossiles (exemple).

Ça peut donner l’impression aux gens que le consensus climatique n’est pas aussi fort qu’on le prétend…

Ça peut aussi donner lieu à des questions sans réponse, du genre :

 

3% scientifiques désaccord changements climatiques climato-sceptiques pétrole

 

Quand on veut connaître la position de la communauté scientifique sur un enjeu, on ne fait pas des sondages.

On ne demande pas non plus l’avis de n’importe quels scientifiques, car la climatologie est un champ de recherche hyper spécialisé.

Ce qu’on fait, c’est regrouper le top des experts mondiaux dans un comité indépendant, afin qu’ils prennent position sur l’ensemble des données.

C’est pour cette raison que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC, ou IPCC en anglais) a été créé. Au sein de cet organisme, des climatologues évaluent sans parti pris, de façon méthodique et objective, les recherches sur la science climatique. Les questions posées sont extrêmement précises et les réponses tiennent compte des incertitudes scientifiques. En fait, c’est difficile d’imaginer un groupe plus qualifié pour répondre à ces questions.

 

Les multiples rapports du GIEC sont clairs :

1) oui, la planète se réchauffe;

2) oui, l’activité humaine est un contributeur majeur au réchauffement actuel.

 

changements climatiques opinion croire croyance

 

Autrement dit, le consensus scientifique sur les changements climatiques vient du fait que l’ensemble des données pointent dans la même direction.

Ça ne veut pas dire qu’on a toutes les réponses pour autant. Les éléments qui demeurent sujets à des débats scientifiques sont par exemple :

  • quelle portion exacte du réchauffement est due à l’activité humaine ?
  • à quelles conséquences précises faut-il s’attendre ?
  • quels moyens faut-il mettre en place pour améliorer la situation ?
  • faut-il concentrer nos efforts pour combattre les changements climatiques, ou pour s’y adapter ?
  • etc.

Mais dans tous les cas, la réalité des changements climatiques et le rôle important des humains ne sont pas en doute.

 

 

 

 

 

 

 

 

événement changement climatiques

 

hiver doux neige froid changements climatiques

 

Parce qu’il confond la météo vs le climat.

La météo, c’est le temps qu’il fait dehors : la température, les précipitations, une tempête, etc. Elle peut varier énormément sur de courtes périodes. Par exemple, un été très chaud peut être suivi par un été frais, sans que ça ait une signification quelconque.

Le climat, ce sont des tendances, des « patterns » qui se dessinent sur des décennies, voire des siècles.

 

changements climatiques tornade ouragan tempête inondation

 

Peut-être, mais pas nécessairement.

Les recherches suggèrent que les changements climatiques vont probablement augmenter la fréquence des événements météorologiques extrêmes, comme les ouragans, inondations et sécheresses.

Mais en général, on ne peut pas associer les changements climatiques à un événement particulier, ou même à quelques événements.

 

 

27 degrés en octobre climat

 

Pour chaque exemple que tu donnes, ceux qui doutent de la réalité climatique vont facilement trouver un contre-exemple :

 

 

 

Aussi, c’est important de se rappeler qu’aucune conséquence précise des changements climatiques n’est « certaine » à ce stade.

Or, beaucoup de gens ont de la difficulté à accepter la notion d’incertitude en sciences.

 

changements climatiques conséquences incertaines mensonge

 

 

La science des changements climatiques repose sur des modèles mathématiques d’une complexité difficilement imaginable pour le commun des mortels (i.e. toi et moi).

Pour fonctionner, ces modèles doivent assumer certaines choses comme vraies, en approximer d’autres, etc. Autrement dit, les spécialistes créent la meilleure estimation possible, sans pour autant prétendre que c’est totalement exact.

Mais ce n’est pas un problème, car de toute façon, les climatologues parlent en termes de probabilités / scénarios possibles.

 

changements climatiques scénarios simulations GIEC IPCC

 

Même dans le scénario le plus conservateur (i.e. le plus climato-sceptique et/ou celui où on changeait dramatiquement la société et notre mode de vie), le réchauffement planétaire se produit, mais à un niveau moindre, avec des conséquences moins catastrophiques.

Mais dans tous les cas, les conséquences seront vraisemblablement majeures.

D’ailleurs, parlant de « conséquences »… elles seront sur quoi, ou sur qui ?

 

 

 

 

 

 

 

sauver la planète

 

sauver la planète

 

C’est plate à dire, mais la planète n’a pas besoin d’être sauvée.

Le problème ici est qu’on a de la difficulté à penser en termes d’âge géologique de la Terre :

 

Terre âge géologique milliards années création vie dinosaures humains habitable

 

La Terre a déjà été couverte d’océans de lave et de souffre bouillant. Elle a survécu, entre autres, à cinq ères glaciaires. Elle a résisté à de véritables apocalypses, dont des impacts de météorites géantes.

Cinq extinctions de masse se sont déjà produites, à intervalles de 50 à 100 millions d’années, entraînant à chaque fois la disparition de la quasi-totalité des espèces (la 6e est en cours, à une vitesse jamais vue, par notre faute).

Si l’humanité disparaissait demain matin, la vie trouvera probablement son chemin et se poursuivra bien après nous. Et la planète, sans aucun doute, survivra TRÈS longtemps – et se portera sûrement beaucoup mieux – après notre départ.

 

 

Tu donnes l’opportunité aux gens qui doutent de la réalité climatique de te traiter de hippie.

 

changements climatiques hippies

   

 

Ce n’est pas tant la Terre qui doit être sauvée : c’est surtout…

 nous

 

Les changements climatiques pourraient menacer la santé et la survie de populations entières :

 

C’est sûr que ça serait plate d’exterminer la quasi-totalité des espèces sur Terre par négligence… Et vu qu’on ignore s’il y a de la vie ailleurs dans l’Univers, ça serait bien d’en préserver la diversité autant que possible. En ce sens, cet argument n’est pas complètement mauvais et se défend. Mais même là, il n’interpellera jamais certaines personnes, qui ne se sentent tout simplement pas concernées par la préservation de la biodiversité.

 

Bref, soit on fait en sorte que le climat futur va permettre la vie humaine, soit on quitte la planète et on s’en va en polluer une autre ailleurs.

 

changements climatiques pancartes manifestations arguments

 

 

 

 

 

 

 

conclusion

 

Nous sommes nombreux à être informés et sensibilisés sur la réalité des changements climatiques.

Malheureusement, plusieurs personnes continuent à croire que cette crise est incertaine, voire inventée.

On ne peut pas les blâmer : c’est vraiment difficile de se faire une idée sur un sujet aussi complexe et, comme pour tous les enjeux en science, les informations qui circulent sont souvent contradictoires.

C’est donc important d’aborder les changements climatiques en utilisant les bons arguments, et de rappeler les impacts qu’ils auront sur nos activités quotidiennes.

Éventuellement, ceux et celles qui refusent de voir la réalité n’auront plus vraiment le choix d’y « croire ». Mais on n’a pas tellement le luxe d’attendre…

D’ici là, concentrons-nous sur la vaste majorité des gens, qui ne demandent pas mieux que d’avoir accès à la bonne information.

 

changements climatiques réflexion arguments sceptiques

 

AVERTISSEMENT – En date du 23 avril 2019, la section Commentaires ci-dessous est monopolisée par des propos climato-sceptiques qui, bien honnêtement, ressemblent à s’y méprendre aux commentaires sous cette autre BD. Bref, ce qui suit est à lire avec beeeeaaaaauuuucoup de prudence.

 

 

*** MISE À JOUR – 27 SEPTEMBRE 2019 ***

Références

Toutes les références sont sous forme d’hyperliens directement dans le texte !

Joindre la conversation

  1. je sais que tu n es pas specialiste de l environnement (et ce commentaire risque d etre gros) mais j aimerais montrer mon point de vue. deja, la plupart sont daccord pour dire que le probleme environmental est en parti du aux activité humaine. donc, notre economie ( production, transport, surconsomation). a ce stade, le probleme est environemental-economique, c est la premiere etape a comprendre et a ne surtout pas negliger. vu que souvent on mise uniquement sur le coté environnement du probleme.

    maintenant, pourquoi tant et aussi longtemps qu on ignore la partie economique du probleme sa ne se reglera jamais? vite comme sa, on croit que se sont nos auto personelle qui cause la grosse pollution, que nos sac plastique d epicerie cause la grosse pollution… mais en relaité, le fait qu on vive dans un monde ou tous est basé sur les echange internationnal est le probleme. c est simple pourtant, mais ceci serait le plus gros « sacrifice » pour la generation actuel.( en gros ce que je dis, prendre le velo au lieu de l auto n est pas vraiment concernant.) la meilleur solution serai de ramener nos productions et créé une economie local.

    je trouve sa vraiment facile essayer de baisser notre impacte environnementale en deplacant le probleme en chine ou en inde et vivre de leur importation. ( pays ou les regmenents envorinnementale sont moindre, sans parlé des condition de travail)

    on pourrait créé une economie axé sur le locale. mais pour sa il y a 3 conditions
    1- l espace (lieu de production, usine manifacture)
    2- les ressource ( axé sur ce qu on a directe du territoire ou au pire importé un minimum pour pouvoir le créé)
    3- une main d oeuvre. et celui ci est le plus problematique. et c est a ce point preci que le « sacrifice » se voit.

    qui de nos jours voudrait travailler dans une manifacture ou une usine? pas grand jeunes de nos jours. et justement, on va au cegep et a l université exipres pour avoir un metier plus attrayant et satisfesant. (malgré qu on peu arranger sa avec une immigration de travailleur comme on a fait dans le passé (et encore actuellement avec l agriculture de nos jours)).

    et en meme temps, les gens ne sont pas pret. c est facile augmenter le salaire minimum a 15 dollar de l heure quand on importe. mais avec ce type d economie, le 15 de l heure de production de l employer va paraitre sur l objet. deja avec tout les probleme lier supposement au cout de la vie, avec sa, ils n en reviendront pas.

    j aimerais terminé en disant, l envoronnement sait se regenerer d elle meme si on ne la surcharge pas. le probleme n est pas le zero dechets ou zero pollution, meme que un peu de pollution c est l ideal autant pour nourrir les plante et garder une bonne equilibre envoronnemental. le reel probleme, c est le dosage, et avec une economie inernationnal, on a vraiment petté le plafond. ce n est pas « vivre le bio et le zero dechet » parce que meme encore la , le produit bio d importation n est plus vraiment un produit bio. reste que le vrais truc a ce dire c est….

    ne pas chercher la perfection environementale car la nature est deja bien fait de base. notre role est simplement de ne pas en abusé et de lui laisser le temps de faire son travail. autrement, elle risque d etre un peu plus hardcore pour retablir l equilibre. et c est de sa que tous le monde a peur et crie a la fin du monde sans pour autant s y mettre pour de vrais. (ici je parle de nos solution/pensée magique du velo pour la terre ou du sac reutilisable pour la terre, ect.)

    • Je suis tellement d’accord avec vous. C’est politiquement plus simple, sans doute, de culpabiliser les individus que de prendre les décisions, certes radicales, nécessaires.

  2. Bonjour,

    Toujours un plaisir de te lire! Détail insignifiant: ne devront-on pas écrire
    « Parce qu’il confond la météo ET le climat » plutôt qu’écrire « Parce qu’il confond la météo vs le climat »?

    Je continue la lecture et je reviens, peut-être 😜

  3. Nul doute que la planète se réchauffe, pour preuve il y a une dizaine de milliers d’années, il y avait 2 km de glace sur Montréal. Alors, oui, depuis tout ce temps, la tangente est au réchauffement. Par fois plus accentué (comme le réchauffement médiéval par exemple en l’an 1000) et par fois stoppé (minimum de Maunder par exemple autour de 1645-1715).

    La question du jour, c’est de savoir si l’activité humaine contribue au réchauffement actuel. Si oui, depuis quand et à quelle hauteur? En ce sens, où est l’une étude sérieuse soumise à la révision des pairs et publiée dans une revue scientifique pour appuyer sans équivoque cette affirmation?

    Pour ce qui est du GIEC, jusqu’à présent, tous ses modèles de prédictions sont erronés par rapport aux observations satellitaires effectuées. Il faut également mentionner l’agenda politique du GIEC ainsi que sa propre composition qui est loin d’être restreint aux climatologues. Voilà un gros problème pour avoir l’heure juste.

    Si demain matin, on mettait toute, toute, toute, toute notre argent pour combattre le réchauff… les changem… les déréglements climatiques, aurions-nous la garantie d’y parvenir? Le changement n’est-il pas plutôt inéluctable? Au lieu de le combattre, ne devrions-nous pas plutôt concentrer nos énergies (et notre pognon) à s’y adapter?

    Ce qui est clair, c’est que l’activité humain pollue l’eau, l’air et la terre. Ça, ce sont réellement des enjeux environnementaux et écologiques.

    • Salut Éric,

      Merci pour ton commentaire !

      Puisque je l’ai fait dans mon article, merci d’appuyer toi-même tes affirmations à propos du GIEC avec des sources, sans quoi c’est difficile de te répondre. Surtout considérant que ce groupe a un support essentiellement unanime au sein de la communauté scientifique.

      Pour ce qui est de l’absence de données sur le rôle de l’activité humaine, je doute vraiment que ce soit le cas, considérant la masse d’information analysée – et produite – par le GIEC. Je ne peux pas répondre plus précisément par contre; des lecteurs/trices qui connaissent mieux le sujet pourront sûrement le faire.

      A+!

      Olivier

      • En effet, le concensus n’est pas seulement sur le fait que le climat change mais également sur le fait que l’activité humaine en est la cause. Phil Plait est une bonne ressource à ce sujet. Par exemple: https://slate.com/technology/2013/09/climate-change-its-real-and-its-us.html. Noter que l’article date de 2013, alors, on en est encore plus sur maintenant. Il y a aussi ce site, qui recense pratiquement tous les mythes sur les changements climatiques, y compris toutes les explications alternatives qui ont été émises (rayons cosmiques, cycle normal, aerosols) https://www.skepticalscience.com/its-not-us.htm. Désolée, les ressources sont en anglais.

      • Bonjour Éric et Olivier,

        J’ajoute quelques informations en tant que doctorant ayant une formation en géologie et océanographie/paléoclimatologie.
        La Terre sort en effet d’une période glaciaire, mais cela suit un cycle naturel à l’échelle de 100 000 ans: depuis environ 2 millions d’années, la Terre alterne entre périodes glaciaires (durent environ 80 000 ans) et des périodes interglaciaires comme celle dans laquelle nous nous trouvons (environ 20 000 ans). Au sein même de ce grand cycle, d’autres cycles affecte le climat à une échelle moindre mais quand même marquante, comme le cycle solaire qui a généré l’optimum climatique médiéval (de 800 à 1200) et le petit âge glaciaire (de 1500 à 1750). Cependant, à l’échelle de l’Holocène (les derniers 11 700 ans) il a fait plus froid dans les 3-4 derniers millénaires que dans la période précédente.

        Là où je veux en venir, c’est que le réchauffement actuel n’a rien d’extraordinaire, et va peut-être être suivi par un refroidissement naturel, voir même par un retour en période glaciaire d’ici quelques millénaires. Mais il a été démontré que la vitesse du réchauffement est accentuée par les activités humaines (déforestation, gaz à effet de serre…)…

        Le problème n’est pas forcément là où on le pense, et cela rejoint le 3ème argument énoncé dans l’article: la Terre en a vu d’autres et les températures ne vont pas atteindre des valeurs exceptionnelles pour elle (jusqu’à il y a 40 millions d’années, il n’y avait même pas de glace aux pôles! Mais on parle d’une échelle encore plus grande…). D’autre part, l’humain a survécu à la dernière glaciation et à des périodes mêmes un peu plus chaudes qu’aujourd’hui.

        Le problème réside dans le fait que la civilisation actuelle a évolué très rapidement dans les derniers siècles, en termes de population (on était à peine 1,5 milliards au début du 20ème siècle) et en termes de développement. L’emplacement des constructions, les matériaux utilisés, le mode de consommation: tout est adapté en fonction du 20ème siècle, sans tenir compte de la variabilité climatique à plus grande échelle!

        C’est comme le principe de développer une grande ville en 50 ans dans une région où un méga-séisme se produit environ tous les 100 ans… Quand le séisme surgira de nouveau, les constructions ne seront pas adaptés et les dégâts seront catastrophiques. Il en va de même pour le climat: bien que l’évolution de celui-ci et des phénomènes associés n’ont rien d’exceptionnels pour la planète, et bien que l’humain en tant qu’animal pourrait s’adapter, notre mode de vie occidental (surtout dans les pays en développement) risque d’être considérablement affecté par le manque de ressources ou les dégâts engendrés par les changements, qui seront trop rapides. D’autant qu’avec la mondialisation, toute la société va être concernée par les phénomènes ponctuels affectant certaines régions du globe.

        Là-dessus, il serait en effet important, comme dit Éric, de se concentrer sur l’adaptation des populations aux changements à venir. Sans pour autant amplifier notre impact sur l’environnement et le climat… Ou c’est se tirer une balle dans le pied.

        Désolé c’était long et pas forcément bien construit. J’espère apporter d’autres arguments aux débats!

        Quentin

  4. Bonjour Olivier
    Je t invite à lire la mission du giec au départ il ne peut pas être neutre il ne peut que s intereser au causes d origine humaine et un peut plus loin il ne s engage pas à s intéresser à d autre causes pertinentes .Cette façon de faire dirige la science.vers la cause entropique .peu de scientifique sont suicidaire au point de contredire les résultats attendu.
    Je pourrait t en nommer une centaine mais quelque un suffise François Gervais Richard Linden Inrich svenmarch Vincent courtillot ton Ball etc et demande liste de scientifique climatoseptique.Tu sera surpris des qualifications de plusieurs d entre eux et de la solidité de leur arguments.

    • Yves Morin,

      A part Lindzen tous les scientifiques que vous citez ne sont pas compétents en sciences climatiques.

      Quant à la solidité de leurs arguments, en tant que scientifique je demande à voir … La théorie de Svensmark a été formellement réfutée par l’expérience CLOUD faite au CERN. Gervais affirme que l’effet de serre du CO2 est saturé ce qui est contraire à la loi de Kirchhoff. Quant à Lindzen il est clairement dévoyé.

      https://www.sourcewatch.org/index.php/Richard_S._Lindzen

  5. J’ai une certaine difficulté avec votre interprétation du consensus. En effet, d’autres études ont confirmé l’existence de ce consensus. En science le consensus est le niveau le plus élevé. On parle de consensus si la vaste majorité des études aboutissent à des conclusions similaires.

    Pour ce qui est des phénomènes météos que l’on assimilent aux changement climatiques, on parle de changements climatiques depuis très longtemps. Or le climat affecte la météo. Donc, il faut s’attendre à voir des phénomènes météo qui ont une fréquence de 1 au 50 ans devenir plus fréquent, par exemple. À quel moment un phénomène peut-il être assimiler aux changements climatiques? Pas certain. Mais il faut tout de même considérer que certains phénomènes météo découlent des changements climatiques.

    • Salut François !

      En effet, on parle de consensus si la vaste majorité des données vont dans le même sens. Pas si les scientifiques pensent la même chose.

      Bref, comme me le disait mon réviseur, il faut distinguer « consensus scientifique » (qui émerge à partir des données) et « consensus DE scientifiques » (sondages ou similaire).

      Pour ton 2e point, je crois bien que nous disons la même chose, à moins que j’aie mal compris.

      A+!

      Olivier

    • le consensus n’est pas un concept scientifique , on ne peut pas invoquer des sondages d’opinions pour prouver une thèse qui ne doit être défendue que par des arguments rationnels et dûment confirmés par des mesures indiscutables (fondement de la science moderne par l’expérimentation) .
      Des milliers d’études ont révélées des quantités pharaoniques de données dans lesquelles on pourraient se noyer , mais en ce qui concerne le forçage radiatif anthropique , on ne peut que donner des estimations faites dans les laboratoires, parce que les valeurs sont trop faibles pour être mesurées in vivo .
      En effet, les 2 watts/m2 avancés par le GIEC représentent moins de 1% des infrarouges émis par la Terre (398 watts/m2) et aucun instrument n’est assez précis pour confirmer cette valeur .
      D’autre part, si cette valeur correspondait à la réalité , cela expliquerait 0.4° C d’augmentation de température , soit moins de la moitié de ce qui est mesuré depuis 1 siècle .
      De toute évidence , une partie seulement de l’augmentation de la température est imputable à l’homme et personne n’a été en mesure d’en déterminer l’exactitude .
      Parler de consensus dans ce contexte m’apparait hors de propos , puisque personne ne peut fournir de preuves concluantes !

  6. Eeeee… Plus d’humain, plus de deforestation, plus de pollution, plus de souffrance et sur tout plus de désinformation. Regarde, c’est écrit sur internet, Dieu est une boule de neige dans l’espace temps, le temps des imbiciles a dominer la planet est venu. C’est la catastroffffffphe, l’humain ne se rend pas compte qu’is s’auto-extermine… ça peut qu’être bénéfique pour la nature. Pour Gaïa, un peu de beurre sur ta brûlure ou une gousse d’ail dans le cul pour te débarrasser de tes parasites.

  7. Bonjour ! On pourrait ajouter un argument qu’il ne faut pas utiliser : qu’un réchauffement impliquerai une augmentation des évènements type ouragans, sécheresses, inondations, une moins bonne productivité agricole, etc…. Pour plusieurs raisons. La première c’est qu’une telle augmentation n’apparait pas dans les statistiques. La seconde c’est que le GIEC lui-même est extrêmement prudent sur cette question. Et la dernière, qui clôt la question, est que le nombre de victimes de tels évènements a radicalement baissé d’un bon 90% sur les dernières décennies.

  8. Bonjour,

    Merci pour votre article. Je le trouve très intéressant, quand bien même je suis en total désaccord avec vous (mais, comme le dit cette phrase attribuée paraît-il à tort à Voltaire : « J’ai beau être en désaccord avec vous, je me battrai afin que vous puissiez exprimer vos opinions »).

    En revanche, LE point sur lequel porte notre désaccord est que vous affirmez : « ET NON, CE N’EST PAS UNE QUESTION D’OPINION ». Et là, j’avoue, je ne vous suis pas. Il se trouve que, comme vous, j’ai une solide formation scientifique qui m’a appris notamment à savoir remettre en cause ce qui est « généralement admis », que ce soit via le GIEC ou autre. Ainsi, à une époque où TOUT LE MONDE était persuadé qu’elle était plate, Galilée affirmait que notre planète est globalement sphérique, par exemple.

    En gros, il me semble pour le moins hasardeux d’affirmer que le réchauffement climatique et SURTOUT la causalité supposée de l’influence de l’activité humaine sur ce changement ne sont pas discutables et donc ne souffrent pas la controverse. QUI êtes-vous pour affirmer que ce n’est pas une question d’opinion ? C’en est clairement une, dans la mesure raisonnable où certains spécialistes, certes étouffés médiatiquement, affirment que l’activité humaine n’a qu’une influence très faible sur la climatologie. Je pense qu’il convient de lire les différentes hypothèses scientifiques et d’en tenir compte.

    En revanche, je crois que vous avez raison sur les trois arguments à ne plus utiliser et ceci, vous le développez correctement.

    Dans tous les cas, je vous souhaite une bonne journée.

    • Salut Alain !

      Si je comprends bien ton commentaire, nous ne sommes pas en « total désaccord », mais tu as plutôt un malaise avec la phrase « ET NON, CE N’EST PAS UNE QUESTION D’OPINION ».

      Je fais ici référence à l’opinion populaire (croyances et impressions), pas à l’opinion professionnelle des climatologues. Car ultimement, toute interprétation des données scientifiques relève de l’opinion. Bien honnêtement, je crois que c’était déjà clair à la lecture, mais pour éviter toute possibilité de malentendus, j’ai changé le mot « opinion » pour « y croire » dans ce cas précis.

      A+!

      Olivier

      • Bonjour Olivier et merci pour votre réponse 🙂

        Je comprends mieux en effet ce que j’avais mal compris au départ.

        Pour finir, je citerai Aldous Huxley : « La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande, au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter ».

        Au plaisir 🙂

    • Personne pour relever l’erreur historique faite par Alain Cremades ? Au temps de Galilée, il y avait longtemps que les personnes éduquées savaient que la Terre était ronde, sinon pourquoi Colomb serait parti vers l’ouest pour rejoindre les Indes ? en fait, les grecs le savaient déjà.
      Non, Galilée affirmait que la Terre tournait autour du Soleil, mais, comme Copernic, il ne pouvait en apporter la preuve (qui ne le sera que plus d’un siècle plus tard). Mais comme il faisait preuve d’une arrogance sans pareille, il finit par être condamné (condamnation plutôt douce due à la protection du Pape).
      Quant à la neutralité du GIEC, on peut en reparler, bien que la plupart des scientifiques participants soient tout à fait respectables.
      Ceci dit, comment ajouter foi à des scénarios qui divergent de 300 % entre eux ? Un tel niveau d’incertitude est scientifiquement irrecevable.
      Je veux bien que sur la question du mouvement des planètes dans le système solaire, le débat soit clos depuis longtemps, mais en ce qui concerne l’influence humaine sur le climat, c’est une autre paire de manches !
      Enfin en ce qui concerne les arguments d’autorité, ils n’ont pas cours en matière de climat car c’est une science qui fait appel à tant de sciences associées (dont certaines s’ignorent de surcroît), que les meilleurs juges à l’heure actuelle serait plutôt des épistémologues des sciences, des traducteurs scientifiques par exemple 🙂

      • scaletrans @

        « » » »Ceci dit, comment ajouter foi à des scénarios qui divergent de 300 % entre eux ? Un tel niveau d’incertitude est scientifiquement irrecevable. » » » »

        Il suffit de savoir ce qu’est un scénario pour se rendre compte qu’ils sont scientifiquement recevables.

        ps j’adore les gens comme vous qui se poussent du col alors qu’ils sont totalement ignorants en la matière..

        • Robert quand on est rendu a traiter les gens qui ne pensent pas comme vous d’ignorant on s’approche de la secte ou religion etc…

          Scalletrans émet une opinion sans insulter personne ,par contre votre commentaire me rappelle le sermon des anciens curé ,Je suis un inculte en climat ,j’aime lire pour apprendre ,Olivier ici est un excellent vulgarisateur (ne coupe pas cette partie Olivier 🙂 ) demandez moi qui j’ai tendance a croire entre le curé et quelqu’un qui émet une opinion ?

    • Bonjour Alain,

      Je sais que cela fait déjà plusieurs mois que vous avez publié votre commentaire, mais j’accroche beaucoup sur votre exemple lorsque vous parlez de l’importance de remettre en cause ce qui est généralement admis. J’ai une formation en enseignement de l’histoire au secondaire (ça vaut ce que ça vaut on s’entend) et je me sens obligé de rectifier. Au moyen-âge, on savait très bien que la terre était une sphère. Galilée s’opposait à la thèse du géocentrisme qui elle était populaire à l’époque. Voici une sympathique vidéo d’un professeur d’histoire de l’UQTR il me semble.

      https://www.youtube.com/watch?v=WJ0jkNcBQJ8

      Je sais que c’est une incartade au sujet actuel, mais énormément de gens utilise l’idée qu’au moyen-âge on croyait que la terre était plate et ça me pose problème.

      Bonne journée

      Mathieu

  9. Ci après les avis d’un certain nombre de scientifiques qui ne sont pas d’accord avec la responsabilité du CO2 Anthropique.

    [NOTE D’OLIVIER – J’ai enlevé ici un copier-coller de 8110 mots, tiré de ce site : publicmeteo.be/liste-des-scientifiques-sceptiques-de-linfluence-humaine-sur-le-rechauffement-climatique-actuel/]

  10. Bonjour cher Pharmachien!

    Encore un article bourré de pertinence! Je suis scientifique de formation (physicien) et, tout comme toi, je me fait d’abord sceptique à la réception d’une information douteuse et, même si une information donnée me semble assez bien justifiée et démontrée par la méthode scientifique, je ressens naturellement le besoin d’aller la contre-vérifier 2x pis 3x par d’autres sources fiables impartiales. Parce que, comme André Sauvé disait: « on peut faire dire n’importe quoi aux chiffres et ça dit absolument rien »… LOL mais sérieusement, ça dépend de la solidité de leur interprétation. Enfin.

    Je ne suis pas climato-sceptique, loin de là. Dans ton article, tu explique la confusion que les gens montre à l’égard de la météo vs le climat. En même temps, tu parles à la fois de réchauffement et de pollution.

    Là où j’ai de la misère c’est quand les gens accorde trop d’importance au RÉCHAUFFEMENT climatique par rapport à la pollution. Moi si je suis pessimiste par rapport à l’avenir, hormis le fait que notre propre technologie pourrait un jour nous surpasser etc. à la Terminator ou the Matrix, c’est pas tant à cause du réchauffement. Sans pour autant le négliger, moi je pense qu’il est « d’la p’tite biére » comparativement à la POLLUTION qu’on génère. Dans l’air, dans l’eau, dans le sol. Le plus dangereux pour l’humanité à mon avis c’est que l’on transforme notre planète en poubelle géante. Tu as déjà vu le documentaire Manufactured Landscapes de 2006? Si oui, alors je te laisse imaginer les images qu’ils pourraient tourner aujourd’hui, seulement 13 ans plus tard! C’est complètement fou!

    Anyway tout ça pour dire qu’à mon avis, on devrait moins s’inquiéter du réchauffement (sans bien sur l’oublier!) au profit de plus d’intérêt portée à l’ensemble de la pollution (autre que les gaz à effet de serre).

    Francois

    • +1.
      Le réchauffement va peut-être jouer un impact dans l’extinction éventuelle de l’espèce humaine, mais il ne sera pas le seul. D’un autre coté, le sujet du jour est « les arguments à éviter pour expliquer le réchauffement climatique, donc…).

      Moi j’ai tendance à utiliser la métaphore du bocal.
      On est comme des poissons dans un bocal. Au début on pouvait manger et déféquer à volonté parce qu’on était pas trop nombreux et l’écosystème du bocal compensait. Mais on est devenu très nombreux et on surcharge les capacités de compensation du système. Faute de diminuer/ stabiliser la population il va très vite falloir se modérer sous peine de baigner dans notre m…

      • C’est exactement ce que je pense ! Nier le réchauffement climatique due principalement à l’augmentation de CO2 dans l’atmosphère à cause de de l’être humain, c’est complètement déconnecté de nos jours.

        Cependant, pendant que l’on « focusse » (vilain anglicisme ?) la dessus, on oublie le pire :

        Toute l’essence de notre civilisation est basée sur l’utilisation de ressources naturelles non renouvelables. Et ça a méchamment bien servi homo sapiens : Regardez son rythme de croissance ! Et tout baigne tant qu’il en reste. Mais ça ne sera pas éternel… Je ne suis pas devin pour dire quand ça s’écroulera, mais ça va arriver d’ici maximum 300 ans ( et je suis très optimiste ! )

        De plus, ça va arriver avec une population mondiale qui ne va qu’être toujours de plus en plus grande. La catastrophe va bien sur être graduelle, mais va un jour arriver à un point de rupture ou ça va barder ! L’avenir sera plus ou moins comme dans la série de films « Mad Max ».

        Et le réchauffement climatique dans la balance sera incroyablement insignifiant…

        M. Bernard parle par exemple d’eau potable. Pour ce qui est considéré « eau potable » dans nos contrés occidentales, il faut utiliser (dans la majorité des cas) de l’alun, (suflate d’aluminium) extrait de la bauxite, un minerai répandu… Mais pas éternel. ( Sans compter les désinfectants comme le chlore et l’ozone, très énergivores à produire )

        Quand on aura à boire de l’eau non traitée, l’espérance de vie va diminuer drastiquement. Sans compter que les cours d’eau de l’avenir sur cette planète surpeuplée vont fatalement être dans de beaucoup plus pires états que ceux du passé ou nos ancêtres s’abreuvaient ( avec espérance de vie de 40 / 50 ans, imaginez dans l’avenir… ).

        Et je ne donne ceci que comme exemple. Tout le reste va suivre. Même un jour, tout le fer exploitable sera rouillé ! On ne pense jamais à cela !

        Et personne, (sauf en paroles, même en ne comprenant rien à ce que ça implique réellement) ne veut changer son mode de vie qui mène à cela…

        Le jour viendra, ou, par défaut, je dis bien par défaut, pas par choix, ou par « éthique » (laissez moi rire !) que les êtres humains qui auront survécu à une terre dévastée (Et aux guerres implacables pour les dernières ressources, ne riez pas ! Quand les ressources manquent, le monde s’entretuent pour survivre) n’auront d’autre choix, au mieux, de vivre un peu comme les Amish, au pire comme au paléolithique.

        Le réchauffement climatique, bien que réel, est un bouc émissaire facile pour attirer l’attention médiatique et populaire. Ça donne aux gens à s’occuper… Et de parfois, leur faire penser « qu’ils font du bien à la planète ».

        Salutations, M. Bernard. J’aime beaucoup vos publication, et votre approche scientifique.

    • Totalement d’accord. La pollution nous est directement, et uniquement attribuable, contrairement aux changements climatiques, dont la responsabilité humaine n’a pas été mesurée et donc démontrée.

  11. Bonjour Olivier, voici un vidéo , pas long, pas compliqué, et que tout le monde devrait regarder et faire son opinion par la suite,

    par Vincent Courtillot scientifique

    [Vincent Courtillot – Il n’y a pas de réchauffement climatique]

    De plus, je te recommendes de rencontrer le scientifique québécois Reynald Du Berger. Personnellement, j’aime avoir les 2 cotés de la médaille, et ce n’est pas les médias traditionnels qui leur donnent du temps d’antenne pour s’exprimer .

  12. Bonjour,
    Je trouve un peu dommage que votre article soit teinté de votre opinion. Vous débutez en mentionnant que vous trouvez dommage que certaines personnes ne « croient » pas au changements climatiques, bien que cela ait fait un « concensus » parmi les scientifique.
    J’appuie certains des commentaires précédents; comme si, parce qu’une apparente majorité de « scientifiques » ont une opinion, opinion qui soit dit en passant est extrêmement médiatisée et politisée, et donc vendue à la population peu connaissante du sujet comme la seule crédible, cette opinion devrait être prise comme vérité?
    J’apprécie vos arguments et votre argumentaire bien monté, mais ce côté du « concensus » qu’on devrait prendre pour vérité m’irrite.
    Comme d’autres l’ont mentionné, je crois aussi, ayant une formation en géologie, et comme plusieurs dizaines de milliers de scientifiques, que les « changements climatiques » ne sont en grande partie pas causés par les activités humaines. Le vrai problème est la surpopulation et la pollution, ce sur quoi nous devrions nous concentrer.
    Et en ce qui concerne le GIEC, beaucoup de scientifiques s’entendent pour dire que les modèles climatiques de base qu’ils utilisent étaient erronés dès le départ. Il y a aussi eu des avis mentionnant que le GIEC avait fait de la manipulation de données pour arriver aux « bonnes » conclusions. Vous me demanderez des preuves; fouillez un peu sur internet, mais il est malheureusement difficile d’en avoir, ces « fuites » étant extrêmement censurées…J’ai moi-même été témoin d’un article en faisant part, qui avait été retiré du web la journée même, et je n’en ai jamais retrouvé la trace.
    Je vous invite à lire le livre La légende de l’effet de serre de François Meynard. Ouvrage très scientifique, qui expose une autre vision du phénomène des « changements climatiques », et qui nous invite à nous poser la question de pourquoi ce phénomène est aussi médiatisé et présenté de façon alarmiste, dans notre société actuelle où tout n’est que question d’argent et de pouvoir…
    Je vous laisse y réfléchir.

    • Le BOM australien (Bureau of meteorology) ont manipulé les températures du poste de Darwin 2 fois en 20 ans. Cherchez Acorn-v1 et v2 pour voir les différences. Ils ont aussi tronquer 15 ans de réchauffement gênant de la période. Anciennement les données remontaient à 1895 mais maintenant débute en 1910 effaçant ainsi une période particulièrement chaude et augmentant l’impression de réchauffement de plus de 1 degrée.

      Les donnés de NOAA sont aussi manipulées. Prenez les données satellitaires et les ballons sondes pour une vision plus vrai.

  13. Bravo bien fait.
    Tite tite erreur: faire long feu signifie justement le contraire : que la mèche brûle d’ un coup au lieu de tranquillement.

  14. Bonjour et merci pour votre article.
    La première chose que j’ai envie de dire c’est encore un article sur le réchauffement climatique(fonte des glaces) mais je demeure sceptique à la vue de cette article https://www.meretmarine.com/fr/content/ponant-le-passage-du-nord-ouest-infranchissable

    J’ai l’impression que les gens confonde changement et réchauffement climatique, à mon avis même si l’humain n’existerais pas sur la terre il y aurait tout de même des changement climatique.

    Je sais pas si vous êtes courant de la théorie de la mini ère glacière que certain scientifiques ont affirmé.
    http://www.lefigaro.fr/sciences/2015/07/13/01008-20150713ARTFIG00193-une-mini-periode-glaciaire-pourrait-toucher-la-terre-a-partir-de-2030.php

    • Bonjour Toboulot,

      Cet article est jntéressant. Cette théorie, qui a sa part de vraisemblabilité, n’est pas incompatible avec celle d’un « réchauffement » général d’origine partiellement anthropique.
      En effet, le climat général de la Terre est principalement soumis aux cycles solaires qui sont à l’origine de l’Optimum Médiéval Climatique, du Petit Âge Glaciaire et (au moins en partie) du réchauffement post-industrialisation. Donc il est très bien possible que nous vivions un nouveau « Petit Âge Glaciaire » dans les prochaines décénnies, bien que cela ne s’accorde pas avec la plupart des modèles climatiques. Cependant, cela n’effacera pas notre impact. Les gaz à effet de serre sont toujours plus concentrés dans l’atmosphère que lors des dernières périodes chaudes. Un refroidissement (de l’air et donc de la surface de l’océan) pourrait favoriser par exemple une ré-augmentation du captage du CO2 par les océans, ce qui serait bénéfique. Mais étant donné que l’empreinte carbone humaine ne risque pas de diminuer, la problème sera seulement retardé, et non éliminé.
      En gros, un nouveau Petit Âge Glaciaire ne ferait que reporter les problèmes à plus tard.

    • Triboulot @

      Non pas de mini ère glaciaire à venir… D’ailleurs le minimum de Maunder n’a eu qu’un impact très limité sur les températures. La plus grande partie de la baisse des températures observée pendant le dit PAG était due au volcanisme. Par ailleurs le PAG ne faut que local spatialement et temporellement parlant.

    • Salut Pierre !

      Je connais bien Mr Duberger, pas personnellement mais de réputation et pour l’avoir entendu quelques fois à la radio à Québec. J’ai aussi vu qu’il a invité ses lecteurs à m’écrire pour m’inviter à « débattre » avec lui. Je ne le ferai pas pour deux raisons bien simples :

      1) De quoi pourrions-nous « débattre » au juste ? De nos opinions, impressions ? Tel que mentionné dans mon article, il y a un consensus des données scientifiques très solide sur le réchauffement et le rôle de l’activité humaine. Il n’y a donc pas matière à débat à ces niveaux.

      2) Tel qu’annoncé dans mon article, je ne suis aucunement qualifié pour discuter de la science climatique; cet article ne concernait que l’aspect argumentation. Et en ce qui concerne Mr Duberger, malgré qu’il s’agit de son sujet de prédilection, quelles sont ses contributions à la science climatique ? À ma connaissance, il n’en a aucune. Donc encore là, je vois difficilement pourquoi tout « débat » sur les enjeux climatiques devrait l’inclure.

      On voit ici un piège et raisonnement fallacieux que je dénonce fréquemment sur Le Pharmachien : l’appel à l’autorité. Il y a quelques scientifiques dans le monde qui prétendent avoir découvert la « vérité » sur les changements climatiques. Mais pourquoi écouterions-nous ces quelques individus (qui s’étiquettent parfois de « climato-réalistes »), plutôt que virtuellement la totalité des climatologues spécialisés sur la question ? On voit exactement le même phénomène dans tous les domaines de la pseudoscience : alimentation, vaccination, thérapies alternatives, etc.

      A+!

      Olivier

      • Bonjour, Mr.Duberger ne prétend pas avoir la vérité, au contraire il pose des questions et ne connais pas les réponses. Ceux qui détiennent la vérité affirment que les changements climatiques sont causés par le Co2 émit par l’homme.

    • Je connais de réputation M. DuBerger, car j’ai étudier en science fondamentale à l’UQAC et il n’avait pas une très bonne réputation au sujet des sciences du climats. Il était le clown de service, car il n’a aucune formation en la matière, ni même d’articles publiés à ce sujet !

      De plus, les quelques arguments qui apportent ont tous été déconstruits par des études.

      Je veux bien avoir des débats en science, mais il faut que le savoir qui vient avec n’ai pas été contredit par d’autres études. La science fonctionne ainsi de puis toujours et un belle exemple est celui de l’effet Hawking, personne n’a pu contre dire sa théorie et les gens ont du l’accepter.

      Personnellement, j’aime mieux les scientifiques qui fond des études que ceux qui n’en fond pas !

  15. Bonjour, personnellement je n’aime votre vision de la conspiration des « scientifiques qui ne sont pas d’accord ». Voici un extrait d’un bon blog (Raynald Duberger) sur le sujet avec plusieurs scientifiques retraités et non à la solde des pétrolières ou du nucléaire.

    CLIMATOLOGUE: Scientifique imaginaire qui maîtrise les connaissances nécessaires en physique et chimie de la basse, moyenne et haute atmosphère, en géochimie, géophysique et géologie, en océanographie, en météorologie, en volcanologie, en sédimentologie, glaciologie, palynologie et dendrochronologie , etc. , afin de pouvoir comprendre l’évolution et les variations de ce que les climato-alarmistes appellent « le climat de la Terre ».

    Et une question que je crois pertinente:

    Si le CO2 émit par l’homme est le facteur principal de ce supposé RCA, comment expliquez-vous que la TMAG stagne depuis 20 ans, en dépit du fait qu’on a émis 40% de tout notre CO2 au cours de ces mêmes 20 ans?

    Bonne journée

    • RCA c’est quoi? TMAG c’est quoi?

      Pour répondre à la définition du climatologue, moi aussi j’en ai une marrante:
      « scientifique retraité »: scientifique qui a eu des connaissances dans un domaine mais qui a cessé de les mettre à jour au profit des parties de belotes, de tarte aux prunes et de longues sieste. Mais qui aime bien faire parler de lui parce que y a pas de raison que ces jeunes crétins en activité monopolise la parole. Par exemple en disant n’importe quoi à la télé.

      Plus sérieusement: un scientifique peut avoir une opinion divergente de ses confrères pour certaines raisons. Mais ce n’est pas parce qu’on est scientifique qu’on ne risque jamais de tomber dans le piège du dogme. Je soupçonne même que plus on est expérimenté, plus le risque est élevé car il est difficile de de ne plus croire en ce que l’on a cru valide pendant des années.

  16. Bonjour monsieur,

    après lecture je reste sur ma fin. Malheureusement votre effort louable me semble n’ajouter qu’une couche de flou à un sujet compliquer et controverser. Je vous expose ou mon esprit accroche votre approche. Il est inutile de tomber de le lourd pour s’y attarder.

    1. La science n’a jamais statué sur la température idéale pour la vie dans son ensemble. Crier au loup et à la catastrophe quand personne ne sait ou se situe la température »Eden » est une absence d’esprit critique absolue. La vie dans son ensemble à la capacité d’adaptation requise pour supporter des changements progressifs de températures et d’environnements. Il faudra en connaître les limites avant de dicter à cette température X les problèmes commencent.

    Pour ce qui est des »anomalies » elle ne sont tout simplement pas au rendez-vous.

    2. Rappelez que la »science du climat » n’est qu’une extension de la physique aiderait les gens à comprendre que ce n’est pas une science émergente face à une crise à venir mais une suite logique à une science pure en constante évolution. Après tout, quand je vois des scientifiques se proclamer autorité quand il ne possède aucune expertise en physique je me demande pourquoi personne ne soulève le point. L’avis général d’un Ph.d sur un sujet est toujours appréciable mais ce n’est pas nécessairement appuyer par du contenu et régulièrement teinté par le biais naturel de l’individu. Encore plus vrai lorsque l’individu sort de son champ d’expertise pour émettre une opinion. L’erreur est que cette opinion est que cette opinion est reçu comme une expertise alors qu’elle ne l’est pas. Nuance absolument requise pour l’esprit critique d’un lecteur.

    3. Prendre la période 1850 comme début est une supercherie. Regardez les températures avant 1850…. nous sortions d’une ère glaciaire. Bien sur que la température remonte après un ère glaciaire. Chose que les convaincu ne semblent jamais vouloir adresser.

    4. Les modèles ne suivent pas les observations depuis 1994, chose devenu incontestable depuis le début du siècle. Comme 97.5% des modèles sont 0.55 degré au dessus de la réalité et que la température ne suis pas du tout la hausse du CO2, il y a une révision d’approche requise.

    Je pourrais continuer longtemps mais ces trois points me semble suffisant. Votre approche, pour conclure, cherche à fermer le débat au lieu d’ouvrir la réflexion du lecteur. C’est malheureusement le réflexe de la majorité des gens qui écrivent sur le sujet. Le biais naturel de l’individu ressort.

    Mais nous avons besoin de vulgarisateur comme la plupart des gens n’ont jamais ouvert une étude scientifique et ne se taperons pas les rapports pertinents (GIEC, AR5, TAR3, RCP, ETC)

    Juste comme ça en PS, que pensez-vous du fait que le AR6 augmentera le seuil de CO2 requis dans le RCP 8.5 à 1100 PPMs (anciennement 936 PPMs) pour atteindre le réchauffement de 5 degré?

    (Oui je me tape la vrai science)

  17. Bonjour cher Pharmachien,

    En plus de consulter Serge-Étienne Parent, ingénieur écologue, je vous suggère de consulter aussi le Dr. Patrick Moore, PhD en environnement et cofondateur de Greenpeace, pour avoir une vision éclairée et complète des deux cotés du débat.

    Voici ce que le Dr. Moore dit du phénomène anthropogénique du climat (en anglais):
    youtube.com/watch?v=RkdbSxyXftc&t=15s

    PS: le CO2 n’est pas un polluant mais la source de toute vie sur terre!
    contrepoints.org/2015/04/21/205301-le-co2-nest-pas-un-poison

    • Salut Gilles !

      Quelles sont les contributions de Mr Moore dans le domaine de la science climatique ? Car s’il n’en a aucune, je ne vois pas pourquoi j’irais lire ses propos qui vont à l’encontre d’un consensus bhien établi.

      Olivier

  18. Encore merci cher Pharmachien. Le shitstorm dans les commentaires est en général le reflet de l’excellence du sujet.

    argument 1:
    « On ne demande pas non plus l’avis de n’importe quels scientifiques, car la climatologie est un champ de recherche hyper spécialisé. »
    J’y ai pensé très fort récemment en regardant une émission télé où une spécialiste de… je ne sais plus quoi vendait son bouquin sur le thème « arrêtez de m’embêter avec le réchauffement climatique, tout va très bien madame la marquise ». Ca m’a aussi rappelé la radio qui voulait t’appeler pour faire un débat « pour ou contre la vaccination » (quoi que dans ce dernier cas, c’est simple: « pour parce que je ne veux pas mourir d’une maladie contagieuse, merci »).
    On a en France un spécialiste de la géochimie qui s’est permis de faire pas mal de déclarations dans des domaines dans lesquels ils n’étaient pas qualifiés, au motif qu’il avait été ministre et qu’il faisait de la vulgarisation. Ca lui était monté à la tête, comme on dit. Il s’était même moqué de l’ignorance supposée des élèves (1999) mais malheureusement ayant mal révisé ses cours de physique élémentaire il s’était planté dans sa démonstration et s’était ridiculisé…
    Je pense qu’il aurait du s’en tenir à la géochimie… Il devait faire partie des 3%…

    argument 1bis et 2
    La « spécialiste » de l’émission a mentionné qu’après tout « ça ne s’était réchauffé que d’un degré ». Je ne sais pas quelles sont les valeurs exactes. Mais j’aurais voulu lui fournir l’argument d’un de mes profs: « c’est pas tant qu’il va faire plus chaud, c’est qu’il va y avoir plus d’énergie dans le système » (enthalpie?). En chimie/physique, l’enthalpie c’est le machin qui fait qu’une réaction (chimique?) a plus de chance d’avoir lieu. Vu la manière dont on chauffe notre bocal, je pense que tout plein de réactions marrantes vont avoir lieu…

    Pour contrer le joli monsieur gris, je rajouterais que oui, il y a plein de trucs qui peuvent faire que les vieux meurent de chaud, les tornades sont plus nombreuses, etc. Mais y a pas beaucoup de trucs qui explique que tout ça se produise à la fois. Sauf, justement, l’hypothèse de l’anthropocène…
    Pour le joli monsieur gris, je comprends aussi. Une vie humaine c’est très court à l’échelle géologique. Pis avec les problèmes de mémoire, les faux souvenirs, tout ça… On se rend pas bien compte. Autant demander à un rat (durée de vie de 2ans-3ans) s’il a remarqué si on avait pris des rides…

    Argument 3:
    ah oui, on s’est bien moqué pendant des années de la gueule de ces pauvres dinosaures!
    Ah les crétins, trop gros, pas de bol, une météorite ou les Trapps du Deccan ou les deux, et hop, le monde est dispo pour les petits mammifères futés.
    Sauf que en effet, nous on risque de disparaître nous même comme des grands! A ceux qui disent: « tant mieux, l’humain c’est pas top », je rappellerais que pas mal d’espèces qui vivent avec nous ou dans les environs vont aussi y passer.
    Ceci dit…
    On pourrait avoir l’avantage du 3 sans le 2. Un virus en pleine forme, une grippe ou un Ebola ou autre et hop, 90% de l’espèce humaine disparue, plus d’anthropocène. Pour quelques temps.

  19. Bon, il est vrai que le fonctionnement du climat a beaucoup de facteur qui peu le modifier rend le sujet complexe.
    je voit dans les commentaires qu’ils s’éloignent lentement du sujet principal.
    Souvent, les articles sur le réchauffement climatique ou changement climatique sous entend un crie d’alarme pour la santé de la planète.
    À mon avis le problème de la pollution est évident qui est associé à l’obsolescence programmée, je pense que en France, ils ont comprit le problème.
    https://www.geo.fr/environnement/quest-ce-que-lobsolescence-programmee-193602
    https://citizenpost.fr/2019/03/la-loi-pour-interdire-la-destruction-des-invendus-vestimentaires-en-france-sera-bien-votee-en-2019/

    Malheureusement, personne en parle au Québec.

    https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/ocean-continent-plastique-bien-plus-grand-prevu-70644/

  20. moi ce que j’aime c’est la prise de conscience que vous faites auprès des macramés…et des abeilles… Merci ! C’est la première fois que je vous lis…et non la dernière. Bravo pour vos actes concrets…efficaces je ne savais que vous étiez derrière tout ça !!!

  21. Il y a énormément de choses à dire à ce sujet incroyablement complexe alors je crois qu’il est pertinent de repartir de zéro. La base, sans à priori.

    LES FAITS

    1- Est-ce que le climat se réchauffe?

    Oui, le climat se réchauffe.

    Ceci est démontré de multiples façons, de manière directe ou indirecte, que ce soit par la mesure de la température globale en haute atmosphère, au fond de l’océan, en zone habitée ou inhabitée, l’étude des anneaux de croissance des arbres, la migration d’espèces de la faune et flore vers des territoires normalement trop froids pour elles, la modification des motifs migratoires, la fonte de la grande majorité des glaciers, la couverture glaciaire aux pôles, l’état du pergélisol, et j’en passe.

    Les indices du réchauffement du climat proviennent de toutes les sphères de la science.

    2- Quelle est la cause de ce réchauffement?

    La provenance #1 de l’énergie, et par conséquent, la chaleur sur Terre, c’est bien évidemment le Soleil. Il est le facteur le plus important dans la régulation du climat; si l’activité solaire augmente et émet plus de lumière, la Terre, ainsi que les autres corps célestes du système solaire (planètes et autres), recevront plus d’énergie, et leur température moyenne augmentera.

    Or, le Soleil émet-il plus d’énergie?

    Non. En moyenne, l’énergie émise par le Soleil est relativement stable depuis les années 1950. Ceci est confirmé par la mesure de l’énergie reçue à la surface de la Terre, par des satellites en orbite, ou encore par la mesure de la température moyenne sur d’autres planètes.

    Si le Soleil n’est pas responsable du réchauffement, que se passe-t-il?

    3- L’effet de l’atmosphère terrestre

    Comme la Terre possède une atmosphère, un climat peut exister à sa surface. L’atmosphère terrestre a un effet régulateur sur la température moyenne à la surface de la Terre, et permet de redistribuer l’énergie reçue par le Soleil, contrairement à d’autres corps célestes du Système Solaire qui n’ont pas d’atmosphère et qui subissent de grandes variations de température en fonction de la portion de leur surface qui est illuminée.

    L’atmosphère a également l’effet de conserver plus d’énergie à la surface de la planète, puisque certains gaz ont la capacité d’absorber la lumière infrarouge. Le Soleil lui-même émet une énorme quantité de lumière infrarouge, qui est en partie absorbée par ces gaz dans l’atmosphère, mais il y a plus. Ces gaz, qui absorbent la lumière infrarouge, sont transparents à la lumière visible ainsi qu’aux ultraviolets (du moins, ceux qui ne sont pas absorbés par la couche d’ozone), ceux-ci peuvent donc tous atteindre la surface. Arrivés à la surface, ils sont absorbés par la surface et une partie de leur énergie est convertie en chaleur, mais ils sont ensuite ré-émis par la surface sous forme de lumière infrarouge (qui est moins énergétique puisqu’une partie de cette énergie est restée à la surface sous forme de chaleur), qui ELLE, cette fois-ci, peut être absorbée par ces gaz. C’est ce phénomène qu’on appelle l’effet de serre.

    Lorsque la lumière infrarouge est absorbée par ces gaz, l’énergie qu’elle transmet est en partie convertie en chaleur, ce qui fait augmenter la température globale de ces gaz. Bien évidemment, la quantité de rayonnement infrarouge absorbé dépend directement de la quantité présente de ces gaz dans l’atmosphère.

    Quels sont ces gaz responsables de l’effet de serre?

    En ordre d’importance (liste non-exhaustive):

    -La vapeur d’eau
    -Le gaz carbonique (le CO2)
    -le méthane
    -l’ozone
    -autres

    4- provenance de ces gaz à effet de serre

    Sur la liste des gaz cités plus haut, seuls le CO2 ainsi que le méthane sont en augmentation constante depuis le début de l’ère industrielle. La vapeur d’eau s’auto-régule puisque lorsqu’il y en a trop, elle se condense et forme des nuages (par contre, attention! Plus la température est élevée, plus l’atmosphère peut contenir de vapeur d’eau sans qu’elle se condense). L’ozone est également relativement stable (merci le protocole de Montréal).

    Le CO2 est celui qui a subi l’augmentation la plus marquée depuis le début de l’ère industrielle. La courbe de croissance de la présence de CO2 dans l’atmosphère suit presque parfaitement la courbe de croissance de la température moyenne sur Terre. Étonnant! Se pourrait-il que, par le processus d’élimination que nous venons de suivre, le CO2 soit responsable? Je vous laisse en juger.

    Mais alors, d’où vient-il ce CO2? Une analyse des isotopes du carbone composant le CO2 atmosphérique d’aujourd’hui versus le CO2 d’antan démontre que la source du CO2 supplémentaire est –

    les combustibles fossiles.

    LES OPINIONS

    Maintenant qu’il semble évident que la cause du réchauffement climatique soit l’augmentation du CO2 atmosphérique résultant de l’activité humaine, que faisons nous?

    Selon moi, il semble illusoire de croire que la solution soit une diminution de la consommation énergétique de l’humanité. Car en effet, la raison pour laquelle nous consommons des combustibles fossiles est pour produire de l’énergie; pour produire la nourriture, nous chauffer, nous déplacer, faire fonctionner nos machines mécaniques et électroniques, pour… tout, en fait. Réduire de manière massive la quantité d’énergie que nous consommons pour ces tâches signifie de réduire de manière massive le niveau de vie de l’humanité. Je ne crois pas possible que la majorité de l’occident veuille accepter la simplicité volontaire.

    Ce que nous devons faire, afin de garder le même niveau de vie et de confort, c’est échanger les énergies fossiles pour des énergies qui ne produisent pas de CO2 lorsqu’on les utilise, ou du moins, capturent autant de CO2 qu’elles n’en émettent.

    La difficulté que nous vivons est que les combustibles fossiles sont TELLEMENT efficaces et facile d’accès pour stocker et produire de l’énergie sur demande qu’il est très difficile de trouver des alternatives comparables pour les remplacer.

    D’après moi, la solution se trouve dans l’électrification totale de toutes les activités humaines. Pendant que cela se fait, nous pourrions en profiter pour redoubler d’efforts à trouver de nouvelles façons propres de produire de l’énergie pour la convertir en électricité et bien la stocker. Que se soit par réacteurs à fusion nucléaire, réacteurs à fission thorium, éoliennes, génératrices marémotrices, énergie solaire, énergie géothermique et j’en passe, les sources possibles sont multiples. Découvrons également des méthodes de stockage plus performantes et moins polluantes que les batteries lithium, et tous les ingrédients seront réunis pour que les combustibles fossiles ne deviennent qu’un lointain souvenir…

  22. « On ne demande pas non plus l’avis de n’importe quels scientifiques, car la climatologie est un champ de recherche hyper spécialisé. » Tout à fait ! La climatologie est une science géographique – je l’ai étudiée pendant mes études de géographie – à la différence de la météorologie qui est une science physique dont le but est la prévision du temps à court terme.
    La climatologie se fonde sur des modèles de compréhension. Le plus populaire, encore aujourd’hui que ce soit à la météo télévisée ou pour le GIEC, est celui de l’école norvégienne ou modèle frontologique élaboré entre 1919 et 1921. Le second est celui de Marcel Leroux, climatologue français qui avait rédigé sa thèse sur le climat de l’Afrique occidentale (1983) décrivant les AMP (Anticyclone Mobile Polaires) comme moteurs de la circulation dans la basse atmosphère négligée par les modèles statistiques contemporains au profit de la circulation à 5000 mètres d’altitude, soit à la pression moyenne de 550Hp plus facile à modéliser.
    On peut lire son ouvrage majeur, La Dynamique du temps et du climat, éd. Dunod, 2è éd. 2004. Explication des AMP disponible en PDF ici : https://hacenearezkifr.files.wordpress.com/2018/05/leroux-1987.pdf
    Michali, docteur en géographie, agrégé de géographie

    • « Le second est celui de Marcel Leroux »

      Sauf que Leroux était climatosceptique et que son modèle d’AMP n’est repris par personne aujourd’hui tellement il n’explique pas grand chose.

      Et contrairement à ce que vous affirmez la climatologie ne se fonde pas sur des « modèles de compréhension », je vous invite à vous documenter un peu plus sérieusement sur le sujet, il existe quelques ouvrages faciles à lire, comme par exemple Climats passé présent futur (https://livre.fnac.com/a8921134/Marie-Antoinette-Melieres-Climats), et vous vous rendrez compte qu’il y a bien plus que des « modèles » pour expliquer le fonctionnement du climat.

      • Plaisantez-vous ? Son modèle a même été adopté (en catimini) par météo-France, comme il l’avait rappelé lui-même dans une réponse à M. Jancovici, le 25/02/2002 : « »Météorologie générale et maritime », Cours et Manuels de l’École Nationale de la Météorologie, n° 14, 4ème trimestre 2001, Toulouse, page 83, fig. 9.7 ! Rappelons également que le concept AMP est déjà formellement reconnu par Météo-France depuis 1998 par une communication à l’Académie des Sciences de Joly et Arbogast, du CNRM (cf. in Y. Lenoir, pp. 112-117) »
        Vous pourrez vous y référer, si les exemplaires n’ont pas « disparu ». Comme par hasard, son laboratoire de Lyon a été démantelé après son décès. Ses recherches ont été systématiquement « enfouies » en France. Par ex. la 3è édition de son livre n’a pas été publiée en France, mais elle est disponible (à prix d’or !) en anglais, chez Springer, le plus important éditeur scientifique du monde !
        Le fait d’être climatosceptique n’est pas un gros mot. Ce sont ses observations très précises qui l’ont amené à douter du rôle du CO2 anthropique, pas un quelconque a priori idéologique.
        Si vous le contestez, démontrez qu’il a tort. C’est tout simple !
        Votre référence est vraiment la climatologie pour les nuls ! Lisez donc le manuel recommandé à l’époque de mes études – vous devriez arriver à le lire – : Charles P. Péguy, Précis de climatologie, Masson, 1970, 468 pages.
        Quant aux « modèles », demandez plutôt aux « climatologues » du GIEC de vous expliquer les leurs et vous comprendrez qu’il y a quelques questions sérieuses à se poser !

        • @MICHALI

          Belle théorie de conspiration! Plutôt que de pontifier à propos de tel ou telle autre personne ou organisation locale, pourquoi ne pas expliquer de quelle manière toutes les mesures effectuées jusqu’à présent sont invalidées par l’existence d’un modèle obscur d’anticyclones mobiles polaires, et comment ce modèle explique l’augmentation de la température moyenne globale?

          >Le fait d’être climatosceptique n’est pas un gros mot. Ce sont ses observations très précises qui l’ont amené à douter du rôle du CO2 anthropique

          Il est sain de remettre en question les idées préconçues, mais les réclamations extraordinaires exigent des preuves extraordinaires. L’effet de serre est un principe physique non-négociable. Il est nécessaire de réfuter ceci : https://youtu.be/AaY36yxFb1o ou de l’expliquer autrement pour pouvoir même penser remettre en cause l’effet des gaz à effet de serre sur la température moyenne globale.

          Voyez mon message du 1er mai.

  23. « » » »Que se soit par réacteurs à fusion nucléaire, » » » »

    Dommage que cette assertion vienne tout foutre par terre, le reste de votre texte n’était pas dénué de bon sens.

    Nous ne sommes pas près de nous séparer des fossiles notre société est construite sur leur utilisation, nous continuerons à foncer droit dans le mur et hypothéquerons l’existence des générations futures.

    • @Robert

      J’imagine que vous me citez car je reconnais ma tournure de phrase.

      En quoi cette « assertion » vient foutre à terre quoi que ce soit? De quelle manière cet élément vient-il, selon vous, invalider le reste de mon argumentaire?

      Et pour l’assertion elle-même, vous croyez que tous les efforts de recherche en fusion nucléaire déployés (des milliards de dollars) par tous les pays du monde sont inutiles? Pourquoi?

      >Nous ne sommes pas près de nous séparer des fossiles notre société est construite sur leur utilisation, nous continuerons à foncer droit dans le mur et hypothéquerons l’existence des générations futures.

      En effet, si nous ne mettons pas les efforts et les ressources nécessaires afin de trouver des solutions alternatives équivalentes ou mieux, nous ne sommes effectivement pas près de nous séparer des combustibles fossiles. Si on arrive à produire un réacteur qui produit plus d’énergie qu’il en consomme, la fusion nucléaire serait LA technologie qui subviendrait à TOUS les besoins énergétiques de l’humanité. Ce n’est pas près d’arriver, mais des centaines de gens parmi les plus intelligents sur Terre y travaillent. Il existe certes d’autres moyens de produire de l’énergie, mais il n’y a rien d’aussi efficace.

      • « » » »Et pour l’assertion elle-même, vous croyez que tous les efforts de recherche en fusion nucléaire déployés (des milliards de dollars) par tous les pays du monde sont inutiles? Pourquoi? » » » »

        Ce n’est pas parce qu’on fait de la recherche que cette dernière aboutira (on dépense des milliards dans la recherche contre le cancer et on ne connaît toujours pas les causes de cette maladie) et on ne bâtit pas une politique énergétique sur de la spéculation. Le record de durée de fusion n’est que de 6.30 minutes mais avec un pouvoir de fusion totalement négligeable.

        Il y a loin de la coupe aux lèvres.

  24. Salut de France

    Je voulais juste t écrire un bref message pour te remercier de ton travail et de la qualité de ta pédagogie.

    Je viens de lire avec effroi les menaces et harcèlements que tu subis suite à tes articles sur la vitamine C.
    Je suis navré de la médiocrité du monde que tu te prends en pleine face car je trouve personnellement ton travail d’utilité publique.
    Il y aura toujours une minorité bruyante pour harceler et insulter mais sois certain que la majorité des personnes normalement constituées ne peut que bénéficier de ton talent.

    Je souhaitais donc simplement te remercier du fond du coeur mais aussi du cerveau (oui c’est formulé bizarre mais ça veut dire que tu m’aides à beaucoup réfléchir aussi) pour la manière dont tu utilises la science et dont tu vulgarises ses concepts.

    Bravo bravo bravo et courage !

    Ps: ceci n est pas véritablement un commentaire à publier c’était juste que je ne savais pas où t écrire ce message de gratitude.

  25. Très intéressant comme article. Ça revient toujours au même une bataille de chiffres avec des donnés scientifiques qui tirent partout. Tant que les gens ne vivront pas cela il sera inutile de les avertir. On a juste à prendre la crise de l’eau en Afrique du Sud. Tout le monde s’en foutait jusqu’à temps qu’on dise »Le 1er Avril 2017 vous allez ouvrir le robinet et il ‘y aura plus d’eau » Les gens ont commencé à se rationner. C’est quelque chose de concret. Va dire à Robert Tremblay que son F 150 pollue et qu’au Gabon ils vont devoir migrer. C’est trop abstrait encore les gens regardent par la fenêtre et c’est pareil.

    P.S.: Il y a moins de feux de forêts…

  26. Bonjour, vos arguments sont imparables est votre article est intéressant mais selon moi il ne va pas au fond du problème. Comme tout le monde (le fameux consensus) vous me semblez occulter la cause première.
    Pour ma part, je pense que c’est la démographie qui est l’origine de tous les problèmes environnementaux qui dépassent la question du climat, dont la variabilité est la caractéristique : pollution chimique générale, invasion de la matière plastique non dégradable, chute de la biodiversité, baisse de la disponibilité des ressources naturelles nécessaires.
    Quand un problème n’a pas de solution, l’esprit humain semble l’ignorer, ce qui est le meilleur moyen de le résoudre.

  27. La peur d’une catastrophe nous habite depuis toujours.On peut même penser qu’on aime avoir la frousse des lendemains incertains ça nous stimule pour ne pas dire excite les sens ça les met en éveil comme les manèges de la Ronde!
    Au cours des 60 dernières années on est passé de l’holocauste atomique avec son horloge qui affichait moins 2 secondes avant l’armageddon à la catastrophe écologique tout en prenant note que cette dernière fut récemment dépoussiérée et remise à jour pour servir la cause du réchauffement planétaire . On parle de consensus de centaines de scientifiques ce qui me fait sourciller puisqu’il est très difficile même pour deux savants personnages de se mettre d’accord ceci plus souvent qu’autrement. Comme souligné par notre Pharmasceptique il semble y avoir ici un problème méthodologique .
    De plus on oublie de faire référence à l’Optimum climatique moyenâgeux très instructif avec en plus la distribution non aléatoire des enregistrements météorologiques qui en très grande partie sont localisés près des grandes agglomérations.
    Je suis donc climatosceptique puisqu’il est impossible d’etre nuancé , d’émettre des doutes, des interrogations ou encore avoir des réserves

  28. Encore un super article comme toujours. Juste un détail m’embête : l’histoire de la 6ème extinction de masse ne fait pas consensus. Qu’on vit une période de très nombreuse extinction ça par contre ça l’est. Car pour être qualifié d’extinction de masse il faut que cela concerne de nombreuses formes de vie différentes ( et celle actuelle concerne énormément les mammifères alors que d’autres catégories semblent épargnée ou s’éteindre à un rythme normal.) Source, une vidéo sourcée d’entracte science, faite par un paléontologue : https://www.youtube.com/watch?v=15WiYFl1zaY

  29. Bonjour Pharmachien,

    Aujourd’hui c’est la marche pour le climat et je veux simplement te féliciter de faire ta part comme tu le peux pour vulgariser du contenu scientifique et rendre accessible de l’information fiable aux gens.

    Je suis bien désolé de lire les commentaires de tes détracteurs, mais si les gens sont capables de s’en prendre à Greta Thunberg, une jeune de 16ans, ils sont prêts à s’en prendre à n’importe qui.

    Étant dans le domaine psychosocial, j’ajouterais cependant qu’il serait intéressant de faire une capsule sur l’anxiété générée par les changements climatiques et les mécanismes de défenses que les gens mettent en place pour faire face à cette anxiété: notamment un évitement extrême et une opposition/refus d’accepter la réalité.

    Ça serait très intéressant et te permettrait de toucher un autre angle, une compréhension différente de même qu’une ouverture de discussion avec les jeunes qui sont de plus en plus à être diagnostiqués de troubles anxieux liés aux changements climatiques.

    Si jamais ça t’intéresse !

    Continues ton bon travail!

  30. Il y a toujour 4 saisons, toujour du froid l’hiver il n’y a rien qui renfroce le réchauffement.

    Avril 2018 de la neige à Québec……………………………..

    Les phases solaires et l’eau des océans font le réchauffement normalisé naturel.

    Le soleil est dans sa phase de refroidissement en ce moment nous aurons du temps froid.

    Je ne suis pas d’accord avec ton analyse et ça te prendra probablemnt une vie pour t’en rendre compte mais as-tu bien analyser les donnés météo du milénaire, les vrais données?

    L’on a une taxe du carbon inutile et des citoyens qui sont de plus en plus esclave de la politique et du system corrompu.

    ex1: [LIEN ENLEVÉ DE « FRIENDS FOR SCIENCE », GROUPE CLIMATO-NÉGATIONNISTE BIEN CONNU]

    ex2: [« Nobel Laureate Smashes the Global Warming Hoax » sur Youtube]

    ex3: Le new york times faisait du yoyo climatique en 1895 avec des changements d’avis passant de chaud a froid en 6, 8, 10 ans d’interval. C’est un spin médiatique payant .

  31. Bonjour Pharmachien!

    Peux tu s.t.p. expliquer à la population les cycles du soleil et celui du système solaire, puisque, pour des raisons que nous ne comprenons pas, ils ne sont n’y enseignés à l’école, ni abordés comme sujet dans les médias quand pourtant ils ont un impact majeur et global sur nous tous… le soleil, n’est pas seulement un voisin un peu en feu, il semblerait qu’il pourrait jouer un rôle majeur dans nos vies.

    Il y a aussi l’inversement des pôles magnétiques que personnes semble prendre au sérieux malgré qui sont connus et reconnues depuis les années 1940 ( mais bien avant pour certain ) comme des phénomènes réels et qui ont déjà bouleversés la faune et la flore terrestre en plus de transformer la surface de la terre de façon radicale. Sont t’ils en mouvement en ce moment ?

    Nous aimerions aussi, si tu veux bien sur, que tu nous explique l’agenda 21, cet accord signé par le Canada et le Québec dans le début des années 1990 . Le créateur de ce projet est canadien ( Maurice Strong ) un des hommes sinon l’homme le plus riche de la planète. Comment cet accord va t’il changer nos vies? Combien y a t’il de chapitres à cette agenda? Combien de sous-agendas sont t’ils apparus depuis ? Quels domaines de notre vie quotidienne seront affectés par cet agenda ? Dis nous comment l’agenda 21 a t’il touché le scientifique, pharmacien, personnage publique et d’influence que tu es? et comment a t’il modifié ton comportement , ton opinion, ta position?

    Parle nous de groupe Bilderberg? De son histoire? Qui en sont les créateurs et leurs objectifs?

    Parles nous de la banque centrale? De la raison de son existence? Qui en sont les actionnaires ? Quelles sont ses fonctions? Parle nous du FMI et de son rôle?

    Parle nous de l’ONU? Quelle rôle l’ONU aimerait avoir dans notre société? Sont t’ils des élus? Qui sont ces gens? Quelle sont leurs pouvoir et leurs fonctions? Qui gère cette organisation? Qui signe leurs cheques de payes?

    Qu’est ce que le GIEC ? Son rôle? Qui travaille pour le GIEC? Qui finance le GIEC? Où pouvons-nous trouver la fameuse liste de 2500 signatures d’experts appuyant le rapport émit par celui-ci? Que disait exactement le rapport? Quels sont ses principales lacunes scientifiques?

    Pourrais-tu aussi nous expliquer ce qu’est le climate gate? Qui était celui en tête de « l’enquête indépendante » ? Cette personne faisait t’elle partie d’un groupe ou d’une organisation ? Quels sont ses organisations et qui en fait partie? Peut-on facilement relier le responsable de l’enquête indépendante et certaines personnes de la banque centrale? Retrouve-t’on les meme personne parmi ceux finançant le GIEC?
    Quels sont les liens qui unissent tout ce beau monde là et pourquoi ils utilisent des expressions comme « ressources humaines » en parlant de nous, l’humanité, ou bien « établissements humains » au lieu de simplement dire logement ou maison, et « contrôle démographique » un peu comme quelqu’un oeuvrant dans le domaine du contrôle de la vermine se serait exprimé?

    Je sais que ca fait beaucoup mais si tu pouvais aussi expliquer ce qu’est l’argent!? Qui fabrique l’argent, qui la gère et quel pouvoir à t’il sur nous? Depuis quand l’argent existe t’il ? Pourquoi et par qui a t’il été inventé? Qui contrôle l’argent et qui contrôle celui qui contrôle l’argent? Quelqu’un qui possède 1000 milliards de dollars pourrait-il, s’il le voulait, influencer le cours de l’histoire de l’humanité ? Pourrait t’il anéantir l’humanité ? Existe t’il des gens possédant une telle sommes ? Possédant plus que ça? Qui sont les 10 humains les plus riches sur terre, à combien s’élève leurs fortunes et que font t’ils de leurs journées? Quels sont leurs philosophies de vie, quels sont leurs visions de notre futur? Comment prévoient-ils contribuer à l’amélioration de l’humanité? Comment sont t’ils devenus aussi riche? Quels compagnies possèdent-ils? Ont-ils des compagnies qui sont en conflits d’intérêts entre elles? ( par exemple posséder une entreprise pharmaceutique et une entreprise produisant de la nourriture où les propriétaires pourraient être tenté de rendre malade en nourrissant et soigner la maladie)

    Ont-ils financé ( par le biais de leurs compagnies) des organismes comme Greenpeace, al gore, ou le GIEC l’ONU etc etc. Sont t’ils actionnaire de la banque centrale?
    Font t’ils parti de groupes ou organisations moins connus? Outre l’argent, quels sont les droits leurs permettant d’ainsi de choisir pour l’humanité, s’ils le font bien sur!?!?

    Par quelle expérience scientifique pouvons nous démontrer que le co2 cause l’effet de serre? Est -ce possible d’avoir la démarche scientifique, les protocoles et les données cumulées prouvant cette affirmation ?

    L’effet de serre comme le dit l’expression consiste à l’accumulation de chaleur provenant des rayons lumineux dans un lieu fermé , hermétique. Est-ce que la terre est un lieu fermer hermétique ? Sinon comment expliquer la lois du vacuum? Sinon comment expliquer l’effet de serre?

    Combien faut t’il de joules ( énergie ) pour faire augmenter de 1 degré la temperature globale de la planète ? Quelles sont les sources provenant de l’homme libérant cette énergie?

    Quelle est la source d’énergie principale de la terre ? Comment de joules cette source fournis t’elle ?

    Quelles sont les qualités/avantages et les défauts/inconvénients du CO2?
    Quel % de co2 y il a t’il en ce moment dans l’atmosphere?

    Quelle gaz est le plus à l’origine de l’effet de serre ? Dans quelle proportion ?

    Penses tu que l’humanité veut vraiment polluer ? Pourquoi les inventions et les nouvelles technologies qui pourrait complètement changer nos vies sont t’elles encore sous brevets quand nous vivons une situation d’urgence?

    Pourquoi l’expression agenda 21 à jamais été mentionné ni même abordé pendant les 3 débats pour le pouvoir au canada quand nous donnons 5 milliards de $ par années et cette somme s’élèvera a 100 milliards en 2030 ?

    Qui paiera la taxe du carbone ? Qui produit du carbone ? C’est quoi du carbone ? A quoi sert t’il ? Pouvons nous faire disparaitre complètement le carbone sur terre et quels seraient les impacts ?

    Qui pollue le plus entre une personne riche et une personne pauvre ? Qui a la plus grande empreinte écologique entre une personne riche et une personne pauvre?
    Qui consomme le plus entre une personne riche et une personne pauvre ?
    Qui a le plus plus de possession entre une personne riche et une personne pauvre ?
    Lequel mérite le plus de vivre entre une personne riche et une personne pauvre ?
    Qui peut choisir lequel mérite le plus de vivre ?
    La planète appartient a qui ? A tous ou a personne?
    Peut importe la réponse, est t’il légal que certaines personnes en prennent des parties et les vendent aux autres comme si la matière première était leur propriété?
    Il y a t’il une race d’humain qui prédomine les autres.
    Pourquoi l’agenda 21 défend l’environnement et l’économie avant l’humanité ?
    Qui risque de disparaitre en premier entre le terre et l’humanité ?
    Te considère tu comme étant un être humain? Sinon de quelle espèce es tu ?
    Sur une note de 10 , tu évalue ton sentiment d’appartement à ton espèce à combien.
    Est – ce que tes actions sont à l’unisson avec cette note?
    Si ton espèce faisait face a une menace majeur et qui pourrait potentiellement la faire disparaitre, comment réagirait tu et serait tu loyal à celle ci ?

    Tu sais, traiter la question des changements climatiques est quelque chose de super difficile et il est extrêmement important d’insister que pratiquement personne dénie les changements climatiques. Par contre beaucoup dénoncent les conflits d’interêts entre ceux qui sonnent l’alerte des changements et ceux à qui ce combat rapportera, dénoncent le fait que l’humanité soit l’unique accusée, dénoncent l’agenda 21 qui ressemble plus à une tentative d’asservir l’humanité que d’un plan de sauvetage, dénoncent que l’argent et la terre passent avant l’humanité, dénoncent le fait que la technologie existe mais maintenue hors d’accès, sous brevet , protéger par nos propre lois , que notre gouvernement ne veut pas changer, dénonçant que le système global monétaire est la source #1 de toutes formes de pollutions et bien plus, l’argent est entrain de détruire l’humanité et curieusement personne semble vouloir s’en débarrasser.

    En finissant, nous savons que c’est beaucoup mais :

    Quel domaine scientifique possède la vérité absolue ?

    Quel domaines scientifique est totalement maitrisé et ne possède plus aucun secret pour l’humain ?

    Est ce que la science fait des recherches dans tous les domaines sans exception?

    Quel est le moteur #1 de la science , de quel façon les domaines de recherches sont t’ils mit en ordre de priorité, quest- ce qui détermine quel domaine aura le plus de chercheurs dévoués à celui-ci?

    La science est – elle libre ? Neutre ?

    Le pharmacien impertinent qui simplifie la science et anéantit la pseudo science ?

    Une pseudo science étant une science se basant sur des faits, des données , ou des protocoles non confirmés, non appuyés d’experts, non officiels, non vérifiés, non prouvés, biaisés, trafiqués, donc des sciences qui se basent sur des preuves qui ne sont pas 100% garanties d’être vraies, finales et absolues.

    Explique nous pourquoi tu as choisie cette position pour ton texte sur le climat? Dis nous ton intention? pouvons nous avoir tes sources et les domaines scientifiques détenant la vérité pure et ayant tout découvert dans leurs domaines de recherches.

    Qui sont tes 5 commanditaires principaux ?

    Merci d’avance nous sommes de grand fans !! Merci de nous aider a y voir plus clair, l’amour est peut être pas une science, mais elle est absolue, et c’est l’amour pour l’humanité qui nous fait faire tout ceci !

    Dsl pour les fautes
    On meurt d’impatience de lire tes réponses!
    Merci encore pour ton aide.

    P.s si tu choisis de pas publier nos questions peut tu nous envoyer tes réponses a nos questions pour quand même nous aider à ce qui se passe réellement et les vraies enjeux?merci

    • Salut Carol et le « groupe » !

      Wow, ça fait beaucoup de questions ça ! Pour la plupart, il faudrait les adresser à des spécialistes du sujet, ce que je ne suis pas. Et certaines questions sont beaucoup trop edgy pour un gars pragmatique comme moi.

      Je vais répondre aux dernières, qui semblent à ma portée :

      « Quel domaine scientifique possède la vérité absolue ? »

      Aucun.

      « Quel domaines scientifique est totalement maitrisé et ne possède plus aucun secret pour l’humain ? »

      Aucun.

      « Est ce que la science fait des recherches dans tous les domaines sans exception? »

      Considérant qu’il y a même des « recherches » sur le paranormal, j’aurais tendance à dire que oui, ou presque.

      « Explique nous pourquoi tu as choisie cette position pour ton texte sur le climat? »

      C’est le consensus scientifique actuel. Voir à cet effet les multiples références citées.

      « Qui sont tes 5 commanditaires principaux ? »

      Je n’en ai aucun, c’est clairement mentionné ici : http://lepharmachien.com/a-propos-du-site/

      Bien content de compter le « groupe » parmi mes « grands fans » !

      A+

      Olivier (humain, 9.5 / 10)

  32. merci je connaissait pas ce site mais si il fonctionne comme Wikipédia, il serait préférable de s’en méfier.
    Si vous permettez, à titre informatif j’ai trouvé l’historique de 120 ans de prédictions apocalyptique qui me semble erronées.

    voici les liens

    [LIEN ENLEVÉ – PROPAGANDE]

    [LIEN ENLEVÉ – PROPAGANDE]

  33. Si Mr. le Pharmachien me permet je vais répondre à CHRISTIANB.
    Les GES au Canada ont diminué.

    https://www.canada.ca/fr/environnement-changement-climatique/services/indicateurs-environnementaux/emissions-gaz-effet-serre-echelle-mondiale.html

    Je pense que la jeune Greta devrait sensibiliser les pays qui sont en cause de l’augmentation du GES

    https://lesobservateurs.ch/2019/09/28/le-discours-que-greta-a-copie-de-1992-a-lonu-nous-sommes-un-groupe-de-jeunes-de-12-ans-qui-essaient-de-faire-une-difference/

    Pour les prédictions, plusieurs en ont faites et plusieurs se sont trompé.

    [LIEN ENLEVÉ – PROPAGANDE D’UN PARTI POLITIQUE]

  34. Du point de vue d’un géographe passionné du cycle du carbone, j’aimerais ajouter un élément d’explication qui m’a fait comprendre beaucoup de choses par rapport aux changements climatiques.

    1. Les changements climatiques sont majoritairement liés à l’effet de serre.

    2. Celui-ci est lié à la quantité de gaz à effet de serre dans l’atmosphère (lire ici dioxide de carbone et méthane principalement).

    3. Le carbone fossile est principalement retrouvé sous forme de pétrole, gaz naturel et charbon.
    Ces sources de carbone fossilisés dans notre croute terrestre ont été formées en majorité au carbonifère, une ère géologique qui voit l’apparition des cellules végétales robustes (lignine par exemple) qui proliféraient sur terre. Les organismes décomposeurs de l’époque n’était pas apte a décomposer ces types de cellules.
    Des quantités massives de carbone ont été ainsi fossilisées dans le sol.
    L’apparition d’espèces d’organismes capables de décomposer la totalité de la biomasse végétale à marqué la fin du carbonifère et de sa fossilisation massive du carbone. Depuis, on la retrouve presque partout sur terre.

    4. Le carbone ainsi fossilisé est exploité depuis la révolution industrielle comme carburant et, en en brulant sa forme stable (charbon petrole gaz naturel), on libère 1. de l’énergie et 2. son carbone sous forme mobile (CO2 ou methane) dans l’atmosphère .

    Le CO2 ainsi libéré est aussi consommé/transformé par les plantes qui forment leur biomasse avec celui-ci mais sa biomasse est rapidement décomposée à la surface du sol par les mêmes familles d’organismes décomposeurs qui se sont formés à la fin du carbonifère. Les décomposeurs renvoient dans l’atmosphère le carbone puisé dans la biomasse sous forme de CO2 à nouveau et ainsi se poursuit le cycle.

    Il n’y a donc pas une grande fossilisation du carbone de la biomasse actuelle dans le cycle. Certains environnement permettent toutefois de voir se fossiliser du carbone mais c’est nettement inférieur à ce que l’on devrait fossiliser pour compenser cet apport supplémentaire apporté par notre utilisation des hydrocarbures fossiles.

    En conclusion, voila pourquoi le carbone fossile ne doit pas être utilisé comme on le fait. Il ne retournera jamais sous forme fossilisé car les conditions pour le fossiliser ne sont plus réunies sur la terre depuis le carbonifère. Il se retrouve dans notre atmosphère et provoque la hausse globale des températures.

    Excusez-moi je ne suis pas aussi bon vulgarisateur que Olivier Bernard 🙂

    • Écouter un ou plusieurs scientifiques précis n’a aucune importance. Le consensus scientifique, c’est un consensus de données probantes. Autrement dit, les données convergent vers les conclusions qui sont citées dans cette BD.

      Même si le GIEC n’existait pas ou n’avait pas les mêmes propos, cela ne changerait pas les données et donc le consensus. « Croire » des scientifiques sur la base qu’ils sont pro- ou anti-GIEC constitue dans les deux cas un argument d’autorité :
      http://www.charlatans.info/autorite.shtml

      Olivier

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Ton commentaire n'apparaîtra pas immédiatement, je dois les approuver manuellement!

Back to top