Mon passage à Tout le monde en parle et mes références

Pharmachien tout le monde en parle

J’étais de passage à l’émission Tout le monde en parle le 27 novembre 2016.

La grosse majorité des commentaires que je vois passer sur Facebook et Twitter sont très positifs, mais évidemment mes propos ont choqué quelques personnes…

Vu que je reproche souvent aux médias et aux personnalités publiques de faire des affirmations sans fondement scientifique, je vous présente ici une liste des références pour tout ce que j’ai dit à l’émission.

Vous remarquerez que presque tous mes propos sont cités textuellement des publications ci-dessous (c’est un effet secondaire de les avoir lues et relues je pense…). Plusieurs affirmations sont aussi des conclusions auxquelles des experts (biochimistes, nutritionnistes, médecins, etc.) et moi sommes arrivés dans la série télé Les Aventures du Pharmachien. SVP me faire signe si j’ai oublié de citer quoi que ce soit.

Bottom line : on se doit d’être prudent lorsqu’il fait des affirmations qui ont un impact sur la santé publique. Ceux qui font des affirmations extravagantes ont intérêt à avoir des preuves qui le sont tout autant.

 

tlmep-sagan

 

Antioxydants, superaliments et cancer

 

À noter que je ne prétends pas avoir les compétences d’un(e) nutritionniste/diététiste en matière d’alimentation. Tous les professionnels de la santé ont pour rôle d’encourager le public vers de saines habitudes de vie et les deux conseils généraux que j’ai cités en matière d’alimentation (« manger moins de produits transformés », « manger plus de fruits et de légumes ») s’inscrivaient dans cette optique. Je collabore régulièrement avec des nutritionnistes/diététistes, autant sur ce site que pour la série télé du Pharmachien.

 

 

Homéopathie

 

 

Jus

 

 

Médicaments génériques

 

 

Alimentation biologique

 

 

Vaccins

 

 

Soleil et écrans solaires

 

 

Médicaments en vente libre

  • À la question : « C’est quoi la différence entre acétaminophène, ibuprofène et acide acétylsalicylique (aspirine) ?« , on m’entend répondre : « C’est trois analgésiques, on s’en sert pour la douleur et pour la fièvre, dans les faits pour la plupart des gens, les trois il n’y a pas vraiment de différence« . Le contexte ne permet malheureusement pas d’apprécier la complexité de la question. Je faisais  référence ici à leur efficacité comme analgésiques, mais il y a bien sûr plusieurs autres facteurs à prendre en considération, dont leurs précautions, interactions potentielles et leur contre-indications respectives. Par exemple, l’ibuprofène et l’aspirine doivent être utilisés avec prudence chez des gens qui ont des antécédents de saignements gastriques, ce qui n’est pas le cas avec l’acétaminophène. Aussi, les usages peuvent varier; par exemple, l’aspirine, en plus de son pouvoir analgésique, est utilisée comme anti-plaquettaire. Dans tous les cas, une personne qui souhaite prendre l’un ou l’autre de ces médicaments devrait d’abord consulter un(e) pharmacien(ne) pour s’assurer que cela peut être fait de manière sécuritaire.
  • « Ton onguent qui sent fort, tu pourrais te mettre du dentifrice… ça contient les mêmes ingrédients« . Je faisais référence ici  aux ingrédients « qui sentent fort » (menthol et eucalyptol, en particulier) utilisés dans certains de ces onguents et qui font également partie de nombreux autres produits de santé et d’hygiène. Il y a bien sûr d’autres ingrédients dans ces produits. Comme je le précise quelques instants plus tard, cela ne signifie pas que l’on peut se brosser les dents avec de l’onguent analgésique.

 

 

Produits naturels

 

Chaque épisode de la série télé Les Aventures du Pharmachien sera accompagné d’une liste de références comme celle-ci, sur le site de l’émission.

 

Je tiens à remercier tous ceux et celles qui m’ont écrit à la suite de mon passage. Je n’ai pas pu tous vous répondre car vous étiez nombreux, mais sachez que c’est énormément apprécié !

 

 

*** Mise à jour le 29 nov. 2016 ***

Merci à tous de porter à mon attention les quelques articles qui prétendent me « fact checker« , disent parler de « vraie science » (?) et me présentent comme un « sombre personnage » (!). Jusqu’à présent, ces articles font exactement ce que je dénonçais à TLMEP : citer des études isolées et/préliminaires et/ou ou sans application pratique, pour en faire leur propre interprétation.

Ce n’est pas pour rien que je cite majoritairement des revues systématiques et des méta-analyses (i.e. des combinaisons statistiques de toutes les études réalisées sur un même sujet) plutôt que des études spécifiques. Il y aura toujours des études positives et d’autres négatives… mais c’est seulement quand on intègre l’ensemble des données disponibles qu’on peut en conclure quoi que ce soit.

Pour le public, tout ceci a l’air d’un combat d’études. De mon côté, ce que je constate, c’est qu’il est difficile pour la plupart des gens de juger de la qualité des données. Résultat : confusion totale, comme c’est le cas en ce moment.

Et cette BD est à lire plus que jamais :

 

etude-clinique_header_FB_600

 

*** Mise à jour le 12 déc. 2016 ***

Voici quelques textes de professionnels de la santé et scientifiques à ce sujet.

Bien manger, c’est faire preuve de bon sens par Jean-François Chicoine, médecin pédiatre

Pourquoi je défends le « Pharmachiant » par Alain Vadeboncoeur, médecin urgentologue

Les jus de légumes et de fruits sont-ils bénéfiques pour la santé? par Bernard Lavallée, nutritionniste

Homéopathie : pour le plaisir d’en beurrer une couche de plus par Jean-François Cliche, journaliste scientifique

Le pouvoir de l’autosuggestion où le Dr Jean-François Chicoine, médecin pédiatre, est interviewé

Le curcuma, épice miracle ou trou noir pour la recherche ? par Jean-François Cliche, journaliste scientifique

 

Commentaires

Les commentaires sont fermés pour cette publication.

Back to top