Tag Archives: cancer

4 arguments louches sur le cannabis et la santé

cannabis-header

Le 17 octobre 2018 est une journée qui passera à l’histoire : c’est le bug de l’an 2000 le jour où le cannabis a été légalisé au Canada (i.e. aujourd’hui).

Depuis un an, je me fais poser une tonne de questions sur le sujet. Surtout, les gens veulent savoir si je suis « pour ou contre » la légalisation…

Mais je ne suis pas la bonne personne pour répondre à cette question. Les raisons légales, sociales et économiques ne sont pas dans mon champ d’expertise. Mon domaine, c’est la science et la santé.

Disons simplement que la criminalisation du cannabis, ça a été un échec. Donc il était temps qu’on essaie autre chose.

Aussi, à un moment donné, ça ne sert à rien d’être dans le déni : au moins 15% des gens consomment du cannabis. Et chez les jeunes, c’est 30 à 40%.

Mais je dois dire que les deux discours les plus présents en ce moment m’énervent tout autant, c’est-à-dire :

 

cannabis-intro

 

Je pense que c’est important de parler ouvertement du cannabis. Mais malheureusement, on entend souvent des arguments très louches autant dans le camp « pour » que « contre ».

Cette BD reprend les grandes lignes de l’épisode sur le cannabis des Aventures du Pharmachien, diffusé en décembre 2017. L’épisode peut être visionné sur l’Extra de tou.tv. Et si tu es prof ou étudiant(e), la plate-forme Curio.ca permet d’écouter l’épisode gratuitement en classe ou à la maison.

 

Note #1 : Question d’être transparent, je dois avouer que je n’ai jamais consommé de cannabis dans ma vie, même pas pris une « pof ». La raison est que je n’ai jamais aimé l’effet des psychotropes en général (i.e. les substances qui modifient l’état de conscience), incluant l’alcool. J’espère que ça ne me disqualifie pas d’aborder le sujet, au même titre que je n’ai jamais consommé 99.999% des médicaments avec lesquels je travaille sur une base quotidienne…

Note #2 : Il y a plusieurs éléments que je n’ai pas abordés dans la BD, entre autres la conduite sous influence, l’absence d’un taux maximal de THC dans les produits, les intoxications chez les enfants et les animaux qui ont consommé par erreur des aliments contenant du cannabis, la mode du « microdosing »… la BD est déjà très longue, donc s’il y a lieu, j’y reviendrai une autre fois !

 

cannabis-00

 

cannabis-01a

cannabis-01b

 

 

 

cannabis-02a

cannabis-02b cannabis-02c

 

 

 

cannabis-03a cannabis-03b cannabis-03c

 

 

 

cannabis-04a

cannabis-04b

 

cannabis-04c

 

cannabis-04d

 

cannabis-04e

 

 

cannabis-conclu-01

 

cannabis-conclu-02

 

Aimer la page Facebook du Pharmachien

 

Partager cet article

 

L’astrologie est de retour !

astrologie-header

L’astrologie est de retour !!!

Aux États-Unis, on note un regain de popularité de l’astrologie chez les jeunes.

Selon un sondage mené en 2012, 58% des 18-24 ans considéraient que l’astrologie est scientifique. Ce dernier affirme qu’on n’aurait pas vu de tels chiffres depuis 1983.

Mais apparemment, depuis 2017, le gros boom a débuté. Des sites d’horoscope disent avoir vu leur trafic augmenter de façon exponentielle. Les applications mobiles d’astrologie se multiplient. Et l’astrologie est plus présente que jamais sur le web et les réseaux sociaux.

Bref, les jeunes semblent consulter leur horoscope et l’utiliser dans leur vie quotidienne. Il y a même des articles qui proposent comment choisir son habillement selon son signe astrologique.

Personnellement, je trouve que tout habillement choisi en fonction du Zodiaque devrait être celui-ci :

astrologie-01

 

Honnêtement, après avoir pas mal lu sur le sujet, je n’ai pas l’impression qu’on peut vraiment conclure que l’astrologie est “plus populaire” chez les jeunes que chez les autres groupes d’âge. Après tout, peut-être qu’elle n’était jamais vraiment disparue ?

Mais peu importe, ce n’est pas ce qui retient mon attention.

Ce qui me surprend vraiment, c’est qu’à une époque où l’information est facilement disponible, quelques minutes de recherche sur le web suffisent pour conclure que l’astrologie ne tient pas la route scientifiquement.

Logiquement, on s’attendrait à ce que les jeunes, qui sont nés avec Internet entre les mains, ne croient pas à des trucs du genre. Mais c’est plutôt l’inverse qui se produit. Pourquoi ?

Pour jaser de tout ça, je te propose ici une mini-entrevue avec une invitée spéciale ! En bonus, l’entrevue sera ponctuée de mini-BDs sur les concepts scientifiques en lien avec l’astrologie et les phénomènes stellaires.

maude-carmel

Maude Carmel est chroniqueuse dans les médias, blogueuse sur Urbania et tu peux la suivre sur son compte Instagram ! En tant que “milléniale”, elle partage des observations sur sa génération. Elle s’intéresse elle-même à l’astrologie et, de son propre aveu, se questionne beaucoup sur ses propres croyances à ce sujet. Je l’ai choisie parce que c’est une fille brillante qui a d’excellentes introspections et je respecte ce qu’elle a à dire sur le sujet. D’ailleurs j’ai souligné en rose plusieurs de ses réflexions dans l’entrevue que je trouvais vraiment excellentes. Merci Maude !

 

gluten_warning

Le but ici n’est pas de généraliser les croyances d’une génération. Mon but n’est pas non plus de juger les personnes qui ont ces croyances; je souhaite simplement présenter les concepts scientifiques associés afin d’informer. Aussi, Maude n’est pas la « représentante » de sa génération; elle ne parle que pour elle-même. Ma conversation avec elle a non seulement été super le fun, mais aussi très amicale et respectueuse, alors j’aimerais que ça continue en ce sens.

 

 

astrologie-00

 

(OLIVIER) Pour toi, c’est quoi l’astrologie ?

(MAUDE) Pour moi, c’est une spiritualité en lien avec la nature. C’est quelque chose qui est le fun, mais aussi qui est beau, rassurant, qui apaise et fait du bien. 

 

astrologie vs astronomie

 

Selon ton expérience, est-ce que l’astrologie est populaire chez les gens de ton âge ?

Oui. Pas juste l’astrologie, mais aussi la sorcellerie, les cristaux, le Wicca… Il y a une démocratisation de ces sujets de nos jours. Autrement dit, tu n’as plus l’air freak si tu parles d’horoscope ou que tu portes un collier avec des pierres de Jupiter.

 

Pourquoi l’astrologie est-elle encore populaire selon toi ?

Ça a remplacé la religion je crois. On nous dit qu’on est stressés et qu’on devrait méditer, mais on ne sait pas sur quoi méditer. Tant qu’à croire à un Dieu qui n’existe pas, on croit à ça. Les valeurs chrétiennes, par exemple, ne sont pas modernes, elles ne rejoignent plus les jeunes, pour qui l’homosexualité et l’avortement, par exemple, sont des choses normales.

 

astrologie constellations signe solaire Zodiaque

 

Selon ton expérience, est-ce qu’il y a un profil particulier de personne qui s’intéresse à l’astrologie ?

Oui et non… On pourrait, de façon extrêmement cliché, dire que ça rejoint plus les personnes bohèmes, sensibles, fantaisistes, artistes, celles qui aspirent à un « retour vers la nature ».

Aussi, c’est très féminin comme intérêt… on entend peu de gars parler d’horoscope !!! Ils se feraient plus juger, je pense. En fait, c’est même présenté comme très féministe, comme du empowerment pour les filles.

 

L’astrologie est-elle mise de l’avant par des personnalités ou modèles de votre génération (célébrités, influenceurs, etc.) ?

Pas vraiment des célébrités, mais je suis des comptes Instagram qui partagent des pensées astrologiques. Et on reçoit beaucoup de pub sur Internet, surtout sur Instagram. Aussi, il y a des tonnes de compagnies qui vendent des objets ésotériques; sur Amazon, c’est une section complète ! C’est sûr qu’il y a un aspect très mercantile à tout ça… mais pour moi, ce n’est pas très différent des autres industries.

 

Quand j’étais jeune, la vedette québécoise de l’astrologie était Jojo Savard; probablement qu’elle est inconnue aujourd’hui ! Mais est-ce qu’il y a encore des « stars » de l’astrologie à ta connaissance ?

Non. Je n’ai jamais entendu parler d’elle… (elle cherche sur son téléphone) Wow, je suis sur son site, je n’en reviens pas ! En tous cas, moi je me méfierais des vedettes du genre ! Par exemple, je ne croirais pas quelqu’un qui dit pouvoir me faire une lecture à distance. Ce genre de vedettes ont été ridiculisées avec raison, à mon avis… C’était plus un spectacle, alors qu’aujourd’hui, c’est plus discret, c’est une démarche individuelle.

 

astrologues New Age horoscopes Instagram Youtube

NOTE : Jojo Savard était big dans les années 90, mais après vérification, j’ai réalisé qu’elle existe encore ! Elle se présente désormais comme l’« Astro Barbie » et, selon elle, l’astrologie est « une science de sagesse et de prévention » (en combinaison avec l’alimentation et l’activité physique, sans doute).

 

 

Si tu te fies sur ton entourage, comment les jeunes utilisent-ils l’astrologie dans leur vie quotidienne ?

Ceux qui y croient se fient sur leur signe et leur ascendant pour prendre des décisions de vie, quand ils font des rencontres… Beaucoup de jeunes se demandent encore : « C’est quoi ton signe ! ». C’est une façon de comprendre les gens. La personnalité de chacun, c’est un melting pot, pas juste de l’astrologie… mais ça peut être une des choses à prendre en compte.

Sinon, j’ai déjà vu des articles du genre « Quel soutien-gorge choisir selon ton signe astrologique »; il y en a sûrement qui prennent ça au sérieux, mais moi, je trouve ça très très drôle !

 

Et toi, comment tu l’utilises ?

Je lis mon horoscope de temps en temps. Les signes et la ascendants, ça m’intéresse depuis que j’ai 17 ans. J’aime connaître ceux des gens.

Aussi, je suis fascinée par la Lune ! Durant mes méditations, je pense aux cycles lunaires. Quand je veux me débarrasser de quelque chose dans ma tête, j’essaie de me synchroniser avec ça. C’est peut-être pas vrai, mais moi ça m’aide.

 

effet lunaire Lune marées accidents naissances eau

 

 

On voit souvent des gens parler de « Mercure rétrograde » sur les réseaux sociaux; ça veut dire quoi ?

C’est une période très intense, où il y a comme une pression sur la Terre, une sorte de mélancholie. Il y a plus d’accidents, d’événements négatifs. Ça a un effet sur l’humeur. Genre, si tu as une bad luck, ton amie peut te dire : « C’est normal, mercure est en rétrograde ».

En tous cas, c’est l’impression que ça donne ! Il faut dire qu’on en parle tellement que c’est comme une prophétie qui se réalise d’elle-même…

 

mercure rétrograde science

NOTE : voir ici pour un vidéo extrêmement clair du phénomène et de son explication (en anglais).

 

 

À ton avis, si je trouvais 10 différentes prédictions astrologiques formulées par 10 différents astrologues, est-ce qu’ils diraient des choses similaires ?

Ça devrait, en tous cas. Selon ce qu’ils disent, ils utilisent les mêmes livres, les mêmes sources. Ils se basent sur ta carte du ciel. Mais c’est sûr qu’ils interprètent quand même tout ça avec un brin de fantaisie… Ça reste du divertissement, après tout !

 

astrologie expérience contrôlées science réfutable

 

Tu m’as donné ton signe du zodiaque, alors j’aimerais te lire une version de ton horoscope de l’année 2018, que j’ai prise sur le web, et avoir ton avis :

Horoscope effet Barnum Forer

 

(elle rit, visiblement un peu ébranlée) Oh wow… je me reconnais vraiment beaucoup !!! Oui à presque tout, sauf quelques petites affaires… Mais là j’ai des doutes, je pense que tu m’as peut-être tendu un piège et que tu m’as lu l’horoscope d’un autre signe que le mien !

 

effet barnum forer principe de pollyanna

Réaction de Maude à cette information :

(elle rit) Oui j’avais remarqué que les horoscopes disent toujours des choses assez générales… Par exemple, tout le monde a certains objectifs irréalistes. Aussi, ils disent des choses que les gens aiment entendre. C’est flatteur de lire qu’on a un potentiel inexploité. L’horoscope, c’est un exercice assez narcissique finalement !

 

 

L’astrologie n’a aucun fondement scientifique; c’est considéré une pseudoscience. Le savais-tu ? Est-ce que ça change quelque chose pour toi ?

C’est sûr que j’aimerais qu’il y ait plus de preuves scientifiques… ça me déçoit un peu. Mais pour moi, c’est aussi basé sur le ressenti. Je comprends que la carte du ciel ne tient pas complètement la route, mais ça fait du bien, et pour moi c’est ça le plus important. Je ne pense pas que personne est mort pour l’astrologie, contrairement à la religion.

 

precession des équinoxes axe rotation signes astrologiques constellations

 

 

Tu es née le 2 mai, donc ton signe astrologique est le Taureau. Mais vu que les constellations ont changé depuis 2000 ans, quand les signes du Zodiaque ont été inventés, et que l’orbite de la Terre n’est pas parfaitement stable, il faut ajuster le calcul… Ce qui fait que ton vrai signe est BÉLIER. Ça correspond à la position de la constellation le jour de ta naissance… c’est donc ton signe « astronomique » ! Comment réagis-tu à ça ?

Sérieux ?! (elle rit et cherche sur son téléphone) Attends, je suis en train de regarder c’est quoi Bélier !!! Hum… Ça ne me choque pas tant. Par contre, ça contredit certaines prédictions que j’ai eues par le passé… J’imagine que ces deux signes se ressemblent un peu ?

Mais là j’y pense… Quand j’étais jeune, j’ai lu que j’étais Taureau, et je me souviens que j’ai voulu développer plus les traits personnels à mon signe… Donc si je me reconnais dans la description du Taureau, c’est peut-être que c’est moi qui a créé ça finalement ?

NOTE : Voici un excellent site pour trouver ton « vrai » signe astrologique (pas que ça a de l’importance, mais c’est le fun pour faire capoter le monde).

 

 

L’astrologie était très populaire dans la génération de mes parents, et je peux comprendre ça, car ils n’avaient aucun moyen de s’informer à savoir si c’est crédible ou non. Mais de nos jours, les jeunes sont nés avec Internet et ont facilement accès à l’information. Il suffit de taper « astrologie science » sur Google et on trouve rapidement des articles qui expliquent clairement et simplement pourquoi ça ne tient pas la route. Mais malgré ça, c’est l’inverse qui se produit. Pour moi, c’est quand même surprenant … Comment tu expliques ça ?

Ma seule explication, c’est qu’on a besoin de croire à quelque chose. C’est la seule chose qu’il nous reste et qui n’est pas plate, qui nous fait sortir de nos petits problèmes quotidiens. C’est pacifique aussi comme croyance… l’astrologie est tellement le fun et rassurante dans un monde qui est quand même… laid, parfois.

Notre génération est submergée d’informations, d’avancements qui vont trop vite pour nous. Nos rêves sont un peu brisés, car tout est contrôlé par la technologie. Donc on a besoin de quelque chose qui n’est pas du tout en lien avec la technologie, et je pense que l’astrologie s’inscrit vraiment là-dedans.

Donc même si on nous dit que l’astrologie ce n’est pas vrai, on veut y croire quand même un petit peu, juste pour se faire du bien. Sinon, on n’a plus rien en quoi croire. Certains disent qu’ils vivent bien avec le fait de ne croire à rien, mais c’est une minorité, j’ai l’impression.

 

 

astrologie-11

Selon l’American Psychological Association, la génération des milléniaux est la plus stressée. Donc on peut les comprendre de se tourner vers des approches qui les apaisent et leur font du bien.

Mais pour moi, c’est quand même dur à croire qu’à une époque où l’information est si facilement disponible, on ne cherche pas à l’obtenir. Ou que connaître l’information ne change pas nos comportements.

Certains diront que l’astrologie ne fait de mal à personne, mais ça dépend ce qu’on entend par “faire du mal”.

  • Elle entraîne des dépenses inutiles.
  • Se fier à une pseudoscience pour faire des choix de vie risque d’entraîner de mauvaises décisions (ex.: quand j’étais jeune, une fille m’a déjà rejeté sous prétexte que les Gémeaux sont des “visage à deux faces”… j’aurais pu lui dire que j’étais réellement Taureau, mais finalement je suis pas sûr de vouloir sortir avec quelqu’un du genre).
  • Mais surtout, la croyance persistante en l’astrologie nuit à la culture scientifique populaire. J’veux dire, 26% des Américains croient que le Soleil tourne autour de la Terre.

Donc si on veut leur faire comprendre comment fonctionne Mercure rétrograde, on est mieux de commencer tout de suite !!!

 

P.S. Est-ce que je peux terminer par une suggestion ? Pour ceux et celles à la recherche d’une spiritualité non-religieuse (et non-astrologique), pourquoi ne pas essayer une spiritualité plus scientifique ?

 

Aimer la page Facebook du Pharmachien

 

Partager cet article

 

Injections de vitamine C : la cause VS la réalité

injections-vitamine-C-header

(Considérant mon passé trouble avec le jus d’orange, je devrais éviter de parler de vitamine C, mais bon…)

En mai 2018, une pétition signée par plus de 70000 personnes a été déposée à l’Assemblée National du Québec, avec l’objectif de faire autoriser les injections de vitamine C dans les cas de cancer. Cette demande a ensuite été refusée par le gouvernement.

image5651b

Les personnes atteintes d’un cancer traversent des moments extrêmement difficiles et sont très courageuses. Certaines recoivent déjà des injections de vitamine C et jugent que cela les aide à mieux tolérer leur chimiothérapie; je leur souhaite sincèrement de pouvoir continuer à les recevoir.

Par contre, l’enjeu ici est plus large.

Le problème n’est pas que quelques personnes reçoivent ces injections. Le problème, c’est que l’engouement autour de cette histoire suggère que ça devrait être un traitement répandu, facilement accessible et utilisé régulièrement chez les patients souffrant de cancer. Or, ce n’est pas le cas.

Malheureusement, quand on lit les commentaires sous les articles de presse ou ceux qui accompagnent une autre version de la pétition, c’est clair que beaucoup de gens ne comprennent pas vraiment les enjeux entourant la question. Et je ne peux pas les blâmer, car la réponse du gouvernement n’expliquait pas en détails le contexte du refus.

Donc j’ai pensé faire un survol des perceptions populaires VS la réalité sur la cause pro-vitamine C injectable.

(Note : les commentaires des gens ci-dessous sont réels et cités textuellement)

 

 

g5020

 

g4775

Les injections de vitamine C ne traitent pas le cancer.

L’utilisation qui est suggérée dans la pétition est pour réduire les effets secondaires de la chimiothérapie, ce qui aurait pour but d’améliorer leur qualité de vie. Et malheureusement, à ce jour, les données ne sont pas concluantes pour cette utilisation non plus (autrement dit, il y a des études positives, d’autres négatives, et ces études n’ont pas de groupe placebo adéquat qui permettrait de savoir si l’effet est réellement dû à la vitamine C, donc globalement l’effet n’est pas clair et reste théorique; voir iciici et ici, entre autres).

La croyance selon laquelle la vitamine C soigne toutes sortes de maladies, c’est une idée qui remonte aux années 70, mais qui s’est avérée fausse lorsque testée scientifiquement.

La seule chose qu’on guérit avec des injections de vitamine C, c’est le scorbut, une affection peu fréquente en cette époque post-Jacques Cartier.

g7633

 

 

 

g4807

Ce n’est pas « illégal » d’injecter de la vitamine C au Québec.

Le problème n’est pas la légalité, mais le fait que ce n’est pas éthique, rationnel ou justifié de le faire en l’absence de preuves scientifiques solides.

Et d’ailleurs, ce n’est pas plus acceptable en Ontario qu’au Québec. Les médias ont parlé d’une clinique qui offre ces injections là-bas; il s’agit d’un centre de « médecine intégrative » (i.e. le nouveau nom donné aux thérapies alternatives / holistiques). Elle est dirigée par un naturopathe. Selon son site web, il n’y a qu’un seul médecin qui semble y pratiquer comme clinicienne, et elle n’est pas oncologue.

Bref, le fait que des cliniques en Ontario, dans le reste du Canada et aux États-Unis (il y en a plusieurs) offrent des injections de vitamine C n’est pas une preuve d’efficacité.

 

 

 

g4839

J’ai vu des tonnes de comparaisons avec la légalisation du cannabis. Mais encore une fois, il n’est pas question de « légaliser » quoi que ce soit. Donc SVP, évitez les analogies qui ne tiennent pas la route.

g8022

(note : histoire vraie)

 

 

 

g4871

Les injections de vitamine C ne semblent pas typiquement causer beaucoup d’effets secondaires, c’est vrai.

Mais le vrai problème, c’est qu’elles pourraient NUIRE à l’efficacité de la chimiothérapie.

[À noter que lorsqu’on donne de la chimio pour des cancers incurables (i.e. soins palliatifs), ce n’est pas pour traiter le cancer en tant que tel, mais pour diminuer la douleur et prolonger la vie. Donc si la vitamine C diminue les chances que ça marche, c’est bel et bien important d’en tenir compte.]

Les cliniques qui offrent de telles injections le disent dans leurs propres références :

g5289

D’autres études ont dû être stoppées prématurément à cause d’effets toxiques qui semblaient causés par la vitamine C elle-même.

Bref, c’est une erreur de voir ces injections comme inoffensives. D’ailleurs administrer des mégadoses de vitamines est toujours dangereux.

 

 

 

 

g4903

L’animatrice Chantal Lacroix est connue pour son engagement social et son implication dans des causes humanitaires. Pour ça, bravo !

Mais ici, son commentaire est juste weird.

Le serment professionnel des médecins les engage à « [exercer] la médecine selon les règles de la science ». Et c’est exactement ce qu’ils font.

Prescrire un traitement risqué dont l’efficacité n’est pas prouvée, c’est pas plutôt ça qui serait “bafouer le serment d’Hippocrate” ? Est-ce ironique ça aussi ? (à ce stade je suis ben mêlé sur ce qui constitue de l’ironie ou non).

Bref, je trouve ça vraiment plate qu’une personne aussi influente que Mme Lacroix tente de faire avancer une cause en discréditant la communauté médicale avec des affirmations sans fondement.

D’autres amènent cette idée encore plus loin :

 

g4926

Bon, les théories de conspiration de Big Pharma maintenant…

Faisons un peu de logique OK ?

g5338

D’ailleurs, une des personnes atteintes de cancer qui reçoit présentement des injections de vitamine C mentionnait récemment à la radio que cela lui permettait de rester plus longtemps sur la chimio.

Autrement dit, si les injections de vitamine C fonctionnent, elles sont profitables pour Big Pharma.

 

 

 

g4958

À vrai dire, l’industrie des produits naturels est multi-milliardaire. Il y a des tonnes d’argent à faire, et ce, malgré une réglementation extrêmement déficiente.

Selon les infos que j’ai pu recueillir :

g6525b

C’est cher et pas accessible à tout le monde.

OK, on est loin des milliards de dollars récoltés par l’industrie… mais pour un thérapeute ou une clinique qui suit beaucoup de patients, il y a des dizaines ou même des centaines de milliers de dollars à faire chaque année.

(attention, je ne dis pas que le thérapeute ou la clinique administre la vitamine C dans le but de se faire de l’argent, mais simplement que oui, ça peut générer des profits significatifs)

 

 

 

g4990

C’est ce que les États-Unis viennent de faire.

La loi « Right-to-try » (droit d’essayer), signée par Trump en mai 2018, permet aux patients en phase terminale d’avoir accès à tout traitement expérimental, peu importe son efficacité ou sa sûreté.

_101815436_hi047135819

À la base, ça peut sembler une bonne idée…

Mais ce qu’on oublie de mentionner, c’est que les patients en phase terminale, autant aux USA qu’au Canada, ont DÉJÀ un accès spécial aux traitements expérimentaux. Mais seulement ceux qui semblent fonctionner.

Quand ils ont recours au “right-to-try” par contre, ils deviennent essentiellement des cobayes pour des thérapies non supportées scientifiquement et perdent leurs droits fondamentaux en cas de problème. Ils peuvent donc facilement devenir les victimes de charlatans prêts à leur vendre une thérapie miracle (ça a déjà commencé d’ailleurs). Et personne ne peut être tenu responsable.

Pour la protection du public et des malades, j’espère qu’on ne choisira pas cette voie au Canada.

 

 

g6858

(désolé pour ce design de titre quétaine, c’était plus fort que moi)

Je comprends tout à fait ceux et celles qui s’attachent à cette cause, et tout ce qui entoure le cancer me tient moi-même énormément à cœur.

Mais en même temps, je réalise qu’en parlant de ce sujet de manière très cartésienne, en en faisant des blagues pour alléger le propos, je sonne probablement pour certaines personnes comme fermé d’esprit et sans-cœur.

Or, un des messages les plus importants que je tente de véhiculer avec Le Pharmachien, c’est qu’appliquer la démarche scientifique quand vient le temps de faire des choix de santé, c’est l’un des plus grands services qu’on peut se rendre collectivement, et rendre aux personnes vulnérables.
 
Ce que je trouve le plus dommage de toute cette histoire, c’est que beaucoup de gens resteront avec une impression d’injustice. Et oui, ça peut sembler injuste. Mais quand on choisit d’appuyer une cause, on a la responsabilité de s’assurer qu’on comprend bien les enjeux, pas seulement de retenir ce qui fait notre affaire ou non.
 
Si la vitamine C en injection avait réellement “fait ses preuves”, elles serait prescrite régulièrement en oncologie, car tout le monde (patients, médecins, industrie) serait gagnant.
 

Oui, ça se peut que certaines personnes en retirent des bienfaits (réels ou encore dus à l’effet placebo). Mais à ce jour, ça reste un traitement qui semble comporter des risques et dont les bienfaits sont incertains, et il est donc tout à fait normal qu’il soit peu ou pas utilisé en médecine pour le moment. C’est dans le meilleur intérêt des personnes atteintes de cancer.

 

P.S. J’ai fait une mini-enquête et il y a présentement un oncologue à Montréal qui prescrit des injections de vitamine C. Malgré tous mes efforts pour obtenir son nom, il souhaite rester anonyme… ce qui est vraiment étrange, considérant qu’il dit être à la tête d’un centre de recherche en oncologie (introuvable via Google) qui s’apprête à démarrer un essai clinique sur la vitamine C injectable. J’ai trouvé le numéro de téléphone du centre et j’ai parlé à sa coordonatrice, très gentille, qui m’a dit : “Je sais que vous croyez pas ben ben à ça, vous”. En fait, je n’aurai pas besoin d’y “croire” quand les résultats de l’essai clinique seront publiés et qu’on pourra les analyser. D’ici là, je pense qu’on doit rester sceptiques et prudents.

P.P.S. Une version précédente de cet article mentionnait le nom de la dépositaire de la pétition, avec qui j’ai eu la chance de discuter à quelques reprises et qui m’ai fourni plusieurs informations pour cet article; je disais d’ailleurs des bons mots à son sujet. Malheureusement, certains lecteurs/trices ont choisi de voir mon texte comme quelque chose de personnel envers elle, donc finalement j’ai décidé d’anonymiser le tout, avec son accord.

 

Aimer la page Facebook du Pharmachien

 

Partager cet article

 

Mon passage à Tout le monde en parle et mes références

art-tlmep-olivier-bernard-pharmachien

J’étais de passage à l’émission Tout le monde en parle le 27 novembre 2016.

La grosse majorité des commentaires que je vois passer sur Facebook et Twitter sont très positifs, mais évidemment mes propos ont choqué quelques personnes…

Vu que je reproche souvent aux médias et aux personnalités publiques de faire des affirmations sans fondement scientifique, je vous présente ici une liste des références pour tout ce que j’ai dit à l’émission.

Vous remarquerez que presque tous mes propos sont cités textuellement des publications ci-dessous (c’est un effet secondaire de les avoir lues et relues je pense…). Plusieurs affirmations sont aussi des conclusions auxquelles des experts (biochimistes, nutritionnistes, médecins, etc.) et moi sommes arrivés dans la série télé Les Aventures du Pharmachien. SVP me faire signe si j’ai oublié de citer quoi que ce soit.

Bottom line : on se doit d’être prudent lorsqu’il fait des affirmations qui ont un impact sur la santé publique. Ceux qui font des affirmations extravagantes ont intérêt à avoir des preuves qui le sont tout autant.

 

tlmep-sagan

 

Antioxydants, superaliments et cancer

Méta-analyse Cochrane sur les suppléments d’antioxydants : “The current evidence does not support the use of antioxidant supplements in the general population or in patients with various diseases.

Antioxydants et prévention du cancer cancer selon le National Cancer Institute : “(…) clinical trials did not provide evidence that dietary antioxidant supplements are beneficial in primary cancer prevention“.

Exemple typique d’étude citée dans les médias pour suggérer qu’un fruit comme le bleuet a des propriétés anti-cancer : ce sont des études pointues et très préliminaires qui sont pertinentes pour la recherche, mais qui ont peu d’intérêt à ce stade pour le grand public.

Déclaration du National Health Services (NHS) en Angleterre sur le bleuet : “There is so far very little evidence that blueberries can help protect against cancer. In laboratory studies on cells and animals, blueberry extracts (such as anthocyanins) have been shown to decrease free radical damage that can cause cancer. However, it is not clear how well humans absorb these compounds from eating blueberries and whether or not they have a protective effect“.

Avis de Cancer Research UK sur les supposés ‘superaliments’ : “the term ‘superfood’ is really just a marketing tool, with little scientific basis. It’s certainly true that a healthy, balanced and varied diet can help to reduce the risk of cancer but it is unlikely that any single food will make a major difference on its own”.

Revue de la littérature scientifique sur le curcuma par Science-Based Medicine : “the scientific evidence for turmeric is insufficient to incorporate it into medical practice. As with so many supplements, the hype has gone way beyond the actual evidence.

La curcuma pour combattre le cancer : revue de la littérature scientifique par les nutritionnistes du groupe Extenso de l’Université de Montréal – “ Il n’est donc pas possible d’affirmer pour le moment que le curcuma ou la curcumine est efficace pour traiter le cancer, mais d’autres études sont nécessaires pour élucider son rôle potentiel dans la lutte contre cette maladie.

Sommaire des études sur le curcuma par le National Center for Complementary and Alternative Medicine (NCCAM) : les données sur le cancer sont pour le moment préliminaires.

Le curcuma selon Cancer Research UK : “These studies look promising but we need to do more clinical trials in humans before we will know if curcumin has any potential to treat cancer in people.

Propos de Josée Blanchette sur le cancer, la méditation et les jus verts  dans divers articles du Devoir : ici, ici, ici, ici. Aussi, voir  son passage à Tout le monde en parle

La BD où je parlais du passage de Daniel Pinard à Tout le monde en parle.

À noter que je ne prétends pas avoir les compétences d’un(e) nutritionniste/diététiste en matière d’alimentation. Tous les professionnels de la santé ont pour rôle d’encourager le public vers de saines habitudes de vie et les deux conseils généraux que j’ai cités en matière d’alimentation (“manger moins de produits transformés”, “manger plus de fruits et de légumes”) s’inscrivaient dans cette optique. Je collabore régulièrement avec des nutritionnistes/diététistes, autant sur ce site que pour la série télé du Pharmachien.

 

Homéopathie

“L’homéopathie est une insulte à l’intelligence humaine” : Pour être tout à fait honnête, cette citation n’est pas de moi. Je l’ai empruntée à Sir John Forbes, médecin de la Reine Victoria, qui l’a prononcée en 1843 (!).

En nov. 2016, le gouvernement américain change les règles sur la promotion des produits homéopathiques : “marketers of OTC homeopathic drugs must either have adequate substantiation for their efficacy claims or effectively communicate the lack of scientific evidence backing them and that their claims are based only on theories of homeopathy from the 1700s that are not accepted by most modern medical experts.

Méta-analyse la plus exhaustive au sujet de l’homéopathie : “there was no homeopathic remedy that was demonstrated to yield clinical effects that are convincingly different from placebo. It is concluded that the best clinical evidence for homeopathy available to date does not warrant positive recommendations for its use in clinical practice“.

Le Collectif Cochrane a publié de nombreuses méta-analyses sur l’homéopathie pour divers problèmes de santé.

Revue systématique de la littérature sur l’homéopathie par le gouvernement de l’Australie : “there are no health conditions for which there is reliable evidence that homeopathy is effective“.

Revue systématique publiée dans The Lancet comparant les études sur l’homéopathie à des études équivalentes en médecine. La conclusion des auteurs : “(…) there was weak evidence for a specific effect of homoeopathic remedies, but strong evidence for specific effects of conventional interventions. This finding is compatible with the notion that the clinical effects of homoeopathy are placebo effects.”

Le gouvernement britannique a décidé de ne plus rembourser les produits homéopathiques et recommande de ne plus approuver leur mise en marché : “(…) the Government should not endorse the use of placebo treatments, including homeopathy. Homeopathy should not be funded on the NHS and the MHRA should stop licensing homeopathic products.”

À propos du rapport Suisse d’apparence positive sur la pertinence l’homéopathie, fréquemment cité par les homéopathes, Dr David Martin Shaw écrit : “it contains no new evidence and misinterprets studies previously exposed as weak; creates a new standard of evidence designed to make homeopathy appear effective; and attempts to discredit randomised controlled trials as the gold standard of evidence.”

 

Jus

Recherche de l’émission L’Épicerie de Radio-Canada sur le contenu en sucre des jus maison : “Un verre (250 ml) de jus pur à 100 % contient presque la même quantité de sucre qu’un verre de boisson gazeuse”.

Avis de Yoni Freedhoff, médecin et spécialiste de l’obésité, sur le jus : “Juice is sugar water with vitamins”.

Avis de Bernard Lavallée, nutritionniste, sur le jus : “(…) Ça reste que ce n’est pas grand chose de plus que de l’eau, des sucres libres et une pincée de vitamines et de minéraux. Si je vous disais que j’avais inventé une boisson gazeuse riche en antioxydants, la donneriez-vous à votre enfant pour le désaltérer ?

Selon Anne-Marie Desbiens, chimiste alimentaire consultée pour la série télé du Pharmachien, très peu de vitamines et d’antioxydants subsistent lors de l’extraction d’un jus de fruits ou de légumes, car ces molécules s’oxydent rapidement et sont détruites à l’air libre.

Une importante proportion des antioxydants se trouvent dans la pelure et la pulpe des fruits et légumes, qu’on élimine par l’extraction du jus.

Nathalie Jobin, nutritionniste, précise en citant ces deux articles, que la quantité de nutriments extraite dans un jus demeure variable: “Il est vrai que le procédé de fabrication du jus entraîne des pertes de vitamines C et d’antioxydants mais ces pertes sont très variables et peuvent dépendre de plusieurs facteurs“. Merci Nathalie !

Un jus d’orange est équivalent à un Coke” : Cette citation semble avoir dérangé des gens. Elle est inspirée du livre “Sucre : vérités et conséquences” de la nutritionniste Catherine Lefebvre (p.98). Au point de vue du sucre, ils sont similaires. Par contre, il reste bel et bien quelques vitamines et antioxydants dans le jus, donc l’information complète est : “Évidemment, il reste un peu de nutriments dans les jus, mais rien que vous n’auriez été chercher ailleurs dans votre alimentation habituelle ou qui justifie un apport aussi élevé en sucres libres”. Le point que je souhaitais soulever est que boire un jus ou une boissons gazeuse amène le consommateur à consommer une très grand quantité de sucre, en comparaison à l’apport en nutriments obtenu en retour.

D’ailleurs, la compagnie Coca-Cola et l’American Beverage Association sont présentement poursuivis pour avoir induit en erreur les consommateurs quant aux effets néfastes des boissons sucrées (incluant les jus de fruits). Même chose pour PepsiCo, également poursuivis pour avoir présentés leurs jus de fruits comme “faisant partie d’une alimentation équilibrée”.

 

Médicaments génériques

Les médicaments génériques sont soumis aux mêmes exigences de qualité que les médicaments originaux.

 

Alimentation biologique

Est-ce que manger bio est meilleur pour la santé ? Malheureusement, la réponse est pas mal non, selon ce qu’on sait présentement” : C’est la conclusion à laquelle nous sommes arrivés à l’issue du 2e épisode de la série télé du Pharmachien, qui porte sur l’agriculture bio. Le sujet est plus complexe et nuancé qu’on pourrait le croire. La liste des sources consultées et citées pour cet épisode se trouve ici. Je cite quelques points importants ci-dessous.

Cet article d’Extenso arrive sensiblement à la même conclusion : “Pour le moment, s’il existe une seule constante en nutrition, c’est bien que les fruits et les légumes contribuent à la santé. L’important, c’est donc d’en consommer un maximum, qu’ils soient biologiques ou non“.

L’Association des diététistes du Canada conclut : “L’achat d’aliments biologiques est un choix personnel, comme tout autre achat. Bien que certains produits biologiques puissent être plus riches en certains nutriments et renfermer de plus faibles quantités de certains résidus de pesticides, l’essentiel est de consommer une variété d’aliments santé“.

Conclusion de Science-Based Medicine sur l’alimentation bio : “Despite the scientific evidence, the alleged health benefits of organic produce is the number one reason given by consumers for buying organic. This likely represents the triumph of marketing over scientific reality”.

Revue systématique de l’aspect nutritif des fruits et légumes bio : “The published literature lacks strong evidence that organic foods are significantly more nutritious than conventional foods”.

Certains fruits et légumes bio contiennent plus de nutriments, d’autres moins. C’est très variable. Et supposons qu’une orange bio contient 10% plus de vitamine C, doit-on conclure qu’elle est plus nutritive pour autant ? De nombreux autres facteurs sont à l’oeuvre, pas seulement l’aspect “bio”.

Cela dit, l’exposition professionnelle aux pesticides (i.e. chez les agriculteurs) serait possiblement associée à plusieurs maladies, dont celle d’Alzheimer. D’autres études ont aussi suggéré ces risques chez les populations agricoles. Lire ce rapport du MAPAQ pour plus de détails.

Pour l’aspect environnemental de l’alimentation bio, je vous suggère de lire l’EXCELLENT et très convaincant livre de Bernard Lavallée (Le Nutritionniste Urbain) intitulé “Sauver la planète une bouchée à la fois”.

 

Vaccins

La fameuse étude sur les vaccins et l’autisme, déclarée incorrecte et frauduleuse, puis retirée par le périodique The Lancet.

 

Soleil et écrans solaires

L’exposition au soleil et les “coups de soleil” sont directement liés au cancer de la peau.

Une étude souvent mal citée et interprétée dans le but de prétendre que la crème solaire est cancérigène : “sunscreen use, by permitting more time sunbathing, is associated with melanoma occurrence“.

Selon la Société Canadienne du Cancer, une exposition de quelques minutes chaque jour fournit la vitamine D nécessaire à une bonne santé. Durant les mois d’automne et d’hiver, un supplément de vitamine D est recommandé.

“Il faut s’exposer le moins possible, c’est ça la solution” : Je ne prétends pas ici qu’il faut complètement éviter le soleil, bien évidemment. Le point à retenir est que de se mettre plus de crème n’est pas une excuse pour s’exposer davantage. Lors d’une exposition prolongée, on peut aussi porter des vêtements avec protection UV et profiter de l’ombre pour augmenter la protection offerte par la crème.

 

Médicaments en vente libre

À la question : “C’est quoi la différence entre acétaminophène, ibuprofène et acide acétylsalicylique (aspirine) ?“, on m’entend répondre : “C’est trois analgésiques, on s’en sert pour la douleur et pour la fièvre, dans les faits pour la plupart des gens, les trois il n’y a pas vraiment de différence“. Le contexte ne permet malheureusement pas d’apprécier la complexité de la question. Je faisais  référence ici à leur efficacité comme analgésiques, mais il y a bien sûr plusieurs autres facteurs à prendre en considération, dont leurs précautions, interactions potentielles et leur contre-indications respectives. Par exemple, l’ibuprofène et l’aspirine doivent être utilisés avec prudence chez des gens qui ont des antécédents de saignements gastriques, ce qui n’est pas le cas avec l’acétaminophène. Aussi, les usages peuvent varier; par exemple, l’aspirine, en plus de son pouvoir analgésique, est utilisée comme anti-plaquettaire. Dans tous les cas, une personne qui souhaite prendre l’un ou l’autre de ces médicaments devrait d’abord consulter un(e) pharmacien(ne) pour s’assurer que cela peut être fait de manière sécuritaire.

Ton onguent qui sent fort, tu pourrais te mettre du dentifrice… ça contient les mêmes ingrédients“. Je faisais référence ici  aux ingrédients “qui sentent fort” (menthol et eucalyptol, en particulier) utilisés dans certains de ces onguents et qui font également partie de nombreux autres produits de santé et d’hygiène. Il y a bien sûr d’autres ingrédients dans ces produits. Comme je le précise quelques instants plus tard, cela ne signifie pas que l’on peut se brosser les dents avec de l’onguent analgésique.

 

Produits naturels

Méta-analyse Cochrane sur l’efficacité de l’échinacée : “Echinacea products have not here been shown to provide benefits for treating colds, although, it is possible there is a weak benefit from some Echinacea products: the results of individual prophylaxis trials consistently show positive (if non-significant) trends, although potential effects are of questionable clinical relevance“.

Méta-analyse Cochrane sur l’efficacité des produits en vente libre contre la toux : “There is no good evidence for or against the effectiveness of OTC medicines in acute cough“.

Méta-analyse Cochrane sur l’efficacité du miel pour la toux en comparaison avec le sirop DM : “Honey may be better than ‘no treatment’, diphenhydramine and placebo for the symptomatic relief of cough, but it is not better than dextromethorphan“.

L’artichaut, ça ne fait rien” : Ce sont les propos exacts de Marc Bilodeau, hépatologue au CHUM, interviewé pour l’épisode sur la “détox du foie” de la série télé. Je n’ai fait que le citer à TLMEP et je me suis avoué moi-même surpris. Je ne pense pas avoir déjà rencontré quelqu’un qui connaisse plus le foie que lui.

Méta-analyse sur l’efficacité des probiotiques pour prévenir la diarrhée du voyageur : “Several probiotics (…) had significant efficacy. Probiotics may offer a safe and effective method to prevent TD”. Une autre méta-analyse ici

À propos des probiotiques pour la diarrhée des voyageurs, il faut cependant noter l’avis de l’INSPQ qui se veut conservateur : “En raison de la variabilité [des études] (…) On ne peut donc actuellement recommander l’utilisation à large échelle des probiotiques en prévention”.

 

Chaque épisode de la série télé Les Aventures du Pharmachien sera accompagné d’une liste de références comme celle-ci, sur le site de l’émission.

 

Je tiens à remercier tous ceux et celles qui m’ont écrit à la suite de mon passage. Je n’ai pas pu tous vous répondre car vous étiez nombreux, mais sachez que c’est énormément apprécié !

 

*** Mise à jour le 29 nov. 2016 ***

Merci à tous de porter à mon attention les quelques articles qui prétendent me “fact checker“, disent parler de “vraie science” (?) et me présentent comme un “sombre personnage” (!). Jusqu’à présent, ces articles font exactement ce que je dénonçais à TLMEP : citer des études isolées et/préliminaires et/ou ou sans application pratique, pour en faire leur propre interprétation.

Ce n’est pas pour rien que je cite majoritairement des revues systématiques et des méta-analyses (i.e. des combinaisons statistiques de toutes les études réalisées sur un même sujet) plutôt que des études spécifiques. Il y aura toujours des études positives et d’autres négatives… mais c’est seulement quand on intègre l’ensemble des données disponibles qu’on peut en conclure quoi que ce soit.

Pour le public, tout ceci a l’air d’un combat d’études. De mon côté, ce que je constate, c’est qu’il est difficile pour la plupart des gens de juger de la qualité des données. Résultat : confusion totale, comme c’est le cas en ce moment.

Et cette BD est à lire plus que jamais :

etude-clinique_header_FB_600

 

*** Mise à jour le 12 déc. 2016 ***

Voici quelques textes de professionnels de la santé et scientifiques à ce sujet.

Bien manger, c’est faire preuve de bon sens par Jean-François Chicoine, médecin pédiatre

Pourquoi je défends le « Pharmachiant » par Alain Vadeboncoeur, médecin urgentologue

Les jus de légumes et de fruits sont-ils bénéfiques pour la santé? par Bernard Lavallée, nutritionniste

Homéopathie : pour le plaisir d’en beurrer une couche de plus par Jean-François Cliche, journaliste scientifique

Le pouvoir de l’autosuggestion où le Dr Jean-François Chicoine, médecin pédiatre, est interviewé

Le curcuma, épice miracle ou trou noir pour la recherche ? par Jean-François Cliche, journaliste scientifique

 

Intoxiqué aux métaux lourds… ah vraiment ?

metaux-lourds-header

Une chélation des métaux lourds pour « guérir » l’autisme de son enfant ? Ou pour soigner l’arthrite, le cancer, le mal de dos ? Pour n’importe quoi ?

Sur le Web, tout le monde semble avoir peur des métaux lourds, comme le plomb, le cadmium, l’arsenic et le mercure. Jusqu’à un certain point, je les comprends.

Faut dire que ces substances sont partout (dans l’air, dans la terre, dans l’eau) et qu’elles sont hautement toxiques.

Et à lire certains sites, nous sommes tous intoxiqués par des métaux lourds, ce qui cause à peu près n’importe quel problème de santé que tu peux imaginer : cancer, Alzheimer, Parkinson sclérose en plaques, TDAH, autisme, etc.

Mais l’autre jour, c’était la première fois qu’une cliente m’en parlait à la pharmacie. C’est seulement là que j’ai réalisé l’ampleur du phénomène et à quel point les gens se font avoir et embarquer dans des traitements inutiles, coûteux et même dangereux pour éliminer les métaux lourds.

Ça fait que je te suggère fortement de lire cette BD avant d’entreprendre toute forme de chélation (c’est ça le traitement proposé).

Sauf si tu es aux soins intensifs pour une vraie intoxication, bien entendu.

gluten_warning

Exceptionnellement, pour le kick, j’ai dessiné mon bonhomme pour qu’il ressemble un peu plus à mon allure actuelle dans la vraie vie. T’inquiète, je vais pas en faire une habitude.

metaux-lourds-introface

Sur ce, BD time.

 

TItre

 

Cliente à la pharmacie qui a vu un thérapeute

 

Tout ce qu'il y a dans la nature est toxique

Une vraie intoxication ça se traite à l'hôpital

Déversements toxiques travailleurs industriels produits contaminés

Sources de métaux lourds dans l'alimentation et l'environnement

Problèmes de santé supposément causés par les métaux lourds

 

Tests holistiques de métaux lourds dans les cheveux et l'urine

 

La chélation des métaux lourds à l'hôpital et ailleurs

Coriandre chlorelle et autres plantes en chélation holistique

Exercice illégal de la médecine

Assureurs et conclusion

 

Ca vaut la peine de contredire les gens

 

 

Porter plainte au Collège des Médecins

 

Aimer la page Facebook du Pharmachien

 

Partager cet article

 

Compteurs intelligents, ondes dangereuses et électrophobie

ondes_header_600

Ton compteur intelligent te fait saigner du nez ?

Tu n’oses plus t’approcher de ton micro-ondes ?

T’as posé un bidule anti-cancer du cerveau sur ton téléphone cellulaire ?

Bienvenue dans le monde délirant des ondes électromagnétiques supposément dangereuses.

Ça fait au moins une dizaine d’années que les gens s’inquiètent à propos des ondes et de la multiplication des appareils électroniques. Mais même si les données scientifiques sont plutôt rassurantes à propos des effets des ondes sur la santé, beaucoup de gens ont encore peur.

Faut vraiment remettre de l’ordre là-dedans. Je suis donc obligé de me lancer dans un autre débat controversé (mais toujours amusant).

Ça a pris presque 1 an pour créer cette BD. Il faut dire que le sujet est super compliqué et heureusement j’ai eu la chance de travailler avec deux supers collaborateurs dès le départ :

photo_JP_alt

Jérôme Poulin (Ph.D) est chercheur dans le domaine de la physique optique. Sa thèse de doctorat portait sur la fibre atomique et les lasers de très haute précision (note d’Olivier : probablement dans le but de construire la future Étoile de la Mort). Il a aussi été superviseur de la Brigade Électro-Urbaine qui a mesuré l’exposition des Québécois aux ondes électromagnétiques.

photo_MTM

Michel Trottier-McDonald (Ph.D) est chercheur post-doctoral au Laboratoire National Lawrence Berkeley en Californie. Il a travaillé entre autres sur le Large Hadron Collider (LHC) au CERN afin de trouver le Boson de Higgs (note d’Olivier : probablement dans le but de faire imploser l’Univers).

 

Aucun de nous n’est un expert sur les effets des ondes électromagnétiques sur la santé et nous ne prétendons pas le contraire. Mais heureusement, les connaissances scientifiques sont assez avancées dans ce domaine pour que nous soyons capables de t’en présenter un bon résumé.

Les 5 arguments de la BD se résument comme suit :

  • Certaines ondes peuvent briser les molécules du corps humain, d’autres non;
  • Jusqu’à preuve du contraire, les ondes cellulaires/radio/Wi-Fi ne posent pas de risques pour la santé;
  • Nous sommes exposés chaque jour à des niveaux d’ondes qui sont des centaines ou des milliers de fois en-dessous des normes internationales considérées sécuritaires;
  • Les symptômes des personnes qui se disent « électrosensibles » ne semblent pas causés par les ondes;
  • Il faut être hyper vigilants face aux supposés experts et compagnies qui font de grandes révélations sur les dangers des ondes.

 

Mais heille, faut la lire au complet avant de nous contredire…

Faque couvre ta tête avec du papier d’aluminium, fais des trous pour les yeux, met ton routeur Internet et/ou des données mobile à OFF et lis-moi ça sur-le-champ !

P.S. Toutes les références scientifiques utilisées sont dans le premier commentaire sous la BD.

 

ondes_00

 

ondes_01a

ondes_01b

 

 

 

ondes_02a ondes_02b

 

 

 

ondes_03a ondes_03b ondes_03c

 

 

 

ondes_04a_01
ondes_04b

ondes_04c-01

 

 

 

ondes_05a

ondes_05b_01
ondes_05c

 

 

 

ondes_06a ondes_06b

 

* NOTE (25 fév. 2016) – Ce que je craignais s’est produit : la section commentaires ci-dessous est devenue un babillard pour les pseudo-experts, la spéculation et le n’importe quoi. Et vu que j’approuve tous les commentaires, je suis comme pris avec ça. Donc avertissement aux lecteurs/trices : si tu continues à lire à partir d’ici, c’est vraiment à tes risques et périls.

 

Aimer la page Facebook du Pharmachien

 

Partager cet article

 

Passage à Pénélope-Mongrain sur la crème solaire

PenelopeMongrain2015

J’ai été invité à l’émission Pénélope-Mongrain de ICI Radio-Canada pour discuter ma lettre à Jacynthe René à propos de la crème solaire supposément cancérigène.

Un vidéo de mon passage est disponible ici.

Merci beaucoup à toute l’équipe de Pénélope-Mongrain pour l’invitation et pour votre super accueil !

À propos de la crème solaire supposément cancérigène

jacynthe_solaire_header

 

Des lecteurs/trices ont porté à mon attention ce post sur Facebook :

jr01

 

La crème solaire est-elle vraiment cancérigène ? À en juger par les commentaires lus sur Facebook à la suite de ce post, des parents semblent convaincus qu’elle est toxique et déclarent qu’ils n’en mettront plus jamais à leur enfants !

Pas le choix: je dois intervenir et rétablir les faits.

J’espère que plusieurs lecteurs/trices reconnaîtront le site web mentionné en référence (espritsscience…) comme  l’un des pires du genre : 

  • études interprétées tout croche
  • résultats positionnés hors de leur contexte
  • experts cités incorrectement ou faux experts
  • risques mal expliqués et grandement exagérés
  • articles douteux, genre celui-ci… 

esm

 

À vrai dire, ce genre de site est une vraie plaie. C’est l’une des raisons pour lesquelles il est aussi dangereux de se fier à Internet en matière de santé. 

Mais ne me croyez sur parole; faisons tout simplement un peu de fact checking constructif :

 

« Cette étude conclut qu’il y a un taux plus élevé de mélanome chez ceux qui utilisaient de la crème solaire par rapport à ceux qui n’en utilisaient pas » 

 

Faux : l’étude citée dans l’article n’a jamais rien démontré de tel… ni même étudié cette question !

Mais vu que je suis un gars assez cool (et surtout un nerd), j’ai trouvé la bonne étude qui suggère cela. 

Par contre, remarquons un point important : les auteurs de l’étude concluent que les gens qui se mettent plus d’écran solaire passent plus de temps au soleil et que c’est pour cette raison qu’ils ont un taux plus élevé de mélanome. Pas à cause de la crème solaire.

jacynthe-solaire-01

Disons que c’est un détail assez majeur qu’il faudrait mentionner.

 

 

« Les chercheurs ont aussi conclu que le dogme conventionnel, qui conseille d’éviter le soleil à tout prix et de s’enduire de crème solaire pour minimiser l’exposition au soleil, fait plus de mal que de bien en réalité » 

 

Faux : aucun chercheur n’a démontré ça. Au contraire, toutes les données actuelles suggèrent : 

  • qu’il faut éviter l’exposition prolongée au soleil autant que possible
  • que l’écran solaire diminue le risque de cancer de la peau 

En réalité, l’étude citée sur espritsscience… dit ceci : dans des pays comme la Suède, qui obtiennent peu de lumière du soleil et où les gens ont la peau très pâle, une carence en vitamine D augmente légèrement le risque de mortalité, toutes causes confondues. 

Or, dans la plupart des autres pays, notre peau fabrique assez de vitamine D par l’exposition quotidienne normale au soleil. Et quand c’est problématique, on peut compenser par un supplément de vitamine D de 400 à 1000 unités par jour.

jacynthe-solaire-02

Par contre, on sait qu’attraper des coups de soleil augmente fortement le risque de cancer de la peau. Raison de plus pour utiliser un écran solaire efficace. 

Comme toujours, il faut chercher un équilibre : pas assez de vitamine D, c’est mauvais, et trop de soleil, c’est mauvais.

Non, la crème solaire ne fait pas « plus de mal que de bien »; c’est totalement faux. Ce genre de discours sur des sites webs obscurs a uniquement pour but de faire peur aux gens (et souvent de vendre de la pub ou des gugusses).

 

 

« Dr Elizabeth Plourde apporte la preuve (…) souligne que nombreuses crèmes solaires contiennent des produits chimiques qui sont des cancérogènes connus et des produits chimiques perturbateurs du système endocrinien » 

 

Faux : la chercheure en question (Mme Plourde) n’a apporté la preuve de rien de tout ça. Les propos du genre ne relèvent pas de faits scientifiques, mais bien de spéculation jusqu’à présent non fondée. 

Pour le moment, deux ingrédients sont surveillés quant à leurs risques possibles pour la santé : l’oxybenzone et le retinyl palmitate. 

Et même là, on se base sur des études chez les rongeurs où ils étaient exposés à des quantités astronomiques de ces produits. Bref, on peut choisir d’éviter ces deux ingrédients par prudence, mais pour le moment ils ne sont pas prouvés nocifs chez l’humain.

 jacynthe-solaire-03a

 

Quant à ses affirmations au sujet des antioxydants, c’est encore là une vaste exagération. D’ailleurs, le retinyl palmitate, mentionné ci-dessus comme problématique, est un dérivé de vitamine A, c’est-à-dire… un antioxydant. Oups.

jacynthe-solaire-03b

 

Enfin, juste de même, notons que Mme Plourde vend des cures détox sur son site web et prétend que la crème solaire cause l’autisme… hum… 

Mais là où ça fait vraiment mal à mon petit cœur de Pharmachien, c’est cette phrase :

  

« Ma conclusion: vive le karité avec le zinc comme protection solaire bonne pour la peau et qui ne nous empêche pas d’absorber la vitamine D » 

 

Mauvaise nouvelle : la crème solaire maison à base d’oxyde de zinc empêche tout autant la production de vitamine D que les versions commerciales. 

Les filtres minéraux, comme l’oxyde de zinc et le dioxyde de titane, bloquent bien les rayons UVA et UVB, quoique pas aussi bien que s’ils sont combinés avec des filtres synthétiques de bonne qualité (ex. Mexoryl XS, Tinosorb). Si les rayons UV sont bloqués, la production de vitamine D est automatiquement réduite. 

Autrement dit, si une crème solaire maison « offre une protection solaire sans bloquer l’absorption de vitamine D », ça revient à dire qu’elle est inefficace. Sinon, ça serait comme… un phénomène paranormal.

 

jacynthe-solaire-04a

jacynthe-solaire-04b

 

Pour ce qui est du « cocktail chimique » dont il est question, je me demande bien en quoi la crème maison est moins chimique :

jacynthe-solaire-05

 

Cela dit, il est possible de faire soi-même des écrans solaires maison acceptables, mais je ne vois pas pourquoi les autres produits doivent être présentés comme mauvais/nocifs/toxiques pour autant.

 

Conclusion

Je suis persuadé que Jacynthe René et les autres personnes qui ont partagé cet article sur Facebook ne voulaient pas mal faire. Je comprends bien que ce n’est pas leur faute si des sites webs répandent de fausses informations. C’est donc super important de bien vérifier ses sources.

Par conséquent, j’encourage fortement tout le monde à s’informer auprès d’un(e) scientifique avant de partager ce type d’article dans le futur, ou de faire des recommandations qui ont des implications médicales majeures. Comme on peut le constater avec l’article dont on vient de discuter, le web est rempli d’affirmations douteuses ou carrément fausses. 

Cette précaution est d’autant plus essentielle lorsque l’information est partagée par des personnalités publiques, car beaucoup de gens les suivent et elles ont un impact significatif sur leurs choix en matière de santé.

jacynthe-solaire-06

 

P.S. aux lecteurs/trices : Merci de garder la discussion civilisée dans vos commentaires ici et sur les réseaux sociaux.

 

 

 *** POST-MORTEM – 1er septembre 2015 ***

Cette BD a beaucoup fait jaser. Chose certaine, elle a fait réfléchir beaucoup de monde sur les écrans solaires et plusieurs personnes m’ont écrit que la BD les avait rassurés sur la sûreté de ces derniers. Vous pouvez aussi regarder mon passage à l’émission Pénélope-Mongrain pour m’entendre sur le sujet.

 

À lire également :

creme_solaire_header

 

Aimer la page Facebook du Pharmachien

 

Partager cet article

 

La cure de jus honnête du Pharmachien

La cure de jus honnête du Pharmachien

Ça te tente tu de JUICER ? Ça tombe bien : je pars ma propre cure de jus !!!

Ces cures sont ultra-populaires et giga-chères, alors je me suis dit qu’il y a du gros argent à faire avec ça.

Par contre, j’ai voulu créer quelque chose qui n’existe pas : une cure de jus honnête quant aux affirmations qu’elle fait à propos de la santé. Les cures de jus populaires parlent toutes de leur pouvoir détoxifiant, alcalinisant, anti-cancer… mais les gens qui les vendent ne comprennent visiblement rien à (ou exagèrent volontairement) ce que dit vraiment la science.

J’ai donc pris les descriptions de différentes cures de jus trouvées sur le web (barrées en rouge), puis je les ai modifiées à ma façon pour les rendre plus réalistes sur ce que disent vraiment les études scientifiques.

En bonus, dans ma cure, il n’est pas question de boire juste du jus pendant plusieurs jours : tu peux simplement en boire un de temps en temps, quand ça te tente, à travers une alimentation normale. Pas mal plus pratique, non ?

Prépare-toi pour un party de curcuma, de gingembre, de chlorophylle et de charbon activé !

cure de jus 00cacao gingembre cayenne coriandrebetterave curcuma chlorophyllecarotte pomme citron ananas bromélinethé matcha charbon activéAvant et pendant la cure de jusActivité physique et après la cure de jus

  

Aimer la page Facebook du Pharmachien

 

Partager cet article

 

4 demi-vérités à propos de l’acidité et de la diète alcaline

acidite_header

 

L’autre jour, lors d’une visite surprise dans une boutique de bouffe crue et de smoothies détox… 

acidite_intro

Quelle belle prémisse pour une BD sur l’acidité maléfique ! 

À écouter parler certaines personnes, notre corps est envahi par l’acidité et doit constamment lutter contre cette dernière, ce qui nous épuise et nous rend malades. Apparemment, c’est même l’acidité qui cause des maladies telles que l’ostéoporose, l’eczéma et le cancer. 

L’équilibre acido-basique et l’ajustement du pH dans le corps humain sont des sujets qui ont une importance capitale en médecine. Il y a également des recherches fort intéressantes qui révèlent que la nutrition peut avoir un impact significatif à ce niveau. 

 

Ce qui est dommage, c’est qu’on entend seulement des demi-vérités à ce sujet. On nous parle d’une « diète alcaline », composée majoritairement de fruits et de légumes, qui préviendrait de multiples maladies et on nous bombarde de phrases-choc telles que :

  • « La viande augmente le taux d’acide dans le corps ! »
  • « Les fruits et les légumes sont alcalinisants ! »
  • « Un surplus d’acidité est mauvais pour la santé ! »
  • « Les cellules cancéreuses ne peuvent pas vivre en milieu alcalin ! » 

Des phrases plus ou moins vraies… mais surtout inutiles quand elles font partie d’un discours qui n’a aucun sens d’un point de vue scientifique, propagé par des personnes qui ignorent tout du fonctionnement du corps humain. 

hippie_acide

C’est le temps de remettre les choses en ordre ! Je te propose de compléter quatre demi-vérités à propos de l’acidité avec des notions qui ont un peu plus d’allure.

 

acidite00Certains aliments sont acides

 

Certains aliments sont acidifiants ou alcalinisants

 

Un excès d'acidité est mauvais pour la santé

 

Le corps doit lutter contre l'excès d'acidité

 

ConclusionLa vraie conclusion

Références : Normalement je n’inscris pas toutes mes références, mais ici je fais exception car je m’attends à des protestations majeures de la brigade naturopathique et je n’ai pas envie de m’obstiner. 

 

Aimer la page Facebook du Pharmachien

 

Partager cet article