Tag Archives: muscles

Anxiété : prisonnier du collier de métal

anxiete_header

Le stress et l’anxiété sont utiles dans la vie.

Supposons par exemple que tu fais de la randonnée en Alaska et que tu te retrouves soudainement devant un ours Kodiak qui sort d’hibernation et cherche son premier repas. Tu vois un filet de bave qui coule de sa bouche et tu n’as qu’une cuillère pour te défendre…

… mmm mauvais exemple.

Disons que tu es allergique aux piqûres de guêpe. Ton stress t’encourage à être prudent lorsqu’il peut y en avoir aux alentours. Quand tu vois une guêpe, ton anxiété te pousse à t’éloigner. Ce sont des mécanismes de défense normaux et souhaitables qui ont permis à l’être humain d’évoluer.

Par contre, l’évolution a fait en sorte que les situations qui causent l’anxiété ont changé : le travail, la famille, l’argent, la santé, etc. L’homme des cavernes n’en avait rien à foutre de tout ça… mais aujourd’hui ce sont ces trucs qui nous stressent le plus.

Aujourd’hui, je veux parler du trouble d’anxiété généralisée, un peu comme je l’ai fait plus tôt cette année avec la dépression. C’est un trouble très fréquent… mais difficile à accepter et dont peu de gens discutent ouvertement.

Cet infographique demande une implication et une certaine imagination de la part du lecteur… tu l’apprécieras davantage si tu acceptes de te laisser porter par l’analogie inusitée que je propose!

 

anxiete00

Collier de métal et décharge électriqueSymptômes de l'anxiété et difficultés au quotidienAttaque de panique et inquiétudes réellesSymptômes multiples chez le médecin et dossiers épaisLes serrures psychologique et chimique du collier de métal et intro sur l'amygdale et le cortex préfrontalRôle de l'amygdale et du cortex préfrontal (cerveau) dans l'anxiétéAnxiété : prisonnier du collier de métal (07)Accepter le diagnostic de l'anxiété

 

Thérapie cognitivo-comportementale (TCC) et  suggestion de lecture

 

Aimer la page Facebook du Pharmachien

 

Partager cet article

 

Les 9 phases de l’activité physique

entrainement_header

Vers l’âge de 20 ans, je pesais plus de 190 livres du haut de mes 5 pieds et 8.5 pouces. À l’époque, je mangeais tout ce qui me tombait sous la main. J’avais même inventé une collation hyper-calorique à base de nouilles Ramen, de fromage et d’arachides. Souvenir de jeunesse:

entrainement_oli

Mais mon poids n’a pas vraiment d’importance… Ce qui importe, c’est que je savais très bien que ça ne pouvait pas continuer comme ça et je me sentais mal dans ma peau. De plus, j’étais dans une condition physique absolument horrible et je m’enlignais vers des problèmes de santé multiples dans le futur.

Heureusement, peu après, j’ai dramatiquement changé mes habitudes et mon alimentation, puis l’activité physique est devenue une partie intégrante de ma vie. Aujourd’hui, je ne pourrais plus m’en passer.

Donc OUI je fais du sport, OUI je m’entraîne et OUI je suis raisonnablement en forme. Je pourrais vous dire que c’est facile ou naturel pour moi et que ça fait partie de ma routine… mais c’est faux.

C’est un combat au quotidien.

Au cours des dernières années, j’ai vécu quelques périodes au cours desquelles je n’ai pas fait d’activité physique régulière pendant un mois ou plus. Les raisons pour cela étaient multiples :

  • Blessures
  • Manque de motivation
  • D’autres blessures
  • Manque de temps (i.e. manque de motivation)
  • Blessures qui n’en étaient pas vraiment mais qui me donnaient une bonne excuse pour ne pas faire de sport

J’ai vécu l’une de ces périodes récemment. Après avoir repris l’activité physique régulière, je me suis posé la question suivante : existe-t-il une tendance, un « pattern » dans chaque période creuse?

Bien sûr que oui.

De plus, je suis persuadé que ces tendances s’appliquent également aux personnes qui ne font pas d’activité physique régulière ou à celles qui ont échoué dans leurs tentatives de l’intégrer à leur quotidien.

Mon objectif avec l’infographique qui suit n’est pas d’être moralisateur ou de m’improviser spécialiste de l’entraînement, mais plutôt de partager avec vous certaines difficultés que je vis moi-même en rapport avec l’activité physique, dans l’espoir que cela aidera ou inspirera certain(e)s d’entre vous dans vos démarches d’activité physique!

Note : En lisant, remplacez dans votre tête « activité physique » et « entraînement » par tout sport qui vous plaît : marche, tennis, yoga, Pilates, Zumba, gym, vélo, jogging, etc.

entrainement_graph_thumb

L'illusion du débutant

 

La dure réalité

 

La lune de miel

 

L'Apocalypse

 

Espoir

 

Faux espoir

 

La phase fuckée

 

Le choix

 

Nirvana

 

Conclusion ou réflexions finales

 

magnet entrainement annonce

 

 

Aimer la page Facebook du Pharmachien

 

Partager cet article

 

Hot yoga : beaucoup de sueur pour rien

yoga_oli

QUESTION

Au cours des derniers mois, quelques lectrices ont sollicité mon avis au sujet du « hot yoga » (yoga Bikram, Moksha et dérivées) ainsi que du yoga sous rayons infrarouges :

yoga_questions

line2

MA RÉPONSE

Avant toute chose, je tiens à dire que j’encourage tout le monde à faire de l’activité physique. Les effets bénéfiques du sport sur la santé physique et psychologique sont absolument ÉNORMES.

Aussi, même si je ne l’ai jamais pratiquée moi-même, je trouve que le yoga est une activité super intéressante! Homme ou femme, si c’est ça qui vous intéresse et vous motive à bouger, n’hésitez pas et allez-y! (Note : il est donc inutile de m’écrire pour défendre les vertus du yoga; je suis avec vous chers yogis!)

Ceci étant dit…

Le but ici est de parler de « hot yoga », et non pas du yoga en tant que tel, n’est-ce pas?

J’aurais pu aimer le principe du hot yoga… si seulement on ne tentait pas de lui attribuer une tonne de bénéfices sur la santé dont les explications sont pour le moins douteuses. Voici quelques affirmations que j’ai répertoriées sur le web:

 

« Transpirer régulièrement et abondamment permet d’éliminer les toxines du corps »

« La sueur produite par la chaleur infrarouge permet de désintoxiquer le corps, car elle contient 20% de toxines par rapport à seulement 3% dans l’exercice traditionnel »

« Le hot yoga améliore l’apparence de la peau,  rend le système immunitaire plus fort et permet de diminuer la cellulite »

« Transpirer durant l’exercice permet de brûler davantage de calories et accélere la perte de poids »

 

Voilà qui est très impressionnant! Dommage que tout ça n’ait aucun sens. De telles allégations m’obligent malheureusement à décortiquer le hot yoga dans ses moindres détails… Voici donc les questions les plus importantes à se poser sur le sujet :

 

yoga_title01

La chaleur accélère la transpiration, augmente le rythme cardiaque et l’effort en général.

Est-ce que transpirer plus est un avantage? Pas vraiment. La transpiration n’élimine rien qui n’aurait pas été évacué du corps autrement. C’est du sel et de l’eau… De plus, le poids en eau qui est perdu par la transpiration est vite repris en buvant et en mangeant.

Est-ce qu’augmenter le rythme cardiaque et l’effort est un avantage? Possiblement. La chaleur rend l’exercice plus difficile et augmente son intensité, mais ne se traduit pas nécessairement en un meilleur entraînement.


yoga_title02

D’après mes recherches, le hot yoga a plusieurs supposés avantages, que je me suis efforcé de regrouper en 3 catégories:

yoga_table

 

Surprise : je n’ai pas l’intention de contester les bénéfices au niveau des muscles et de l’esprit. Pourquoi? Tout simplement parce que ce sont des choses très individuelles… Une personne dira que le hot yoga lui donne plus de force, alors qu’une autre dira exactement le contraire. Il faut l’essayer pour le savoir!

La composante spirituelle est très présente dans le yoga, alors je suis persuadé que la chaleur et l’effort intense peuvent permettre une concentration et un focus extrême. Mais encore là, c’est plutôt quelque chose d’individuel et de subjectif.

 

Par contre, les prétendus avantages sur les fonctions du corps ne reposent vraiment sur rien de solide ou de crédible.

Premièrement, la sueur n’élimine pas de déchets ou de « toxines » en quantités significatives. D’ailleurs, dois-je vous rappeler que les toxines, à toutes fins pratiques, n’existent pas? Le rôle de la sudation est de rétablir la température corporelle, pas de sortir les ordures.

De plus, pourquoi faire des efforts à la chaleur renforcirait-il le système immunitaire? Si c’était le cas, les habitants de l’Afrique ou de l’Indonésie seraient pratiquement invincibles.

Rappelez-vous que la chaleur à l’intérieur du corps demeure relativement constante (environ 37 degrés Celsius), et ce peu importe la température extérieure. À partir du moment où on réalise cela, l’impact d’une pièce chauffée à 38 ou 39 degrés devient négligeable. Par conséquent, les chances que le hot yoga améliore votre peau ou votre circulation sont minces. Ce n’est pas tout : dans une petite étude sur le sujet, le hot yoga n’a même pas augmenté la fréquence cardiaque des participants par rapport au yoga traditionnel.

Bref, tout ça, c’est uniquement du marketing!!!

 

yoga_title03

Les infrarouges réchauffent la peau directement par la lumière, plutôt qu’en réchauffant l’air ambiant comme dans les saunas. Les effets de l’exposition aux infrarouges sont donc les mêmes que la chaleur en général, c’est-à-dire qu’on transpire plus.

Les amateurs des saunas infrarouges prétendent toutes sortes de bénéfices possibles, mais à ce jour rien n’a été démontré clairement. Il n’y a donc aucun avantage apparent.

Il ne semble pas y avoir de dangers importants à s’exposer aux infrarouges à l’occasion. Par contre, une exposition chronique peut accélérer le vieillissement de la peau et nuire à la vision (comme le soleil d’ailleurs, car c’est la source principale de rayons infrarouges).

 

yoga_title04

En pratiquant une activité physique sous chaleur intense, vous exigez l’effort maximal à votre corps. Si vous êtes en excellente condition physique, vous serez probablement OK.

Par contre, si vous faites partie de l’autre 95% de la population, vous devriez demander l’avis d’un médecin avant de débuter une telle activité.

Il y a des dangers réels à faire de l’activité physique sous la chaleur intense : coup de chaleur, déshydratation, difficultés à respirer, perte de conscience, etc. Il faut s’assurer de bien s’hydrater avant, durant et après l’exercice.

 

yoga_title05

Si vous voulez pratiquer le « hot yoga » parce que cela vous relaxe et/ou vous aide à réaliser les mouvements et/ou motive… GO!

Par contre, ne vous laissez pas convaincre par des supposés effets bénéfiques qui ne tiennent pas la route. Si les publicités de votre centre de yoga incluent des mots comme « toxines », « métabolisme » et « système immunitaire »… méfiez-vous!

 

Aimer la page Facebook du Pharmachien

 

Partager cet article

 

Du froid ou du chaud quand ça fait bobo?

glace_header

L’une des questions que l’on me pose le plus souvent à chaque jour est :

« J’ai mal à quelque part… qu’est-ce que je fais? »

Or, même si les traitements les plus efficaces sont aussi les plus simples, il semblerait que la majorité des gens soient plutôt confus à ce sujet. Encore pire, l’approche la plus populaire semble être de faire EXACTEMENT LE CONTRAIRE de la bonne solution. Par exemple, si vous vous foulez la cheville et que vous appliquez de la chaleur pour vous soulager… j’aimerais mieux ne pas être là pour voir le résultat.

Vu le succès relatif de mon arbre décisionnel sur les différences entre le rhume et la grippe, j’ai décidé de créer un outil semblable sur l’utilisation de la chaleur et de la glace pour soulager la douleur. Je l’ai même fait dans un format facile à imprimer… wow, ma maman avait raison, je suis vraiment trop gentil!

Je vous donne aussi par la suite mon avis sur quelques médicaments en vente libre et autres produits fréquemment utilisés pour les douleurs et courbatures.

Je tiens à remercier sincèrement Simon Décary, finissant au programme de physiothérapie et étudiant au doctorat en science de la réadaptation à l’Université Laval, qui m’a fourni des tonnes d’informations et m’a aidé à organiser mes idées.

* AVERTISSEMENT : Cet arbre décisionnel ne remplace pas l’avis d’un médecin… duh.

 douleur_small

 

Et tel que promis…

avis

01-acetaminophene

  • Efficacité allant de nulle à « pas pire du tout »
  • Inoffensif chez la grande majorité des gens, incluant les enfants et les femmes enceintes
  • Votre meilleure option si vous prenez déjà une tonne de médicaments

02-ibuprofene

  • Plus efficace que vous le croyez
  • Légèrement anti-inflammatoire… juste assez
  • Nécessite souvent des doses répétées et élevées pour arriver à de bons résultats

03-ains

  • À en juger par les résultats obtenus, efficacité très moyenne
  • Ils sont prescrits BEAUCOUP trop souvent pour tout et pour rien
  • Peuvent maganer solidement votre estomac

04-relaxants

  • Peuvent faire du bien quand vous avez des muscles très tendus (ex. dos) ou que vous êtes « coincé » à quelque part (ex. torticolis)
  • Facultatifs dans tous les autres cas
  • Très sédatifs : vous donnent l’impression d’avoir pris une brosse la veille

05-cremes

  • Permettent de vous frictionner gaiement et de masser joyeusement votre partenaire
  • Vous donnent l’impression de faire quelque chose d’utile de votre journée
  • Je connaissais un gars qui s’en mettait à tous les jours dans la classe à l’université…?
  • Efficacité : meh

06-gelbleu

  • 100% équivalent à vous enduire tout le corps de pâte à dents
  • Aussi efficace pour la douleur que de vous badigeonner avec de la sauce à steak

07-diclofenac

  • Incroyablement populaire, à tort ou à raison
  • Option intéressante si utilisée intelligemment pour des blessures tannantes et difficiles à traiter
  • Est-ce une bonne idée de s’en mettre pour tout et pour rien? NON
  • Ne battra jamais le pouvoir fantastique de la glace!

 conclusion

 

 

Aimer la page Facebook du Pharmachien

 

Partager cet article

 

5 raisons de ne PAS prendre de suppléments protéinés

header_proteines

Les protéines sont essentielles pour tous. Les sportifs doivent absolument en consommer une quantité suffisante. Mais est-il nécessaire de prendre des suppléments?

L’une des raisons expliquant la popularité de ces produits est l’existence de standards irréalistes de perfection et de beauté suggérés dans les médias et qui, nous le savons maintenant, sont aussi pires chez les hommes que chez les femmes.

Les boutiques qui vendent ces produits n’aident pas à améliorer la situation et leur personnel ne connaît souvent rien en nutrition. D’ailleurs, si vous portez attention, vous remarquerez que ces boutiques ont une ressemblance frappante avec les magasins de produits naturels nouvel-âge…

Les suppléments protéinés, c’est un sujet qui me rejoint, car j’en ai pris par le passé… jusqu’à ce que je réalise que ce n’était pas aussi utile que je le croyais. Mon but n’est donc pas de vous dire de ne PAS en prendre, mais surtout de vous dire de ne PAS en prendre pour les mauvaises raisons.

Voici un infographique à ce propos, prouvant encore une fois que j’ai une fixation avec le chiffre « 5 ».

Le Nutritionniste Urbain

Je tiens à remercier sincèrement Bernard Lavallée, nutrionniste et auteur de l’excellent site web Le Nutritionniste Urbain, pour avoir révisé l’information nutritionnelle dans cet infographique, de même que pour m’avoir suggéré de nombreuses réorganisations / reformulations dans le texte, que j’ai utilisées intégralement. Aucun doute, c’est un vrai pro !

* Note préalable: L’information ci-dessous s’adresse principalement à monsieur-madame-tout-le-monde (comme moi), pas aux sportifs de haut niveau ou aux “bodybuilders”, qui peuvent avoir des besoins plus élevés qui ne sont pas nécessairement comblés par l’alimentation seulement.

 

5 raisons de ne pas prendre de suppléments protéinés (0)

Tu consommes probablement déjà toutes les protéines dont tu as besoinLes suppléments protéinés ne te feront pas apparaître de muscles par magieLe boost d'énergie que tu recherches ... vient-il vraiment des protéines ?La plupart des produits en vente sont bourrés de caloriesLe marketing des suppléments protéinés est complètement ridicule

Le Le marketing des suppléments protéinés est complètement ridicule (suite) et conclusion

 

* Références: Voici les liens vers deux références que j’ai utilisées pour la préparation de cet infographique; toutes deux proviennent d’Extenso, le Centre de référence sur la nutrition de l’Université de Montréal (Référence 1, Référence 2). Je vous invite également à consulter le site web d’ÉquiLibre, un organisme québécois à but non-lucratif qui vise à prévenir et à diminuer les problèmes reliés au poids et à l’image corporelle.

 

 

Aimer la page Facebook du Pharmachien

 

Partager cet article