Élevé sans hormones : pas vraiment

hormones

Je suis inquiet pour cet enfant. S’il a été « élevé sans hormones », est-ce que ça veut dire qu’il…

… a été castré à la naissance ?

… s’est fait enlever chirurgicalement la thyroïde, le pancréas, les glandes surrénales, l’hypophyse et l’hypothalamus ?

… ne peut jamais manger de légumineuses, de riz, de soya, de noix, de céréales et virtuellement tous les végétaux puisqu’ils contiennent naturellement des phytoestrogènes ?

… ne peut pas non plus manger de viande, même bio, puisque les animaux produisent naturellement des hormones qui se retrouvent dans leur viande et leur lait ?

 

Ehhhhhh non finalement.

Quand on vérifie ce que Rachelle-Béry sous-entend par cette nouvelle pub qui inonde le paysage urbain, c’est qu’ils encouragent « le choix de viandes issues du mode de production biologique [qui] ne permet pas l’utilisation d’hormones de synthèse ».

 

Or dans les faits, au Canada, il n’y a que le bœuf qui peut recevoir des stimulateurs de croissance hormonaux.

 

Perso, je crois que c’est important d’analyser de façon critique l’utilisation des hormones (et des antibiotiques) chez les animaux d’élevage et j’encourage les débats constructifs en ce sens (les débats de spécialistes je veux dire; pas les opinions ou impressions personnelles, ou celles des lobbys idéologiques).

 

Mais au lieu de dire des choses pas claires qui créent de la confusion chez le public, pourquoi ne pas tout simplement faire une pub qui dit :

« NOTRE BŒUF BIOLOGIQUE A ÉTÉ ÉLEVÉ SANS STIMULATEURS DE CROISSANCE HORMONAUX »

 

Tiens, je peux même créer une nouvelle pub drette-là :

hormones-02

(je sais, je serais nul comme dude de marketing)

 

P.S. C’est la 2e fois que je critique une pub de Rachelle-Béry; la première fois c’était « On naît tous bio » (http://lepharmachien.com/arguments-2017/). J’espère qu’ils opteront pour un concept plus clair dans leur prochaine campagne.

P.P.S. Je ne suis pas contre le bio. Je trouve simplement que l’industrie de l’alimentation biologique aime jouer avec les mots et ça n’aide pas les consommateurs à faire de meilleurs choix. D’ailleurs, la plupart de leurs arguments reposent sur le sophisme de l’appel à la nature.

 

Aimer la page Facebook du Pharmachien

[purehtml id=6]

 

Partager cet article

 

Les arguments santé qui n’avaient pas d’allure en 2017

arguments2017-header-v2

Dans mon nouveau livre publié le mois dernier, intitulé “La bible des arguments qui n’ont pas d’allure“, je propose une méthode pour t’immuniser contre les faux débats et les arguments bidons, sans aucune connaissance scientifique requise.arg-livreCette méthode implique de reconnaître certains types d’arguments douteux qui reviennent souvent en matière de santé et qui sonnent l’alerte de la niaiserie.

Donc pour ma rétrospective de l’année (comme j’ai fait en 2014 et 2015), j’ai pensé faire le tour de quelques événements sur la santé qui ont attiré mon attention, et de noter les arguments louches qu’ils ont fait ressortir.

 

 

La science frauduleuse

En 2017, on a parlé plus que jamais de la fraude scientifique. Autrement dit, des chercheurs qui publient de faux résultats, ou encore qui publient dans de faux journaux et congrès scientifiques. C’est un problème majeur en ce moment et ça nécessite des actions urgentes pour prévenir et faire cesser de telles pratiques.

Voici la réaction qu’une personne rationnelle devrait avoir face à la situation :

sci-grave

Mais voici la réaction que plusieurs ont eue à la place :

sci-capote

C’est plate, car comme scientifique, ça devient de plus en plus difficile de se prononcer sur quoi que ce soit sans se faire reprocher notre background. Du style :

sci-organig-v2

C’est ce qu’on appelle une…

arg-hominempaille

Comme pharmacien, je vis ça quotidiennement, pis c’est gossant en maudit.

sci-pilule

 

 

 

« On naît tous bio »

Cette année, j’ai vu cette pub sur la rue au moins 273 fois :

img-tousbio

Il y a un côté de moi qui admire cette pub, parce que considérant tout le jugement injustifié (lire : bitchage) infligé aux femmes qui allaitent en public, on a besoin d’en voir le plus possible.

Mais de l’autre côté, c’est aussi de l’…

arg-ambiguite

Je ne comprends pas ce que le slogan veut dire. Parce que si je remplace “bio” par sa définition, ça donne ça :

bio-def

Des bébés certifiés ? J’en doute.

Mais bon, comme preuve de ma bonne foi, je vais appliquer le principe de la charité et reformuler leur message de la meilleure façon que je puisse imaginer : je présume que ce qu’ils veulent dire ici, c’est qu’à sa naissance, un bébé n’a pas encore été exposé à des pesticides de synthèse potentiellement toxiques.

Le bug, c’est que si des pesticides toxiques sont aussi omniprésents qu’on nous dit, même dans l’eau potable, alors un bébé est bel et bien exposé avant et après sa naissance, et n’est donc pas plus “bio” que sa mère. Et ce, même si la mère mange bio.

Cette pub vise à faire réagir (et ça marche), mais au final, c’est à mon avis une mauvaise analogie.

arg-analogie-v2

À la limite, en me basant sur l’idée que la fécondation humaine implique une recombinaison du matériel génétique des deux parents, je pourrais partir ma propre pub (pas plus claire) qui dirait :

bio-ogm

 

 

 

Le glyphosate « inoffensif »

gly-web

Il y a beaucoup de discussions en ce moment (avec raison) à propos de la sûreté du glyphosate (RoundUp), un pesticide utilisé très abondamment en agriculture et classé comme probablement cancérigène” par l’OMS.

En fin d’année, la chicane a pogné lorsque le média international Reuters a relevé des indices indiquant que l’OMS n’aurait volontairement pas tenu compte d’importantes données scientifiques qui suggèrent, au contraire, que le glyphosate ne serait pas cancérigène, comme le suggèrent de nombreuses autres méta-analyses et revues systématiques de la littérature sur le sujet.

(Mais peu importe, mon point n’est pas ici de défendre le glyphosate ou même de discuter de sa sûreté; je laisse ça aux chercheurs spécialisés dans ce domaine. Perso, je juge qu’on a un besoin pressant de lois pour une gestion intégrée des pesticides.)

Malheureusement, cette nouvelle ne semble pas avoir fait l’affaire de certains groupes environnementaux. Lorsque des gens ont commencé à partager ces articles sur les réseaux sociaux, l’un de ces groupes a jugé bon d’émettre l’avertissement suivant :

img-glyphosate

Mmm… je sais pas pour vous, mais pour moi, c’est un bel exemple de :

arg-dilemme

Qui a prétendu que le glyphosate était « inoffensif » ? Réponse : personne.

Le glyphosate pourrait très bien être non-cancérigène ET causer d’autres types de dommages, autant sur la santé humaine que sur l’environnement. Après tout, pourquoi le glyphosate devrait-il être 100% bon ou 100% mauvais ?

Bref, bloquer des utilisateurs parce qu’ils amènent des points intéressants (et rassurants) sur la sûreté du glyphosate relève plus de la censure idéologique que d’une mesure pour réduire la « désinformation ».

 

 

 

Les noyaux du peuple Hunza

As-tu déjà mangé des noyaux d’abricot amer ? Ça ressemble à des amandes et il paraît que c’est ben bon… En tous cas, c’est une collation qui était apparemment populaire en 2017.

Mais selon des fabricants, c’est aussi un remède ancestral miracle, car ces noyaux contiennent un ingrédient fantastique appelé « amygdaline » ! Regarde ça :

abr-sac

Médecine antique ? Utilisés pendant des siècles ? Peuple légendaire ? On est en présence d’un…

arg-tradition

Ce qui se faisait autrefois n’était pas forcément bon. Dans le temps, les connaissances scientifiques étaient quasi-inexistantes, donc pas mal tous les remèdes (même ceux proposés en médecine) étaient du gros n’importe quoi.

abr-shaman-v2

D’ailleurs, personne ne semble avoir averti le peuple Hunza que l’amygdaline se transforme en cyanure, un poison extrêmement puissant, dans le corps humain. D’ailleurs, des cas d’intoxication au cyanure ont été rapportées chez des mangeux de noyaux d’abricot amer. Bref, même si le risque est probablement faible, c’est vraiment pas une collation à recommander.

Faut croire que la longévité de ce peuple légendaire doit avoir d’autres explications… Oups, en fait cette histoire de santé incroyable semble être de la pure fiction.

 

 

 

 

Les diététistes et leurs amis les astrologues

En septembre 2017, la publication de l’étude PURE a fait pas mal jaser. En gros, cette étude a exploré les liens entre la consommation de sucre, de gras et la santé. Pour plus de détails, lire ce texte qui résume dans un langage simple les grandes lignes et limites de l’étude.

Malheureusement, l’étude a été interprétée tout croche dans certains médias. On a pu entendre, par exemple, qu’une diète à base de gras de bacon serait bonne pour la santé. Et que le sucre est le grand coupable pour tous nos problèmes. Ce qu’on comprenait en gros :

 

lchf-aliments

 

As-tu l’impression que ces catégories sont, genre, pas mal simplistes ? Et que de mettre sur un pied d’égalité les fruits et les desserts, ou le bacon et l’huile d’olive, est étrange ? Et que tout mettre sur le dos du sucre semble abusif ?

Normal : c’est ce qu’on appelle le…

arg-unique

 

Voyant ça, un groupe de diététistes a écrit une lettre ouverte pour rétablir certains faits. Leur lettre est nuancée, prudente, pleine de bon sens. Elle rappelle qu’aucun aliment (ou groupe d’aliments) à lui seul ne peut être blâmé en lien avec la santé. Et elle invite simplement le public à se méfier des promesses irréalistes de certains régimes.

C’est ici que l’histoire prend une tournure vraiment weird.

L’affaire a dégénéré vers des propos où la compétence des diététistes en matière d’alimentation a été remise en doute. Dans un moment incroyablement bizarre, un animateur de radio a même comparé les diététistes aux astrologues

arg-insulte-v2

 

Puis un groupe de professionnels de la santé, principalement des médecins, ont écrit eux aussi une lettre ouverte pour « dénoncer » les propos des diététistes. Voici quelques-uns de leurs arguments :

lchf-arguments

Or, les diététistes n’ont jamais dit le contraire de tout ça. En fait, ils disent exactement la même chose, mais leurs propos ont été pris hors contexte et sursimplifiés pour donner l’impression qu’ils sont dans le champ. C’est ce qu’on appelle faire un…

arg-paille

En fait, c’est à se demander si les médecins en question ont pris la peine de lire la lettre des diététistes avant de leur répondre.

C’est dommage, car tout ça n’aide personne. Ça a des allures de guéguerre d’égo et ça donne l’impression au grand public que les spécialistes de la santé ne s’entendent même pas entre eux, et donc qu’aucun n’est vraiment fiable.

 

lchf-geguerre-v2

P.S. Si les médecins de la 2e lettre ne voulaient pas donner cette impression, je les invite à s’exprimer différemment la prochaine fois et à réviser leurs arguments.

P.P.S. Pour plus d’infos sur toute la question du gras vs sucre, voici d’excellents textes de vulgarisation sur le sujet :

 

 

 

Un médecin défend Gwyneth

Cette année, la compagnie GOOP de Gwyneth Paltrow a mis sur sa boutique en ligne un oeuf de jade à insérer dans le vagin.

goop-oeuf2

Pourquoi faire une chose pareille ? Parce que selon eux, ça…

  • stimule l’énergie sexuelle;
  • libère les voies du chi dans le corps;
  • intensifie la féminité;
  • revigore la force vitale;
  • se connecte au chakra du coeur pour optimiser l’amour propre et le bien-être.

Ce type d’oeuf a même donné naissance à un nouveau sport : l’haltérophilie vaginale (vaginal weightlifting).

Une obstétricienne, Dre Jen Gunter, a jugé bon d’aviser GOOP et Gwyneth qu’utiliser cet oeuf hautement féminin est vraiment une mauvaise idée. Non seulement il y a risque d’infection (car l’oeuf est percé dans le centre), mais c’est aussi une utilisation abusive des exercices de Kegel qui risque plus de nuire que d’aider.

En réponse, GOOP a utilisé comme porte-parole un autre médecin, Dr Steven Gundry. Voici ses arguments principaux :

 

goop-gundry

… et ainsi de suite dans un texte interminable de 1300 mots où il émetgoop-zero

arguments. Jamais il ne répond aux mises en garde de Dre Gunter à propos de l’oeuf. En fait, il ne parle à aucun moment de l’oeuf !!!

Tout ce qu’il fait, c’est citer son C.V. sur un ton condescendant. Comme si aucun argument n’était nécessaire, car ses qualifications parlent d’elles-mêmes.

Faire ça, ça s’appelle un…

arg-autorite

Qu’est-ce qu’on s’en fout de ses positions académiques, de ses articles et de ses congrès si ce qu’il dit n’a aucun maudit bon sens ?! Malheureusement, même les professionnels de la santé et les scientifiques peuvent tomber dans la bullshit. Et ils sont nombreux à le faire.

C’est pour cette raison qu’il ne faut jamais se fier sur ce qu’un (1) expert dit, mais plutôt se demander :

goop-ensemble

(Ça inclut moi, en passant. Quand j’entends “Le Pharmachien l’a dit faque ça doit être vrai”, ça me donne envie de me tapper la tête sur les murs).

 

Sur ce, je te souhaite de très Joyeuses Fêtes et de survivre aux arguments qui n’ont pas d’allure pendant le réveillon.

On se revoit en 2018 avec plein de nouveau stock !

(dont un projet assez inattendu)

P.S. La chaîne ICI Explora est débrouillée pour tous jusqu’au 12 janvier 2018, ce qui te permet d’écouter Les Aventures du Pharmachien pendant ce temps !

 

arg-autres-v2

 

Aimer la page Facebook du Pharmachien

[purehtml id=6]

 

Partager cet article

 

10 choses qui m’énervent à propos des produits naturels

produits_naturels_header

Si tu lis souvent mes BD, tu sais que je suis très critique du marketing des médicaments en vente libre et des pratiques douteuses de l’industrie pharmaceutique. Et que j’ai honte que les pharmacies vendent de l’homéopathie

Jusqu’à maintenant, j’ai publié plusieurs BD plutôt positives sur les produits naturels (dont les probiotiques et l’huile d’émeu) et d’autres plus critiques (comme les capsules de gélatine et les suppléments protéinés), mais je n’ai jamais parlé d’eux dans leur ensemble. Ben c’est là que ça se passe. 

Dans les produits de santé naturels (PSN), on retrouve entre autres les vitamines, les minéraux et les plantes médicinales. Plusieurs d’entre eux sont indispensables, par exemple le calcium et vitamine D pour la santé osseuse ou encore l’acide folique durant la grossesse. Il y en a aussi plusieurs que je recommande occasionnellement comme pharmacien; je pense entre autres au séné, à la mélatonine et au gingembre. 

Malheureusement, l’énorme marché des PSN est peu encadré, réglementé de façon inadéquate par le gouvernement et rempli d’affirmations pseudoscientifiques absurdes. En plus, c’est le paradis du marketing douteux (encore pire que celui des médicaments). 

Plus spécifiquement, voici 10 choses qui m’énervent à propos des produits naturels. 

Note 1 : Comme d’habitude, je ne nommerai aucun produit, marque ou fabricant spécifique.

Note 2 : Je parlerai très peu de produits homéopathiques dans cette BD, car ce ne sont PAS des produits naturels (à moins que tu considères que l’eau et le sucre se qualifient comme produits naturels). Mais ce n’est que partie remise.

 produits_naturels_01

 

 

produits_naturels_02

 

 

produits_naturels_03aproduits_naturels_03b

 

 

produits_naturels_04

 

 

produits_naturels_05aproduits_naturels_05bproduits_naturels_05c

 

 

produits_naturels_06aproduits_naturels_06b

 

 

produits_naturels_07

 

 

produits_naturels_08

 

 

produits_naturels_09

 

 

produits_naturels_10aproduits_naturels_10b

 

 

produits_naturels_11_01

 

RÉPONSES AU QUIZ DES TABLETTES DE PHARMACIES

  • PSN : Travelan, Antistax, Cold-FX, MidNite, Helixia, Arnica, Genacol, Arthri-Flex
  • Homéopathie : sirops Hyland’s et Similasan

RÉFÉRENCES

 

Aimer la page Facebook du Pharmachien

[purehtml id=6]

 

Partager cet article

 

La plus grande erreur de l’industrie pharmaceutique

industrie_pharmaceutique_header

Quand j’avais 19 ans, mon rêve était de joindre un jour l’industrie pharmaceutique. Je trippais sur l’idée d’inventer des médicaments et de changer le monde… un peu naïf le gars !

J’ai eu la chance de travailler dans l’industrie pendant 7 ans, dans des rôles parfois très scientifiques, parfois très « business ». J’ai même eu une courte expérience à titre de pire représentant pharmaceutique de l’histoire… je te raconterai ça un jour. Ces années ont été extrêmement enrichissantes pour moi.

Malheureusement, je dois avouer que mon opinion de l’industrie a beaucoup souffert au cours des dernières années. D’une part, j’admire ce que tentent de faire les compagnies… mais je suis constamment découragé par leurs décisions d’affaires discutables, leur manque de transparence et leur utilisation peu glorieuse des données scientifiques.

Je critique souvent le marketing pharmaceutique, mais aujourd’hui je tente le tout pour le tout : voici, à mon avis, la plus grande ERREUR qu’a commise l’industrie, ainsi qu’une modeste solution que je souhaite proposer. L’histoire que je raconte n’est pas réjouissante ou super humoristique, mais je tiens à la raconter quand même, car je crois sincèrement que l’industrie peut changer (pour le mieux).

Les problèmes que je relève ici ne sont pas reliés à des compagnies spécifiques, mais bien à l’ensemble de l’industrie. En effet, j’ai pu les observer dans toutes mes interactions avec cette dernière, autant par le passé que très récemment.

Bonne réflexion !

AVERTISSEMENT :

Ce que je présente ici s’inspire de la RÉALITÉ. Si tu as soif de théories de conspiration, de récits présentant l’industrie pharmaceutique comme un culte satanique ou de critiques vagues et aléatoires sans fondements, je t’avertis tout de suite : tu ne trouveras rien de tel dans cette bande dessinée. Je te suggère donc de sauter cette lecture et d’aller voir ailleurs si j’y suis.

industrie_pharmaceutique_01Les principes fondateurs de l'industrieL'erreur qui a changé l'industrieObjectifs de vente , études cliniques mal construites et produits peu innovateursPerception tordue de la réalité et marketing abusif à partir des données scientifiquesDes gens qui dépassent leurs compétences et la folie du bonus annuelLes conséquences de l'erreur sur l'industrieSolutionConclusion

 

RE-AVERTISSEMENT : Sérieusement, comme je l’ai dit plus haut, je n’ai aucune tolérance pour la critique gratuite, les fabulations et les gens qui parlent à travers leur chapeau. Ce n’est pas non plus le bon endroit pour les anecdotes du genre “L’industrie a assassiné ma belle-soeur”. C’est facile : il suffit d’être constructif !

 

Aimer la page Facebook du Pharmachien

[purehtml id=6]

 

Partager cet article

 

Mon débat intérieur sur la cigarette électronique

e-cigarette_header

Mettons quelque chose au clair dès le départ : je suis POUR la cigarette électronique.

… je viens probablement de m’épargner une centaine d’insultes et de menaces juste en disant ça !!!

Mais être « pour » ne veut pas dire que les arguments négatifs ou plus conservateurs sont mauvais pour autant. Être « pour » suppose aussi que l’on met en place un cadre pour réglementer sa fabrication et sa vente, ce qui n’est pas le cas pour le moment.

D’une part, le gouvernement et les associations médicales préfèrent être prudents dans leurs recommandations avant que le marché de la e-cigarette soit réglementé… avec raison. D’autre part, les consommateurs perdent patience car rien ne se passe… et je les comprends.

Voici un résumé de mes idées et de mes questionnements par rapport à la e-cigarette. Ce n’est pas la meilleure façon de penser ou la seule possible… c’est uniquement celle qui persiste dans ma tête. Si tu songes à vapoter (oui, c’est comme ça que ça s’appelle), j’espère que ma réflexion t’aidera à amorcer la tienne.

Déclaration de conflits d’intérêt potentiels :

Je l’avoue, je n’ai jamais fumé de ma vie. Pas même pris une seule « puff ». Bref, peut-être que je me mêle de choses que je ne connais pas … Par contre, je ne souffre pas non plus des diverses maladies que j’aide à soigner chez les gens. Les adeptes de la vape ne seront peut-être pas d’accord avec ma position et ça me va. D’ailleurs, n’hésitez pas à me « challenger » dans les commentaires ci-dessous.

 

Introduction

Vraie cigarette vs électroniqueGestuelle , sensation , nicotineE-liquide , jeunesDébat intérieur

 

Conclusion

Voici 5 conseils si tu songes à te mettre à la vape :

  • Si tu ne fumes pas la cigarette, tiens-toi loin des e-liquides qui contiennent de la nicotine. Pourquoi risquer de devenir dépendant quand tu ne l’es pas en ce moment?
  • Attention à la provenance et à la qualité des e-liquides. N’achète jamais sur Internet, dans un dépanneur ou d’un gars qui en fabrique dans son sous-sol.
  • Si tu veux arrêter de fumer, pourquoi ne pas commencer par la base? Diminue ta consommation de cigarettes lentement, visite le site J’arrête, parles-en à ton médecin/pharmacien, essaie peut-être les timbres ou la gomme… ensuite tu pourras décider si tu as besoin d’autre chose.
  • Abstiens-toi de fumer la cigarette électronique pour suivre la mode. Après tout, c’est de cette façon que ça a commencé pour le tabac!
  • Évite d’assassiner le côté de ton cerveau qui reste prudent face à la cigarette électronique! Un peu de scepticisme n’a jamais tué personne (sauf Sir Bernardus).

 

Aimer la page Facebook du Pharmachien

[purehtml id=6]

 

Partager cet article