4 arguments louches sur le cannabis et la santé

cannabis-header

Le 17 octobre 2018 est une journée qui passera à l’histoire : c’est le bug de l’an 2000 le jour où le cannabis a été légalisé au Canada (i.e. aujourd’hui).

Depuis un an, je me fais poser une tonne de questions sur le sujet. Surtout, les gens veulent savoir si je suis « pour ou contre » la légalisation…

Mais je ne suis pas la bonne personne pour répondre à cette question. Les raisons légales, sociales et économiques ne sont pas dans mon champ d’expertise. Mon domaine, c’est la science et la santé.

Disons simplement que la criminalisation du cannabis, ça a été un échec. Donc il était temps qu’on essaie autre chose.

Aussi, à un moment donné, ça ne sert à rien d’être dans le déni : au moins 15% des gens consomment du cannabis. Et chez les jeunes, c’est 30 à 40%.

Mais je dois dire que les deux discours les plus présents en ce moment m’énervent tout autant, c’est-à-dire :

 

cannabis-intro

 

Je pense que c’est important de parler ouvertement du cannabis. Mais malheureusement, on entend souvent des arguments très louches autant dans le camp « pour » que « contre ».

Cette BD reprend les grandes lignes de l’épisode sur le cannabis des Aventures du Pharmachien, diffusé en décembre 2017. L’épisode peut être visionné sur l’Extra de tou.tv. Et si tu es prof ou étudiant(e), la plate-forme Curio.ca permet d’écouter l’épisode gratuitement en classe ou à la maison.

 

Note #1 : Question d’être transparent, je dois avouer que je n’ai jamais consommé de cannabis dans ma vie, même pas pris une « pof ». La raison est que je n’ai jamais aimé l’effet des psychotropes en général (i.e. les substances qui modifient l’état de conscience), incluant l’alcool. J’espère que ça ne me disqualifie pas d’aborder le sujet, au même titre que je n’ai jamais consommé 99.999% des médicaments avec lesquels je travaille sur une base quotidienne…

Note #2 : Il y a plusieurs éléments que je n’ai pas abordés dans la BD, entre autres la conduite sous influence, l’absence d’un taux maximal de THC dans les produits, les intoxications chez les enfants et les animaux qui ont consommé par erreur des aliments contenant du cannabis, la mode du « microdosing »… la BD est déjà très longue, donc s’il y a lieu, j’y reviendrai une autre fois !

 

cannabis-00

 

cannabis-01a

cannabis-01b

 

 

 

cannabis-02a

cannabis-02b cannabis-02c

 

 

 

cannabis-03a

cannabis-03b-1
cannabis-03c-1

 

 

 

cannabis-04a

cannabis-04b

 

cannabis-04c

 

cannabis-04d

 

cannabis-04e-1

 

 

cannabis-conclu-01

 

cannabis-conclu-02

 

Aimer la page Facebook du Pharmachien

 

Partager cet article

 

49 Replies to “4 arguments louches sur le cannabis et la santé”

  1. RÉFÉRENCES

    Un bon résumé des enjeux légaux et analytiques de la légalisation du cannabis : https://ocq.qc.ca/wp-content/uploads/2018/03/legalisation-du-cannabis-enjeux-legaux-et-analytiques.pdf

    Au Colorado, où le cannabis récréatif est pleinement légalisé depuis quelques années, il y a eu une diminution de la consommation de pot chez les jeunes : https://www.washingtonpost.com/news/wonk/wp/2017/12/11/following-marijuana-legalization-teen-drug-use-is-down-in-colorado/?noredirect=on&utm_term=.4990307ba725

    L’étude sur les constituants de la fumée de cannabis : https://pubs.acs.org/doi/full/10.1021/tx700275p

    Cette analyse de plusieurs études n’a pas identifié de risque accru de cancer du poumon chez les fumeurs réguliers de cannabis (mais ne pouvait tirer de conclusion chez les grands fumeurs) : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24947688

    Les vaporisateurs de cannabis seraient potentiellement moins dommageables : http://observatoireprevention.org/2017/07/17/vaporisateurs-cannabis-plus-sain-dinhaler-fumee/

    Liste d’usages thérapeutiques POTENTIELS du cannabis par Santé Canada (autrement dit, ce ne sont pas tous les usages qui sont supportés par les données probantes) : https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/drogues-medicaments/cannabis/renseignements-medecins/renseignements-destines-professionnels-sante-cannabis-cannabinoides.html#chp489

    Revue systématique sur l’usage du cannabis pour les personnes atteintes de VIH; les données ne sont pas convaincantes, malgré qu’un médicament (dronabinol) est approuvé pour cette indication : https://www.cochrane.org/CD005175/HIV_medical-use-of-cannabis-in-patients-with-hivaids.

    Pour les données d’efficacité plus complètes, voir la liste des sources de l’épisode sur la cannabis des Aventures du Pharmachien : http://pharmachien.exploratv.ca/episode-16-le-cannabis-medical/sources/

    Analyse scientifique des allégations thérapeutiques sur le cannabis par Science-Based Medicine : https://sciencebasedmedicine.org/marijuana-beliefs-outstrip-evidence/

    Le cannabis médical ne semble pas associé à beaucoup d’effets négatifs : http://www.cmaj.ca/content/178/13/1669

    Étude sur le syndrome amotivationnel chez des étudiants universitaires : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28620722

    Usage du cannabis et diagnostic de schizophrénie : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3594105/

    La schizophrénie pourrait prédisposer à consommer du cannabis : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27928975

  2. J’ai bien aimé l’article et l’objectivité et le professionnalisme dont tu fait preuve sur ton site. J’ai hâte aussi à ton livre sur le petit garçon.

  3. Merci pour ces infos.

    J’avais une question-commentaire plutôt précis au sujet du DBD. Je travaille regulierement avec des gens qui ont des ESPT (vétérans, victimes de violence conjugale ou agressions sexuelles). Dans une formation, il avait été abordé l’aspect intéressant du DBD pour apaiser les symptomes de l’ESPT (hypervigilence, anxiété, hyperactivité on du systeme sympatique) et un maintien plus optimal de la disponibilité pour le travail de therapie. L’idée n’est donc pas de dire que ça guerrie, mais plutot que ca apaise efficacement le temps de mettre des choses en place. Tu ne semble pas parler d’esprit dans ce que tu avances. Pourtant, c’est un sujet assez discuté auprès de cette population.

  4. Quid de la broncho-dilatation induite par le THC et qui facilite de dépôt des substances présentent dans le cannabis ou l’air ambiant? Ça ne rend pas le cannabis plus dangereux? Mes infos sont périmées?

  5. P.S. L’anthrax, le formol et la litière pour chat ne sont pas naturel. On ne les trouve pas dans la nature naturellement. Ce sont tous des composés. J’ai arrêter de lire a ce niveau vu l’exactitude de ta publication.

    1. Le formol se retrouve dans la fumée issue d’une combustion incomplète, ce qui peut arriver par exemple dans un feu de forêt, chose qui peut arriver naturellement. La décomposition en produit aussi. Heck, même le corps humain en produit de très petites quantités.

      La litière pour chat, ça peut être de l’argile, des copeaux de bois, etc.

      Pour l’anthrax, j’avoue que je comprends pas trop ce que ça fait dans la liste, vu que c’est une maladie et non une substance… en tout cas, elle est causée par le charbon (ou plus précisément, une bactérie qui vit dans le charbon). Or, le charbon est créé par un processus tout à fait naturel, et l’existence d’une bactérie qui y vit est aussi complètement naturel.

      Aussi, “composé”, en chimie, ça désigne tout simplement une molécule qui comporte plusieurs types d’atomes. Selon cette définition, l’eau est un composé, car une molécule d’eau comporte un atome d’oxygène et deux atomes d’hydrogène. “Composé” n’est donc pas du tout synonyme d'”artificiel”.

      Avant de critiquer les autres pour leur soi-disant manque d’exactitude, il faudrait peut-être se demander si on en manque pas soi-même. Je dis pas ça par méchanceté; ça arrive à tout le monde d’être mal renseigné (en fait, sur beaucoup de domaines, j’ai moi-même tendance à l’être beaucoup); mais à un moment, il faut remettre les pendules à l’heure. Aussi, je souhaite que les débats, peu importe le sujet, soient plus éclairés, et qu’on arrête de penser qu’on a raison et que les autres ont tort sans vérifier nos infos.

      J’veux dire… une simple recherche sur Wikipédia m’a permis de démontrer que ta critique est infondée (oui, WIkipédia est devenu une excellente source; on peut en discuter si tu n’es pas d’accord). Pourquoi tu n’aurais pas pu faire cette recherche toi-même avant de dire qu’Olivier dit n’importe quoi?

      Ce site web sert à promouvoir l’esprit critique. Et l’esprit critique, ça consiste avant tout à savoir remettre en question ses propres idées. Le monde serait sûrement bien meilleur si tout le monde agissait de la sorte.

  6. Bonjour Pharmachien !

    J’ai déjà lu que le cannabis pourrait avoir des interactions néfastes et potentiellement dangereuses avec certains antidépresseurs. Comte tenu de la popularité de ce type de médication, ce serait intéressant d’avoir l’heure juste sur cette question.

    1. Salut Emma !

      Très juste. À vrai dire, toutes les substances qui ont des effets sur le système nerveux central peuvent entrer en “interaction” et produire des effets non-désirés.

      Par exemple, si je prends un antidépresseur qui m’amortit un peu, et que je combine avec de l’alcool, je peux être amorti davantage et me retrouver dans un état de vigilance très affaibli. Même chose pour le cannabis. On doit donc être TRÈS prudents si on combine des substances du genre ensemble; c’est une précaution majeure.

      Merci pour ta question / précision !

      Olivier

  7. Ça fait 50 ans que je fume et je n’ai jamais eu aucun problème de santé. Nixon a décider de rendre illégal pour les business, cependant, depuis, ils ont emprisonner des milliers de jeunes pour rien.

  8. ya une ptite faute à ton mot légalisant juste avant ta conclusion finale. Ça dit léglisant 😛

    Juste pour éviter les grammar nazi de dire que tu sais pas de quoi tu parles lol. Sinon super bel article!

  9. Très bon article! Ca dit tout sans prendre de parti pris. Il faut juste rester vigilant en évitant d’aller aux extrêmes. Par contre, une chose que je suis quasi sûr, c’est que ça va bourrer les poches de l’état en taxes.

  10. Bonjour,
    En fait je trouve ton article fort amusant. Je travaille dans une école secondaire, en éducation physique. Je me demandais s’il y a un moyen d’avoir ton article en PDF, pour l’imprimer et pouvoir en faire un document de travail… Nous ne sommes pas équipé en technologie pour l’éducation physique…

    Merci!

    1. Salut Marika !

      Je n’ai pas de problème à ce que la BD soit imprimée dans un contexte de sensibilisation scolaire, en autant qu’elle ne soit aucunement modifiée et que la source soit bien mentionnée.

      A+!

      Olivier

  11. Expérience personnelle: La seule personne que j’ai vu détruit par la drogue (incluant l’alcool) a été par le pot. Il était étudiant à L’université D’Ottawa et il fumait régulièrement en jouant au Mario Kart et au N64. Plus que les années allaient, plus il séchait ses cours. Éventuellement, il a été renvoyé de l’école et il a retourné au téléphone à HP (sa job d’été) qu’il détestait. Je suis content que vous avez détaillé le syndrome amotivationnel dans votre discours.

  12. Au sujet de mon commentaire de tout à l’heure.
    http://drogues-sante-societe.ca/
    Drogues, santé et société est une revue scientifique multidisciplinaire dédiée à la publication de résultats inédits de recherche et d’articles de fond de même qu’au transfert de connaissances à propos de l’usage et de l’abus des drogues (alcool, tabac, médicaments, drogues illicites) et des phénomènes qui lui sont associés.

  13. Bonjour ! Certaines études ont démontré un effet bénéfique à long terme des antidépresseurs sur la plasticité cérébrale. Donc on ne peut pas dire que c’est seulement une patch sur le bobo. Je crois d’ailleurs qu’il faut être prudent avec ce genre d’énoncé quand on parle de santé mentale : il y a des effets via les neurotransmetteurs qu’on pourrait qualifier de “patch”, mais la diminution des symptômes, amélioration de qualité de vie (etc.) ce n’est pas seulement une patch, c’est vraiment un bénéfice concret sur la santé. D’autant plus que ça peut permettre d’augmenter la disponibilité aux autres approches thérapeutiques, par exemple la psychothérapie.

    1. Salut Tony !

      Je suis d’accord, et je ne prétendrais jamais que les antidépresseurs en soi sont une “patch”. J’ai moi-même travaillé en santé mentale quelques années, alors je peux attester de l’importance de ces médicaments sur le plan clinique. Je faisais plutôt référence à l’usage potentiellement trop répandu / le recours trop rapide à ces derniers. J’ai précisé à phrase dans la BD pour éviter toute confusion.

      A+!

      Olivier

  14. J’adore la vision scientifique et l’approche neutre! Merci de nous informer! Aussi, dans la section où il est question de schizophrénie, “se retrouvent avec un diagnostic quelques années plus tôt” …ce ne serait pas “quelques années plus tard”? Sinon je dois avouer que je ne comprends pas le contexte!
    Merci!

    1. Salut Camille !

      Non, c’est bel et bien “plus tôt”. Je te donne un exemple :

      – Le jeune A est prédisposé à la schizophrénie. Il ne prend jamais de cannabis. À 25 ans, il a les premiers symptômes sévères de la maladie et reçoit son diagnostic.

      – Le jeune B est aussi prédisposé. Il fume du cannabis presque quotidiennement. À 21 ans, il a les symptômes et reçoit son diagnostic.

      Dans ce cas, le jeune B a reçu le diagnostic 4 ans plus tôt, donc il aura quelques années de maladie de plus pendant sa jeunesse.

      A+!

      Olivier

  15. Y’a personne qui va me faire croire que respirer une matière qui brule peut être innofensive….Toutes fumées sont mortelles…point barre…

  16. Salut Olivier, article intéressant, comme toujours. Je crois qu’il y a une coquille involontaire dans ton paragraphe au-dessus de la conclusion “en l’eglisant”.

  17. Mais bien sûr qu’on veut t’entendre sur les autres aspects du cannabis! Le sujet risque d’être d’actualité pendant encore longtemps, alors n’hésite pas!

  18. WOW !

    ça devrait être un lien sur le site de la sqdc…

    c’est la meilleure vulgarisation de la situation et la plus impartiale des visions que j’ai lu entourant la légalisation du cannabis.

    Merci et Bravo !

  19. Bonjour, j’aime bien tes BD mais par contre il faut nuancer des choses sur le cannabis. Le pot est prohibée à travers le monde et les recherches sont très limités un peu partout. Les rares pays qui font des recherches est Israël et quelque pays ici et là. Par contre , le CBD à été prouvé efficace pour la schizophrénie en combinant les médicaments et le CBD. Malheureusement, ils ne savent pas la dose recommandée et la réaction dépend de la gravité de la maladie et des personnes. Pour ma part , je ne prend plus aucun médicament depuis un an et je suis mieux physiquement et mentalement. Le invega aide les symptômes de la schizophrénie mais à quel prix? J’ai eu de l’obésité, des rythmes cardiaques élevé, pression artérielle et autres. Je prend du CBD par voix oral et j’ai plus aucun problème alors qu’en janvier 2010 jusqu’à l’hiver dernier, j’avais des énormes problèmes psychiatriques. Par contre , le CBD fonctionne bien pour moi mais le voisin avec la même gravité va au contraire avoir aucun effet bénéfique et probablement des rechutes. Les humains réagissent pas de la même façon à un produit ou substances. Un peu comme un médicament standard en pharmacie. Une personne peut avoir zéro symptôme ou effet secondaire et bien réagir au médicament et le voisin avoir les pires des pires effets secondaires.

    1. Merci pour ton commentaire Jimmy !
      Par contre, je crois bien qu’on dit sensiblement la même chose toi et moi, et donc il ne m’apparaît pas approprié de “nuancer les choses” davantage.
      C,est super si le cannabis thérapeutique te vient en aide ! Mais comme tu dis, une anecdote n’est pas garante de l’effet sur l’ensemble de la population.
      A+!
      Olivier

  20. Je n’arrive pas à croire qu’un pharmacien puissent mettre anxiolytiques et antidépresseurs dans la même phrase en parlant de “patch”. Lorsque que j’ai fait une dépression il y a plusieurs années, mon médecin a été clair: les anxiolytiques, c’est comme du Tylenol, ça soulage sur le coup mais ça ne règle pas le problème contrairement aux antidépresseurs qui prennent des semaines pour agir mais qui rétablissent l’équilibre chimique du cerveau et guérissent la dépression.

    Je suis vraiment fatigué de cette haine des antidépresseurs comme si c’étaient des drogues qui vous rendent gaga. Ce ne sont pas des drogues et ça ne fait aucun effet à court terme. C’est seulement après plusieurs semaines, parfois même plusieurs mois avant qu’on commence à se sentir mieux. Mois ça m’a pris environ un mois avant que ces médicament aient un effet mesurable et j’ai pu arrêter le traitement après 4 mois. Les antidépresseurs sont un traitement comme les antibiotiques, par exemple, et non une “patch” comme les anxiolytiques.

    1. Salut !

      On s’est mal compris je crois ! Les antidépresseurs et les anxiolytiques sont très importants sur le plan clinique, et bien sûr je ne m’y oppose aucunement. Mon commentaire relève cependant la crainte assez généralisée envers l’utilisation possiblement trop répandu – et le recours trop rapide – à ces agents.

      Voir par exemple ma BD sur l’anxiété où je discute de cet enjeu plus en détails : http://lepharmachien.com/anxiete/

      Cela dit, j’ai précisé la phrase en question dans la BD pour éviter toute confusion.

      A+!

      Olivier

  21. mon experience avec le canabis :
    Fumer donne faim.. tres faim. si tu mange de la malbouffe a cause de cela et bha demande toi pas pourquoi tu feel CACA.

    Certaines personnes paresseuses deviennent encore plus paresseuses lorsque HIGh.
    Beaucoup de personnes activent fument et sortent prendre des marches,vont fumer en plein air… etc etc.

    tu peut Fumer des joints et tefouarer dans ton fauteuille en jouantr a des jeux video
    tu peut aussi fumer des joints et lire des livre sur la science et la phylosophie

    TRESTRESTRESsouvent. fumer ma aide a prendre du recul lors de situation de stress,pour ensuite prendre des bonnes decisions.

    en gros, fumer change pas grand chose dans ta vie si tu est honete avec toi meme et tu observe bien ce que le pot te fait a toi. tout le monde est different.

    aussi jai souvent eu des periodes ou je fumais 24 heures sur 24 en fou pour ensuiite prendre des pauses de plujsieurs mois,voir annee : verdict : il faut environ 4 a 5 jours pour que lapeti,la memoire et la faim revienne.et oui./…les reves vont etre assez fucktop pour quelques jours! parfais pour se pratiquer a faire des reves lucides !!!

    le pot aide enormement a detendre les muscles apres un effort physique./ pour les sportif de haut niveau c<est le best. aussi…dure a croire././..mais il nny a pas dimpart sur le cario…..tant quon demeure actif,quon boit bcp deau et quon bouge./…

    voila.. confession dun sportif de haut niveau ayamnt ete high durant ses etudes .

  22. Salut Olivier,

    Très bonne BD, ça fait du bien de lire un avis plus neutre et plus raisonnable. Petite question: Dans la liste des “efficacité 100% assurée par internet”, je vois “stimulation de l’appétit”. Est-ce que tu veux dire que les “munchies” n’ont jamais été étudié ou prouvé, ou est-ce que tu veux dire que pour quelqu’un qui a un problème d’appétit le pot ne règlera pas forcément le problème?

    Continue ton bon travail!

    Olivier (eh oui un autre)

    1. Salut Olivier !

      Dans la liste “d’efficacité extrême”, il y a des choses plausibles et d’autres non. C’est vraiment un melting pot (mauvais jeu de mots, désolé). Bref, ce n’est forcément tout faux.

      Les “munchies” sont bien connus en effet. Mais comme tu l’as bien deviné, il est question ici d’améliorer l’appétit chez une personne qui a problème de santé grave, ex. cancer. C’est plausible, mais il faudrait de bonnes données probantes pour l’affirmer avec conviction. Vu que la plausibilité est là, c’est tout à fait raisonnable que ce soit utilisé dans certains cas en pratique.

      A+!

      Olivier

  23. La suisse a depuis peu légalisée la vente et possession de cannabis light/CBD (taux de THC < 1%).
    Ça n’a pas vraiment enrayé le trafic illégale, mais au moins maintenant des labo peuvent vraiment se pencher dessus et tester ses véritables qualités thérapeutiques.

  24. Note au fur et à mesure:
    Merci pour “le cannabis c’est naturel”:
    Le nombre de fois que j’ai du expliquer que la ciguë aussi…

    Cannabis (fumé) et tabac (idem):
    Re-merci:
    La combustion produit beaucoup de saloperie. Ou comment sucer un pot d’échappement.
    Bon, je suppose que ça veut dire que fumeur passif de tabac ou de cannabis, niveau cancer, c’est idem…

    Le pinard, le tabac et le cannabis ça bourre la gueule surtout si on abuse:
    Re-Merci.
    Pi en France si on bloquait la conso de pinard on flingue notre PIB, alors… En plus le pinard est comme le canna, plein de bon trucs comme le resvératrol (?). Bref, les enfants, pas plus d’un litre de vin/jour. Ou un verre. Sais plus.
    Pis la nicotine du tabac ça permet de bosser jusqu’à pas d’heure et d’éviter de tuer son chef.

    Le cannabis peut tout soigner/ est sans risque:
    Re(^n) merci:
    Le radium était censé tout soigner en 1900. Plus tard on a découvert que ça avait certains effets secondaires…

    Dépendance:
    j’ai entendu dire que le cannabis restait tellement longtemps dans le sang que ça faisait le sevrage tout seul. Mais bon…

    Bref:
    MERCI!!!

  25. Est-ce qu’il pourrait pas inventer un pot qui ne sent pas l’urine de mouffette? Ça serait tellement apprécié, lol. N’étant pas du tout consommatrice de cannabis, c’est bin la seule affaire qui m’énerve réellement avec la chose. Que les gens décident d’en fumer, m’en fout, mais maudit que ça pu le yable!

  26. Salut!

    Premièrement, le fait que tu n’as jamais consommé ne te discrédite pas du tout. Une référence mondiale sur l’allaitement, le Dr. Newman, n’a jamais allaité 😉

    Ensuite, pour te résumer ma situation, j’étais atp et étudiante à l’université puis bam, j’ai eu un zona le 5 janvier. C’était sur le front et la douleur allait du milieu de ma tête jusqu’au sinus. Mal de tête constant, vision trouble d’un oeil et même des migraines… J’ai annulé ma session, me concentrant sur ma job mais la douleur était insupportable et j’ai commencé à fumer du cannabis lors des crises. Pi là, à la place de s’améliorer, ça a empiré. Depuis 2 mois, c’est rendu une névralgie du trijumeau. J’ai été congédié, je prend 8 sortes de médicaments par jour, pertes de mémoire, affaissement du visage, difficulté à parler, perte d’autonomie…

    En moins d’un an, je suis passée d’une jeune femme de 25 ans avec un avenir prometteur à une BS typique qui fume du pot.

    Yen a qui osent juger sans connaître mon parcours mais tsé, mon médecin, mon pharmacien pi même ma mère approuvent ma consommation 😛 C’est la solution pour moi mais je ne commencerai pas à recommander ce traitement à tout le monde!

    Bref, merci de mettre les points sur les t et les barres sur les i… Ou c’est le contraire?!? 😛

  27. C’est un peu dommage d’en arriver là, au lieu de réduire la disponibilité des psychotropes, on ne fait que l’augmenter. Tu parles de l’echec de la criminalisation du cannabis et je suis d’accord avec toi sur cet aspect relativement ridicule de la chose. Mais des solutions qui mettent moins en péril la santé des gens auraient été quand même bienvenue, plutôt que ça…

    Le cannabis est loin d’être anodin, comme tu le détail dans ta BD. On peut aussi rajouter que comme toutes molécules, celles ingérées lors de la consommation peuvent avoir des réactions virulentes avec certaines personnes.

    J’ai du mal à comprendre comment on peut penser que donner un accès plus simple aux psychotropes, peut réduire les problèmes liés à ces derniers… Mais bon dans nos sociétés où l’argent fait la loi c’est malheureusement une évidence qu’on en passerait par là. On doit être les prochains sur la liste, nous les bouffeurs de grenouilles.

    Et enfin, les arguments santés liés à la légalisation, c’est pas un peu bullshit sachant que le cannabis médicalisé était déjà en place chez vous il me semble, non?

    Encore bravo pour tes BD, qui ne manquent jamais d’objectivité.

  28. Youhou, une nouvelle BD ! Et sur un sujet que j’aime bien ! : )

    Personnellement, ex-gros consommateur, j’ai toujours pourfendu les arguments prohibitionnistes, mais je dois dire que j’ai toujours été également très énervé par beaucoup de discours “pro”, qui me semblaient au mieux lénifiants, au pire du déni pur et simple.

    Concernant le point 3 (dépendance) ça me rappelle une scène très drôle que j’ai vue il y a longtemps à la télé française : une californienne d’une soixantaine d’année, lookée hippie, qui disait en substance : “ça fait quarante ans que je fume du cannabis tous les jours, et je n’ai JAMAIS été dépendante”… J’en ris encore.

    Merci beaucoup, comme d’habitude, pour présenter un point de vue objectif et dépassionné, et surtout pour attirer l’attention sur la qualité de l’argumentation, plus que sur le contenu du discours. C’est exactement pour ça que j’attends la parution en France du troisième livre avec une impatience qui commence à tourner à la nervosité : )

    Hasta luego !

  29. Bonsoir Olivier,

    Je ne sais pas si et quand tu verras ce commentaire.

    Il y a quelques années, j’étais contre la légalisation. Mon expérience professionnelle de prof de secondaire qui aime avoir des élèves allumés devant lui, mon désir de rester en santé et l’odeur du cannabis me disaient que c’était une mauvaise idée.

    Maintenant, en me renseignant, mon opinion a évolué.

    Je t’explique : sur le marché noir, ce qui se vend, c’est trop souvent du n’importe quoi. Je m’appuis sur des conversation avec des fermiers qui ont eu des parcelles de leurs champs “empruntés” et des policiers qui ont fait des saisies. J’ai aussi parlé avec un type qui a été chargé de mettre au point des tests permettant d’identifier la provenance du cannabis pour les cas qui se retrouveront éventuellement devant les tribunaux.

    Les producteur de cannabis utilisent n’importe quel engrais ou pesticide sans se fier aux bonnes pratiques.

    Lors du séchage, les producteurs utilisent des fongicides et ne rincent pas leurs produits.

    Lors de la revente, c’est souvent coupé avec n’importe quoi.

    Ces herbicides, engrais, pesticides, fongicides et autres produits pour couper les produits se retrouvent brûlés à basse température, donc des combustions partielles, et la fumée fini dans la bouche. Je ne peux pas imaginer aucun scénario où c’est bon pour la santé.

    Les acteurs du marché noirs ne se soucient pas de la qualité, ou de la toxicité, de ce qui se vend.

    Avec la légalisation, les conditions de production sont mieux contrôlées : ce qui sera vendu sera probablement moins nocif. C’est la réduction des méfaits.

    On aura maintenant les conditions pour mieux étudier les effets du cannabis, puisque les dosages de TCH et CBD seront mieux contrôlés d’une fois à l’autre. Au niveau de la santé publique, les prochaines années seront intéressantes.

    Je persiste à croire que les adolescents ne devraient pas en prendre et que toute prise de cannabis devrait être, au mieux occasionnelle, sachant que le mot occasionnel a de multiples définitions.

    Voilà

    Merci de m’avoir lu et au plaisir de te revoir.

    Simon

Fais tes commentaires ici! (ils n'apparaîtront pas immédiatement car je dois les approuver d'abord pour éviter le spam et les liens URL douteux)