Tag Archives: médicament

10 choses qui m’énervent à propos des produits naturels

produits_naturels_header

Si tu lis souvent mes BD, tu sais que je suis très critique du marketing des médicaments en vente libre et des pratiques douteuses de l’industrie pharmaceutique. Et que j’ai honte que les pharmacies vendent de l’homéopathie

Jusqu’à maintenant, j’ai publié plusieurs BD plutôt positives sur les produits naturels (dont les probiotiques et l’huile d’émeu) et d’autres plus critiques (comme les capsules de gélatine et les suppléments protéinés), mais je n’ai jamais parlé d’eux dans leur ensemble. Ben c’est là que ça se passe. 

Dans les produits de santé naturels (PSN), on retrouve entre autres les vitamines, les minéraux et les plantes médicinales. Plusieurs d’entre eux sont indispensables, par exemple le calcium et vitamine D pour la santé osseuse ou encore l’acide folique durant la grossesse. Il y en a aussi plusieurs que je recommande occasionnellement comme pharmacien; je pense entre autres au séné, à la mélatonine et au gingembre. 

Malheureusement, l’énorme marché des PSN est peu encadré, réglementé de façon inadéquate par le gouvernement et rempli d’affirmations pseudoscientifiques absurdes. En plus, c’est le paradis du marketing douteux (encore pire que celui des médicaments). 

Plus spécifiquement, voici 10 choses qui m’énervent à propos des produits naturels. 

Note 1 : Comme d’habitude, je ne nommerai aucun produit, marque ou fabricant spécifique.

Note 2 : Je parlerai très peu de produits homéopathiques dans cette BD, car ce ne sont PAS des produits naturels (à moins que tu considères que l’eau et le sucre se qualifient comme produits naturels). Mais ce n’est que partie remise.

 produits_naturels_01

 

 

produits_naturels_02

 

 

produits_naturels_03aproduits_naturels_03b

 

 

produits_naturels_04

 

 

produits_naturels_05aproduits_naturels_05bproduits_naturels_05c

 

 

produits_naturels_06aproduits_naturels_06b

 

 

produits_naturels_07

 

 

produits_naturels_08

 

 

produits_naturels_09

 

 

produits_naturels_10aproduits_naturels_10b

 

 

produits_naturels_11_01

 

RÉPONSES AU QUIZ DES TABLETTES DE PHARMACIES

  • PSN : Travelan, Antistax, Cold-FX, MidNite, Helixia, Arnica, Genacol, Arthri-Flex
  • Homéopathie : sirops Hyland’s et Similasan

RÉFÉRENCES

 

Aimer la page Facebook du Pharmachien

 

Partager cet article

 

Des champignons sous les ongles ? Bonne chance !

onychomycose_header

Si tu as une infection à champignons sous les ongles, je n’ai qu’une seule chose à te dire : bonne chance. C’est vraiment, vraiment, vraiment difficile à faire partir. Et la plupart des traitements disponibles ne valent pas grand-chose.

Heureusement, dans la plupart des cas, c’est banal et tu peux mener une vie heureuse malgré tout. Au pire, l’ongle est légèrement épaissi et décoloré… rien d’inquiétant.

Par contre, dans certains cas, le problème devient assez important et un traitement est alors essentiel. On appelle ce type d’infection une onychomycose (onycho = ongle ; mycose = champignon).

Quand j’étais étudiant, j’ai travaillé quelques années comme préposé aux bénéficiaires dans un hôpital. Et laisse-moi te dire que des onychomycoses, j’en ai vu des vertes et des pas mûres (littéralement). J’ai vu des ongles… abominables. Des ongles qui ne ressemblaient plus à des ongles, mais plutôt à des entités extraterrestres. Juste y penser me donne des frissons.

Bref, tu ne veux pas te rendre là. Alors lis ma BD sur les champignons. Ça parle aussi de hippies. Ben oui.

onychomycose01DermatophytesEntrejambeInfection de l'ongleProduits en vente libreCiclopiroxTerbinafine et guérisonConclusion

 

Aimer la page Facebook du Pharmachien

 

Partager cet article

 

La plus grande erreur de l’industrie pharmaceutique

industrie_pharmaceutique_header

Quand j’avais 19 ans, mon rêve était de joindre un jour l’industrie pharmaceutique. Je trippais sur l’idée d’inventer des médicaments et de changer le monde… un peu naïf le gars !

J’ai eu la chance de travailler dans l’industrie pendant 7 ans, dans des rôles parfois très scientifiques, parfois très « business ». J’ai même eu une courte expérience à titre de pire représentant pharmaceutique de l’histoire… je te raconterai ça un jour. Ces années ont été extrêmement enrichissantes pour moi.

Malheureusement, je dois avouer que mon opinion de l’industrie a beaucoup souffert au cours des dernières années. D’une part, j’admire ce que tentent de faire les compagnies… mais je suis constamment découragé par leurs décisions d’affaires discutables, leur manque de transparence et leur utilisation peu glorieuse des données scientifiques.

Je critique souvent le marketing pharmaceutique, mais aujourd’hui je tente le tout pour le tout : voici, à mon avis, la plus grande ERREUR qu’a commise l’industrie, ainsi qu’une modeste solution que je souhaite proposer. L’histoire que je raconte n’est pas réjouissante ou super humoristique, mais je tiens à la raconter quand même, car je crois sincèrement que l’industrie peut changer (pour le mieux).

Les problèmes que je relève ici ne sont pas reliés à des compagnies spécifiques, mais bien à l’ensemble de l’industrie. En effet, j’ai pu les observer dans toutes mes interactions avec cette dernière, autant par le passé que très récemment.

Bonne réflexion !

AVERTISSEMENT :

Ce que je présente ici s’inspire de la RÉALITÉ. Si tu as soif de théories de conspiration, de récits présentant l’industrie pharmaceutique comme un culte satanique ou de critiques vagues et aléatoires sans fondements, je t’avertis tout de suite : tu ne trouveras rien de tel dans cette bande dessinée. Je te suggère donc de sauter cette lecture et d’aller voir ailleurs si j’y suis.

industrie_pharmaceutique_01Les principes fondateurs de l'industrieL'erreur qui a changé l'industrieObjectifs de vente , études cliniques mal construites et produits peu innovateursPerception tordue de la réalité et marketing abusif à partir des données scientifiquesDes gens qui dépassent leurs compétences et la folie du bonus annuelLes conséquences de l'erreur sur l'industrieSolutionConclusion

 

RE-AVERTISSEMENT : Sérieusement, comme je l’ai dit plus haut, je n’ai aucune tolérance pour la critique gratuite, les fabulations et les gens qui parlent à travers leur chapeau. Ce n’est pas non plus le bon endroit pour les anecdotes du genre “L’industrie a assassiné ma belle-soeur”. C’est facile : il suffit d’être constructif !

 

Aimer la page Facebook du Pharmachien

 

Partager cet article

 

Réflexions sur les dates d’expiration des médicaments

Dates d'expiration des médicaments (0)Dates d'expiration des médicaments (1)Dates d'expiration des médicaments (2)Dates d'expiration des médicaments (3)

Ma conclusion sur les dates d'expiration des médicaments

 

Aimer la page Facebook du Pharmachien

 

Partager cet article

 

5 faits sur les médecins … selon les séries télé

5 faits sur les médecins ... selon les séries télé

Je suis bien content que l’on s’intéresse davantage à la santé dans les médias… mais les séries dramatiques médicales à la télé, c’est vraiment n’importe quoi!!!

Je fais référence aux séries telles que House, Trauma, Grey’s Anatomy, E.R., Urgence, Private Practice, Destinées et compagnie.

Pour être franc avec vous, je n’ai jamais suivi régulièrement ces dernières, mais je les ai écoutées à l’occasion par curiosité. Je dois dire que j’ai été plutôt découragé par le portrait souvent exagéré et irréaliste qu’elles présentent de la pratique médicale. Les vrais médecins font un travail exceptionnel, mais qui n’a pas grand chose à voir avec ce que suggèrent ces séries.

Évidemment, toutes les séries ne sont pas coupables des mêmes fautes. J’ai donc préparé une bande dessinée illustrant les 5 aspects les plus ridiculement irréalistes des séries médicales à la télé.

 

Ce sont des âmes torturées, ce sont des enquêteurs hors-pair, ce sont des bêtes de sexeCe sont des demi-dieux qui connaissent tout et savent tout faireIl y a toujours un rebelle qui suit ses propres règles

À quand une série télé humoristique sur le monde pharmaceutique écrite par Le Pharmachien? Un jour, peut-être… J’imagine déjà le scénario :

« Un pharmacien désillusionné et aux méthodes non conventionnelles, en dispute avec son ex-femme propriétaire d’une pharmacie concurrente, tentant de renouer avec sa fille étudiant en médecine et tourmenté par sa sœur naturopathe, tombe amoureux d’une représentante pharmaceutique aux motivations incertaines et se retrouve malgré lui entraîné dans une série de mésaventures aussi mystérieuses qu’hilarantes … »

Radio-Canada, TVA, V Télé, Télé Québec… premier arrivé, premier servi!

P.S. Vous ne verrez jamais un(e) pharmacien(ne) compter des pilules dans cette série.

 

Partage (FR)

Si vous avez aimé cette bande dessinée, utilisez les boutons ci-dessous pour la partager avec vos amis, vos collègues, votre famille et avec ceux qui passent trop de temps à écouter les séries médicales à la télé!

Aimer la page Facebook du Pharmachien

 

Partager cet article

 

La bible des suppositoires du Pharmachien

De toutes les formes pharmaceutiques, le suppositoire est définitivement celle qui fait le plus jaser. Si vous avez déjà utilisé un suppositoire, les questions suivantes vous sont probablement passées par l’esprit :

  •  « Pourquoi prendre un suppositoire plutôt que des comprimés? »
  • « Comment insère-t-on un suppositoire rectal? »
  • « Combien de temps faut-il garder le suppositoire à l’intérieur? »

 Et si vous êtes curieux comme moi, vous avez probablement voulu savoir également :

  • « Que contient un suppositoire? »
  • « Qu’advient-il du suppositoire après son insertion? »
  • « Que faire si j’expulse le suppositoire trop tôt? »

 Vous trouverez toutes les réponses à ces questions dans mon spécial intitulé :

« La bible des suppositoires du Pharmachien – 1ère édition »

 Je vous propose également une petite bande dessinée sur un sujet connexe :

« L’insertion d’un suppositoire : 5 étapes vers l’acceptation »

 * Si vous avez de la difficulté à lire le texte, consultez la version PDF plus bas *

 

Image titre

Scénarios où les suppositoires sont préférés aux comprimés

Un coprs gras ou un solide synthétique ou à base d'eau et un ingrédient actif (médicament)

Deux méthodes d'insertion proposées

Le suppositoire fond et libère le médicament qui est absorbé par les nombreux vaisseaux sanguins du rectum

Idéalement 15 à 20 minutes, mais en réalité, aussi longtemps que vous le pouvez! Aussi, quelques trucs pour insérer un suppositoire

S'il est intact, insérez-le de nouveau, sinon attendez à la prochaine dose (sauf exception)

Consultez votre pharmacien et votre médecin avant de prendre des suppositoires

 

Image titreL'homme invente des excuses en achetant des suppositoires à la pharmacieL'homme est fâchéL'homme répare son toit plutôt que de mettre le suppositoireL'homme pleure car il ne veut pas mettre le suppositoire... gros bébéL'homme est soulagé, mais une surprise l'attendCette bande dessinée a été inspirée des 5 étapes du deuil de Kübler-Ross

Note: Cette bande dessinée a été inspirée des 5 étapes du deuil de Kübler-Ross.

 

« La bible des suppositoires du Pharmachien » sera mise à jour dans le futur! Je vous invite donc à me faire parvenir vos suggestions, vos commentaires et les autres questions que vous aimeriez y voir apparaître dans la prochaine édition.

 

Si vous avez aimé mon hommage aux suppositoires, partagez-le avec vos amis, votre famille, vos collègues et surtout à ceux qui s’apprêtent à tenter l’insertion!

Aimer la page Facebook du Pharmachien

 

Partager cet article