Un conte de fées (qui n’a rien à voir avec la loi 41)

conte_header

La loi 41 et les nouveaux services par les pharmacien(ne)s du Québec, ça vous intéresse?

Tant mieux pour vous.

Pour en savoir davantage sur le sujet, je vous recommande :

Pour ma part, la politique, ce n’est pas mon fort…

Tout le monde veut que je parle de la loi 41, mais ça m’ennuie et je n’en ai pas vraiment envie.

De plus, le Ministre de la Santé vient d’annoncer qu’il reportait la date prévue (3 septembre) puisqu’une entente n’a pas pu être établie au niveau du remboursement des nouvelles activités… Wow.

J’ai donc composé un charmant petit conte de fées qui n’a absolument rien à voir avec cette loi ou avec les nouveaux services en question. Toute analogie avec les enjeux politiques actuels n’est que le pur fruit du hasard.

 conte_header

Le chevalier RodolpheLe nécromancien et ses créatures maléfiquesLe roi demande de l'aide au chevalierLe roi change d'idée à la dernière minute car son royaume n'a pas le budget nécessaireLa table de négotiation du roi et la réaction du peupleLa réaction des seigneurs et une dernière surprise à propos de sauver du tempsLa conclusion du conte de fées

 

Aimer la page Facebook du Pharmachien

 

Partager cet article

 

Si tu as aimé cet article, le Pharmachien te suggère également :

12 Responses to Un conte de fées (qui n’a rien à voir avec la loi 41)

  1. Hahahaha! En beau arbalète!! La BD est déjà amusante, mais c’est le genre de petits détails qui font toute la différence! J’adore!

  2. Hahahahaha maudit que t’es comique ! C’est trop amusant ton site
    Mais c’est pas parce qu’on rit que c’est drôle …

  3. Bon je viens de me faire prendre d’aplomb! Je n’ai pas lus seulement le conte. J’ai pris le temps de bien attraper les trois documents qui le précédaient. Finalement ben, il y a tout plein de chose que je devaient faire qui devront attendre. Ceci dit, WOW! une très belle argumentation. Beaucoup de travail pour faire la lumière sur une situation qui devrait, me semble-t-il, déjà nous éblouir! Le gouvernement précédent m’a souvent fait lever le coeur(suis pas enceinte, vous ne pourriez pas m’aider) avec des magouilles même pas voilées (entre autre et peut-être surtout lors d’un printemps pas si lointain). Ce “nouveau gouvernement” me semble employé le même genre de trucs qui marchent grâce au fait que nous sommes trop occupés à dormir. Sinon, nous serions tous et toutes en train de rire aux larmes de les voir nous proposer un allégement de l’accessibilité aux soins de santé en refilant 1- le fardeau sur un corps professionnel 2- la facture à des gens qui n’en n’ont plus les moyens. Bref je m’étonne et suis dans l’incompréhension de ce qu’ils, qu’elles croient gagner avec ça. Peut-être dormons nous assez pour que nous ne le sachions jamais.

    Ceci n’est pas mon endossement à tout ce que raconte Le “Pharmachien”. À certains moments, j’aurais envie de créer le blog, Le “Pharm-Achat”. Je n’aurais de toute façon ni les connaissances et ni le talent pour rivaliser. D’autant plus que je suis en accord sur le fond, la plupart du temps.

    Bravo à vous

  4. Il pourrait y avoir un autre conte. L’histoire du roi qui pour rester roi faisait accroire à son peuple qu’il pouvait tout tout tout tout lui payer sans qu’il n’en coûte jamais rien au peuple. Mais, par un grand sortilège, le roi volait de toutes sortes de façon secrète toujours de plus en plus l’or dans les poches du peuple. Ceci jusqu’au jour où à force de vouloir tout payer, le roi ne peut plus rien payer parce qu’il avait volé tout l’or du peuple.

  5. C’est à croire que le roi et le peuple n’ont rien appris des légendes de Sir Denth Yste et Lord Optomet le Triste.

  6. Etes-vous surpris je n’ai jamais connu un gouvernement qui payait tout sans jamais rien prendre dans nos poches et surtout en disant la vérité .Merci de nous mettre au courant votre BD est très intéressante.

  7. Salut Olivier,

    Même si tu l’entends et le lis plusieurs fois par jour, merci pour ton blog. Le lire me met toujours de bonne humeur! Tout d’abord, c’est drôle, sarcastique et baveux, ce qui me plait. Et surtout, ça me fait du bien de voir les problèmes québécois en pharmacie racontés sous cet angle. Comme je pratique maintenant la pharmacie dans une autre province canadienne (en officine et en hopital), j’ai la chance de pouvoir comparer les systèmes et les défis de chacun. Je regarde à distance et parfois sur place, le développement de dossiers tels le DSQ et l’application prochaine de la loi 41.

    Une des grosses différences que j’ai remarquée est le volume de prescriptions quotidiennes remplies au Qc vs autres provinces. Le Qc est, bien entendu, le champion de la prescription par habitant, mais surtout, le champion du renouvellement mensuel. Faire un service à tous les mois demande plus de temps et d’effort que le faire aux 90 jours (comme c le cas dans la majorité des autres provinces). Mon but n’est pas de débattre de la pertinence du renouvellement, donc du ‘suivi’, au mois en comparaison avec les coûts et avec la rémunération, avec le bénéfice au patient, etc. Je ne fais que constater que cette façon de faire laisse peu de place pour de nouveaux actes. En CB, les pharmaciens ‘prescrivent’ et administrent dèjà plusieurs vaccins sur leurs heures de travail. En Alberta, ils modifient les traitements et peuvent initier certaines thérapies. Bref, ça se fait déjà ailleurs, le Qc est loin d’être pionnier dans cette voie.

    L’application de la loi 41 devrait nous permettre de remettre en question certains principes de la pratique de la pharmacie en officine plutôt que d’aller vers la simple négotiation de tarifs. Comment intégrer ses actes, pour lesquels nous avons formation, compétences et accessibilité avantageuse au patient, à notre pratique? Prenons des idées des pharmaciens tout autour de nous qui y arrivent déjà, pourquoi pas…

    Au plaisir de continuer à rire!

  8. La beauté de ce conte, c’est que l’on peut substituer au chevalier “pharmacien” le titre de chevalier “enseignant”, ou chevalier “infirmière”. Ce conte restera toujours d’actualité tant que les medias et notre “bon” gouvernement (peu importe le parti au pouvoir) continueront à berner les gens du peuple et que ceux-ci continueront de croire tout ce qu’on leur raconte. Merci pour cette BD cinglante, mais combien plus sérieuse que les analyses bidons faites par les dirigeants de notre magnifique contrée!

    • Haha, merci JF! Je n’avais pas réalisé ça, mais tu as bien raison! Ça s’applique à toutes les situations où le gouvernement décide soudainement de faire volte-face et de retirer les fonds promis pour des motifs obscurs.

      A+!

  9. je viens de tomber sur cette BD…. elle date… MAIS … maintenant que la loi 41 est en service… oh comme les prédictions sont bonne…. nous sommes maintenant des voleurs aux yeux de biens des clients…. ils ne comprennent pas que la loi à changée… ils ont compris que ce qu’ils ont bien voulu comprendre “les pharmaciens peuvent maintenant prescrire ye !!!!!” …. et quand moi pauvre technicienne commence à leur expliquer que le médicament pour lequel ils veulent une prolongation …. ben ça ne fonctionne plus …. là on est tous une gang de pas bon, on veut qu’ils meurent … on les obligent à retourner voir le médecin etc…. et je parle même pas des côtés néfastent des coupures actuelles ! youpie…. ca devient un métier à risque recevoir la clientèle en pharmacie… on devrait peut-être songer à avoir une prime de risque ! 😉

Fais tes commentaires ici! (ils n'apparaîtront pas immédiatement car je dois les approuver d'abord pour éviter le spam et les liens URL douteux)