CONCOURS – Homéopathie et arguments louches

concours-homeo

*** LE CONCOURS EST TERMINÉ ! ***

Un immense bravo à Lydia et Guillaume qui recevront tous les deux un prix ! Je n’en avais prévu qu’un seul, mais il y a eu tellement d’excellentes analyses que j’ai dû en mettre deux à égalité.

Merci à tous ceux et celles qui ont participé !

********************************

 

 

En Europe, la France et l’Angleterre prennent enfin des mesures pour se débarrasser de l’homéopathie. Il était temps ! Espérons que le Canada se réveillera et fera de même.

Un grand média québécois a récemment publié un article à ce sujet, avec comme seul intervenant un homéopathe (soupir…).

Le concours s’adresse à tous ceux et celles qui ont lu le tome 3 du Pharmachien et consiste à identifier les « arguments qui n’ont pas d’allure » parmi les propos rapportés dans l’article !

Le prix : une copie dédicacée de mon nouveau livre pour enfants « Le petit garçon qui posait trop de questions », qui sera publié le 1er nov. 2018.

 

Procédure et critères à respecter :

  • Les « arguments qui n’ont pas d’allure » doivent être cités tels qu’ils sont nommés dans le tome 3 (ex. j’ai rebaptisé certains sophismes de manière un peu originale).
  • Inscrire vos réponses ci-dessous. Elles n’apparaîtront pas tout de suite, car je ne veux pas que les gens puissent copier sur les autres !
  • Ne pas laisser de détails personnels (ex. adresse postale) dans vos réponses, seulement une adresse courriel.
  • Concours ouvert seulement aux gens du Québec; je suis vraiment désolé pour mes ami(e)s de l’Europe :(
  • Il n’y a pas de « bonnes réponses »; c’est la façon d’analyser les propos qui compte.
  • À la fin de la semaine, je sélectionnerai la réponse la plus complète qui sera la gagnante. 

 

Intéressé(e) ? GO !

——————————

 

« Malgré toutes ces controverses-là, bien que l’on dise que l’homéopathie n’est pas prouvée, ce qui n’est pas vrai, ça reste que les gens y adhèrent de plus en plus, parce que ça fonctionne. »

 

« L’homéopathie fait l’objet d’inlassables débats depuis 200 ans. »

 

« La polémique qui fait rage en France est intéressante, dans une certaine mesure, puisqu’elle permettra aux détracteurs tout comme aux défenseurs de l’homéopathie de débattre à armes égales. »

 

« Un des grands défis de la profession au Québec est la désinformation (…). C’est faux qu’il n’y a pas d’études positives en homéopathie, tout comme c’est faux de dire que c’est l’effet placébo. »

 

« Les débats en France ne mèneront pas à un recul, l’homéopathie étant trop forte et établie là-bas. La France est capable d’arriver à aller chercher tout ce qui existe comme études et comme rapports qui prouvent que l’homéopathie, elle est efficace. »

 

——————————

Bonne chance !

P.S. N’oubliez pas d’activer votre détecteur de bullshit avant de débuter l’exercice.

P.P.S. Merci David pour le tuyau !

36 Responses to CONCOURS – Homéopathie et arguments louches

  1. “Comment l’efficacité de l’homéopathie pourrait-elle s’expliquer juste par l’effet placebo, alors qu’elle fonctionne chez les animaux et les plantes? Ils n’ont pas d’effet placebo, eux!”

    – Biais de confirmation
    – Régression vers la moyenne
    – Confondre corrélation et causalité

  2. Ok ! J’irais avec “appel à la tradition ” ( depuis 200 ans ) , “argument de la majorité” ( Les gens y adhèrent de plus en plus ) , “appel à l’ignorance “et”ambiguïté du langage ” ( moi relire 4 fois la même phrase et encore me demander ce qu’il veut dire … haha )
    Vive le pharmachien !!!

  3. depuis 1997 je suis une adepte et utilisatrice quotidienne ou hebdo selon la prescription de l’homéopathie entre autre l’exemple le plus concret dans mon cas c’est la prescription pour prévenir les effets dérangeants de la ménopause : ça fait quelque chose comme 20 ans (suis dans le septenariat) que je prends cette prescription hebdo et à aucun moment je n’ai eu le moindre symptôme de quelque sorte que ce soit, dont se plaignent généralement les ménopausées

    ah oui mon détecteur de menteur c’est la relation de confiance avec mon homéopathe

  4. Jeanne Picher-Labrie

    Bonjour Olivier,

    Voici ma réponse pour ce captivant concours! Merci, c’est un bon exercice de mettre par écrit ce qu’on fait dans notre tête tous les jours.

    « Malgré toutes ces controverses-là, bien que l’on dise que l’homéopathie n’est pas prouvée, ce qui n’est pas vrai, ça reste que les gens y adhèrent de plus en plus, parce que ça fonctionne. »
    Il s’agit surtout d’un argument de popularité.
    D’autres «arguments qui n’ont pas d’allure» sont tout de même présents :
    – Renversement du fardeau de la preuve : il contredit ici des faits scientifiques sans apporter d’arguments pour soutenir ses propos. Si on lui demandait de nous montrer ses preuves, il nous dirait probablement de «faire nos recherches» nous-même. (je fais un peu d’extrapolation, mais c’est du déjà-vu)
    – Le fait de dire que les gens y adhèrent parce que ça fonctionne, c’est baser son argumentaire sur l’anecdote. Ce type d’anecdote médicale implique généralement des biais de confirmation, des régressions vers la moyenne ainsi qu’une confusion entre corrélation et causalité.
    « L’homéopathie fait l’objet d’inlassables débats depuis 200 ans. »
    – Appel à la tradition : un argument classique et assez évident!

    Note à part : je ne trouve pas ça vraiment «winner» de dire que tu n’as pas réussi à prouver tes dires en 200 ans de débat. Et que des gens s’y opposent depuis le tout début! ;). On pourrait peut-être parlé d’une «raison de la minorité» puisque les adeptes de l’homéopathie sont présentés comme un petit groupe qui a tout compris d’avance et qui se fait rejeter/attaquer par les gens «normaux».

    « La polémique qui fait rage en France est intéressante, dans une certaine mesure, puisqu’elle permettra aux détracteurs tout comme aux défenseurs de l’homéopathie de débattre à armes égales. »
    Ce qui est «intéressant» (comme il le dit si bien) dans cette affirmation, c’est l’utilisation de l’expression «armes égales». En utilisant ce terme, il sous-entend que les deux parties en cause s’exprimeront sur la place publique avec les mêmes moyens.
    – On peut premièrement voir l’utilisation d’une insulte en attribuant, de manière péjorative, le terme «détracteurs» à ceux qui se rangent du côté de la science.
    – On peut ainsi interpréter un appel à l’autorité parce que le terme «défenseur» apparaît bien plus noble que le terme «détracteur». Il est bien évident que, malgré les «armes égales» des deux parties, le spécialiste de l’homéopathie souhaite qu’on choisisse le camp des «gentils médecins qui prescrivent de l’homéopathie qui sont victimes haïssable Big Pharma»
    – L’utilisation des termes «armes égales» renvoie aussi à une illusion de connaissance. C’est mettre sur un pied d’égalité les données probantes de la science et les opinions sans fondements de la pseudo-science. Lorsqu’on sait si peu, on ne se rend pas compte que l’on perd le débat!
    Pour conclure, ce qui rend cette polémique «intéressante», c’est qu’elle fournira sans doute des exemples de tous les «arguments qui n’ont pas d’allure» présentés dans le livre.

    « Un des grands défis de la profession au Québec est la désinformation (…). C’est faux qu’il n’y a pas d’études positives en homéopathie, tout comme c’est faux de dire que c’est l’effet placébo. »
    – Renversement du fardeau de la preuve : Il affirme qu’il y a des études positives en homéopathies, mais ne prend pas la peine de les citer… C’est assez paradoxal avec le mot «désinformation» dans la phrase précédente!
    – Biais de confirmation : il a seulement l’air d’être convaincu seulement par les études dites «positives». Pourtant, sa phrase insinue que des études négatives existent aussi, mais il ne semble pas y accorder d’importance.

    « Les débats en France ne mèneront pas à un recul, l’homéopathie étant trop forte et établie là-bas. La France est capable d’arriver à aller chercher tout ce qui existe comme études et comme rapports qui prouvent que l’homéopathie, elle est efficace. »
    – Argument d’autorité : il prétend ici que se fier aux décisions ou aux mentalités d’un pays, c’est une bonne idée pour départager le vrai du faux en sciences.
    – Cherry picking : il propose d’aller chercher toutes les «études» qui lui plaisent pour convaincre les gens que l’homéopathie est efficace.
    – Argument de popularité : Il affirme ici que la popularité de l’homéopathie est plus grande et plus forte que le débat public. Ce serait donc, selon lui un combat gagné d’avance pour l’homéopathie (et donc perdu pour la santé des Français)
    – Biais de confirmation : en lien avec le cherry picking.

    Finalement, je pense qu’on peut saupoudrer par-dessus le tout :
    – Biais de confirmation
    – Illusion de connaissance

    Merci beaucoup pour ta lecture!

  5. Bonjour Olivier, je me suis déchaînée! Voici mon analyse, en espérant te faire sourire.

    « Malgré toutes ces controverses-là, bien que l’on dise que l’homéopathie n’est pas prouvée, ce qui n’est pas vrai, ça reste que les gens y adhèrent de plus en plus, parce que ça fonctionne. »
    Mon analyse : Bon, ne craignons pas de distinguer un mensonge d’un sophisme ici : quelque part dans cette pénible double négation, le type dit que (l’efficacité de) l’homéopathie est prouvée. C’est simplement faux. Suit un sophisme d’argument de popularité parce que n’est-ce pas, si c’est populaire ça fonctionne et si ça fonctionne, c’est populaire !

    « L’homéopathie fait l’objet d’inlassables débats depuis 200 ans. »
    Mon analyse : Ah, le meilleur ami de l’argument de popularité : l’appel à la tradition ! Celui-ci est assez maladroit, tout de même, puisqu’il nous rappelle que l’homéopathie fait rouler jusqu’au plafond les yeux des amateurs d’arguments rationnels depuis ses débuts.

    « La polémique qui fait rage en France est intéressante, dans une certaine mesure, puisqu’elle permettra aux détracteurs tout comme aux défenseurs de l’homéopathie de débattre à armes égales. »
    Mon analyse : À armes égales comme dans la pensée magique vaut une méta-analyse ? Pourquoi la fausse équivalence n’est-elle pas dans ta liste de sophismes, Pharmachien ? Mais on peut y voir un faux dilemme, parce qu’après tout nous devrions tous viser l’avancement de la recherche en santé, pas la victoire par K.O. sur son adversaire.

    « Un des grands défis de la profession au Québec est la désinformation (…). C’est faux qu’il n’y a pas d’études positives en homéopathie, tout comme c’est faux de dire que c’est l’effet placébo. »
    Mon analyse : Ouf, il va m’avoir par forfait… Ce commentaire sur la supposée désinformation suggère un sophisme de raison de la minorité : le grand méchant establishment scientifique contre le petit club des vaillants détenteurs de la vérité… Nous avons ensuite un beau cas de renversement de fardeau de la preuve dans « C’est faux de dire que c’est l’effet placebo » parfumé de cherry picking avec « C’est faux qu’il n’y a pas d’études positives en homéopathie ». À lui de prouver l’efficacité de son approche avec les mêmes critères rigoureux qu’on impose aux autres traitements. Et que fait-il des revues systématiques et méta-analyses de qualité sur l’homéopathie dont la conclusion est l’absence d’effet du traitement ?

    « Les débats en France ne mèneront pas à un recul, l’homéopathie étant trop forte et établie là-bas. La France est capable d’arriver à aller chercher tout ce qui existe comme études et comme rapports qui prouvent que l’homéopathie, elle est efficace. »
    Mon analyse : Quel manque d’originalité, on revient à l’argument de popularité coloré d’appel à la tradition en faisant état de la force et de l’établissement de l’homéopathie pour justifier de continuer à l’utiliser. Par ailleurs, espérons que « la France » ne va pas succomber à l’illusion de la connaissance en allant chercher tout ce qui s’écrit sur l’homéopathie ni s’adonner au cherry picking en allant chercher seulement ce qui nourrit un biais de confirmation en faveur de l’efficacité de l’homéopathie. Quel est le record du nombre de sophismes en une seule phrase ?

    Merci pour ce jeu, Pharmachien !

    Nadine Forget-Dubois

  6. Bien voyons! Si ils vendent des produits homéopathiques dans les pharmacies et que des milliers de personnes s’en servent, c’est que ca pas le choix de fonctionner!

  7. « Malgré toutes ces controverses-là, bien que l’on dise que l’homéopathie n’est pas prouvée, ce qui n’est pas vrai, ça reste que les gens y adhèrent de plus en plus, parce que ça fonctionne. »

    M. Labrèche commence avec une certaine ambiguïté du langage : il dit que ce n’est pas vrai que l’homéopathie n’est pas « prouvée ». Seulement, on comprend assez mal ce qu’il veut dire par « prouvée » : parle-t-il de son efficacité, de sa popularité, de son existence? Difficile de réfuter un argument si on ne le comprend pas…
    Ensuite, il prétend que la popularité de l’homéopathie prouve son efficacité : il fait alors un argument de la majorité. Pourtant, le fait que ce produit soit en grande demande ne prouve pas qu’il fonctionne.

    « L’homéopathie fait l’objet d’inlassables débats depuis 200 ans. »

    Ce n’est pas parce que l’homéopathie est utilisée depuis 200 ans qu’elle est efficace : en parlant du fait qu’elle existe depuis longtemps, M. Labrèche fait un appel à la tradition. Par ailleurs, il parle de « débats », alors qu’il s’agit plutôt d’un consensus scientifique comme quoi l’homéopathie est inefficace. Autrement dit, depuis 200 ans, les fondements-mêmes de l’homéopathie ont été jugés irrecevables scientifiquement.

    « La polémique qui fait rage en France est intéressante, dans une certaine mesure, puisqu’elle permettra aux détracteurs tout comme aux défenseurs de l’homéopathie de débattre à armes égales. »

    M. Labrèche a créé un joli homme de paille : il laisse entendre que les défenseurs de l’homéopathie et les professionnels de la santé n’ont jamais pu débattre sur un même pied d’égalité. Pourtant, tout bon scientifique est ouvert au débat – à condition qu’on ait des arguments solides pour soutenir ses propos. Plutôt que de s’attaquer aux vrais arguments des détracteurs de l’homéopathie, il se contente de déformer leurs propos.
    En effet, les scientifiques n’empêchent pas les défenseurs de l’homéopathie de s’exprimer, mais ils reprochent à des pseudo-scientifiques de donner des conseils sur la santé à des clients vulnérables. Ce qui est problématique ici, c’est de prétendre qu’un défenseur de l’homéopathie a les qualifications pour conseiller un patient au même titre qu’un professionnel de la santé. Pour donner une opinion sur la santé, par exemple en conseillant l’homéopathie à un client, il faut avoir une formation adéquate et scientifique. Or, l’homéopathie n’a aucun fondement scientifique et il est prouvé que son efficacité ne dépasse pas celle d’un placebo. D’une part, il serait immoral de la part d’un professionnel de conseiller ce produit à un patient et, d’autre part, une personne qui n’a pas de formation médicale ne peut pas prétendre être capable de guérir une autre personne.
    Bref, les scientifiques encouragent la liberté d’expression, mais celle-ci doit être bien soutenue et elle ne doit pas représenter un risque pour la santé des gens.

    « Un des grands défis de la profession au Québec est la désinformation (…). C’est faux qu’il n’y a pas d’études positives en homéopathie, tout comme c’est faux de dire que c’est l’effet placébo. »

    Il est très facile de se contenter de souligner les rares études positives en faveur de l’homéopathie, ce qu’on appelle du cherry picking, mais leur qualité est généralement douteuse et un nombre bien plus conséquent d’études prouvent que l’homéopathie est inefficace. Lorsqu’on cite des sources (ce qui n’est d’ailleurs pas le cas ici, car M. Labrèche ne rapporte pas les études auxquelles il fait référence, ce qui ne permet pas de contrevérifier l’information), il est important de tenir compte de toutes les données disponibles, pas seulement de celles qui viennent confirmer ses propos.

    « Les débats en France ne mèneront pas à un recul, l’homéopathie étant trop forte et établie là-bas. La France est capable d’arriver à aller chercher tout ce qui existe comme études et comme rapports qui prouvent que l’homéopathie, elle est efficace. »

    Enfin, M. Labrèche prétend que l’homéopathie est trop populaire pour être interdite en France, donc il utilise à nouveau l’argument de la majorité. Pourtant, le fait que beaucoup de gens utilisent l’homéopathie n’est, encore une fois, pas un gage de son efficacité. Ce qui doit être observé par des experts indépendants n’est pas son utilisation, mais ses résultats.
    Il ajoute que la France peut trouver les informations prouvant que l’homéopathie a des effets positifs, mais il omet de préciser qu’il est également possible de faire de même avec toutes les études qui prouvent qu’elle n’en a pas au-delà de l’effet placebo. Il fait à nouveau du cherry picking en ne tenant compte que des informations en faveur de son argumentation.

    • *** GAGNANTE #1 !!! ***

      Bravo Lydia, tu est l’une des deux gagnant(e)s ! (j’ai dû mettre deux personnes à égalité car j’ai reçues plein d’excellentes analyses et choisir la meilleure était impossible)

      Raisons pour ta victoire :

      – Ton analyse se tient parfaitement;
      – Tu as bien élaboré ton raisonnement;
      – Les arguments qui n’ont pas d’allure sont présentés clairement et logiquement;
      – Et en bonus, j’ai été super intéressé de lire ton idée sur l’homme de paille. Je n’avais pas vu ça de cette façon, pour moi c’était un renversement du ferdeau de la preuve. Mais ton idée comme quoi “il laisse entendre que les défenseurs de l’homéopathie et les professionnels de la santé n’ont jamais pu débattre sur un même pied d’égalité” est tout simplement géniale.

      Je te contacte par email pour qu’on puisse organiser la livraison de ton prix.

      Merci beaucoup d’avoir participé et encore bravo !

      Olivier

  8. Bonjour Pharmachien,

    Allons-y, je me risque !

    « Malgré toutes ces controverses-là, bien que l’on dise que l’homéopathie n’est pas prouvée, ce qui n’est pas vrai, ça reste que les gens y adhèrent de plus en plus, parce que ça fonctionne. »
    On peut commencer par « Confonde corrélation et causalité ». En effet, ce n’est pas nécessairement parce que ça fonctionne que les gens y adhèrent plus, mais probablement plutôt parce que le marketing est efficace. Ensuite, on pourrait aussi dire « Argument de la majorité » car on plaide que puisqu’il y a de plus en plus de monde qui y adhère, ça doit être efficace.

    « L’homéopathie fait l’objet d’inlassables débats depuis 200 ans. »

    J’invoquerais «l’ Appel à la tradition », dans ce cas. Quoi que, strictement parlant, le sophisme aurait été encore plus fort s’il avait été affirmé plus directement que « l’homéopathie est utilisée depuis 200 ans, ce qui démontre son efficacité ». Là, on dit plutôt que ça « fait l’objet de débat » depuis longtemps, sans nécessairement affirmer explicitement que c’est utilisé de façon efficace depuis 200 ans… Mais bon…

    « La polémique qui fait rage en France est intéressante, dans une certaine mesure, puisqu’elle permettra aux détracteurs tout comme aux défenseurs de l’homéopathie de débattre à armes égales. »

    Mmmm… Il y a probablement ici un « Renversement du fardeau de la preuve ». En effet, ça sous-entend que dans ce débat les « détracteurs » doivent démontrer que l’homéopathie ne fonctionne pas, alors que ça devrait plutôt être aux homéopathes de prouver qu’il y a une efficacité réelle. Les détracteurs peuvent difficilement prouver ce qui n’existe pas. Aussi, il y a probablement un peu de « faux dilemme » car on oppose « détracteurs » et « défenseurs » de l’homéopathie comme si c’était blanc ou noir et qu’il ne pouvait pas y avoir d’entre-deux. Le mandat confié à la Haute autorité de santé, en France, est probablement de se prononcer de façon neutre et objective au sujet de l’homéopathie, c.-à-d. sans avoir d’idée préconçue au départ. La HAS pourrait ainsi conclure que certains éléments d’homéopathie sont jugés efficaces et d’autres non (quoi que… enfin…).

    « Un des grands défis de la profession au Québec est la désinformation (…). C’est faux qu’il n’y a pas d’études positives en homéopathie, tout comme c’est faux de dire que c’est l’effet placébo. »
    Un deux pour un : « Cherry Picking » et « Biais de confirmation » : on sous-entend qu’il existe des études positives en homéopathie, en oubliant totalement (et consciemment) de mentionner qu’il existe un nombre considérable d’études qui n’ont démontré aucun effet (ou bien qui ont démontré son inefficacité). On choisit donc seulement les études qui font notre affaire.

    « Les débats en France ne mèneront pas à un recul, l’homéopathie étant trop forte et établie là-bas. La France est capable d’arriver à aller chercher tout ce qui existe comme études et comme rapports qui prouvent que l’homéopathie, elle est efficace. »

    Encore une fois, on peut évoquer l’« Argument de la majorité » selon lequel l’homéopathie en France est forte et établie. Ensuite, le même deux pour un : « Cherry Picking » et « Biais de confirmation » car on mentionne que la France peut aller chercher toutes les études qui montrent que ça fonctionne… en sous-entendant que la France va ignorer (ou même qu’elle doit ignorer) les études qui ne le démontre pas ou qui démontre son inefficacité.

    Bonne chance à tous !

    Guillaume

    • *** GAGNANT #2 !!! ***

      Bravo Guillaume, tu est l’un des deux gagnant(e)s ! (j’ai dû mettre deux personnes à égalité car j’ai reçues plein d’excellentes analyses et choisir la meilleure était impossible)

      Raisons pour ta victoire :

      – Ton analyse se tient parfaitement;
      – Tu as bien élaboré ton raisonnement;
      – Les arguments qui n’ont pas d’allure sont présentés clairement et logiquement;
      – En particulier pour l’argument sur la polémique, je pense que tu es en plein dans le mille avec renversement + faux dilemme;
      – Excellente réflexion sur l’appel à la tradition !

      Je te contacte par email pour qu’on puisse organiser la livraison de ton prix.

      Merci beaucoup d’avoir participé et encore bravo !

      Olivier

  9. « Malgré toutes ces controverses-là, bien que l’on dise que l’homéopathie n’est pas prouvée, ce qui n’est pas vrai, ça reste que les gens y adhèrent de plus en plus, parce que ça fonctionne. » Appel à l’ignorance + Argument de la majorité

    « L’homéopathie fait l’objet d’inlassables débats depuis 200 ans. » Appel à la tradition

    « La polémique qui fait rage en France est intéressante, dans une certaine mesure, puisqu’elle permettra aux détracteurs tout comme aux défenseurs de l’homéopathie de débattre à armes égales. » Renversement du fardeau de la preuve.

    « Un des grands défis de la profession au Québec est la désinformation (…). C’est faux qu’il n’y a pas d’études positives en homéopathie, tout comme c’est faux de dire que c’est l’effet placébo. » Cherry picking + Confondre corrélation et causalité.

    « Les débats en France ne mèneront pas à un recul, l’homéopathie étant trop forte et établie là-bas. La France est capable d’arriver à aller chercher tout ce qui existe comme études et comme rapports qui prouvent que l’homéopathie, elle est efficace. » Argument de conséquence/appel à la peur. + Argument d’autorité + Cherry picking

    Suite à l’écoute du vidéo:

    « Il y a des histoires de cas qui fonctionnent» Régression vers la moyenne

    ‘’Il y a des études qui fonctionnent, mais les grandes études des grands magazines sont toutes négatives’’ Cherry picking + Biais de confirmation

    ‘’Les mêmes arguments sont là depuis le début…mais il y a des gens qui disent que pour eux ça marche’’ Régression vers la moyenne

    ‘’ Je reconnais qu’il n’y a pas de principe actif dans le produit, mais c’est un mouvement social et une médecine reconnue dans 80 pays’’ : Argument de la majorité + Avoir raison par forfait

    Entre l’anecdote et la preuve, il y a un néant. Les preuves = viennent des grandes cies. Et elles ont préférées se manger l’une l’autre plutôt que de dire’’ on va prouver notre affaire’’ Attaquer la personne plutôt que ses arguments.

    Animateur : ‘’La France va en faire une étude indépendante’’ Réponse de l’homéopathe : ‘’mais comment sera-t-elle faite? Étude de marché comme en Suisse, ou en laboratoire… il y en a… moi je suis allé ils nous ont montré des éprouvettes bla, bla, bla… est-ce que l’on va présenter une foutaise totale’’ : Mauvaise analogie + Ambiguïté du langage + Ad hominem

    « Au Québec, pas de reconnaissance, néant, pas de structure. » Sous-entendu que c’est pour ça que l’on n’a pas prouvé le bien-fondé de l’homéopathie : Mauvaise analogie.

    « Parce que les corporations n’ont pas fait les grosses études avec les outils modernes pour prouver que ça marche, on devrait être sceptique » Appel à l’ignorance.

    • Line, c’est une SUPER analyse que tu as présentée !!!

      J’ai reçu plusieurs excellentes réponses, donc c’était très difficile de choisir un(e) gagnant(e). En fait, je suis passé à deux doigts de te déclarer gagnante… Ce qui a fait la différence est que d’autres ont élaboré davantage sur ce qui justifait leur choix d’arguments louches, donc pour des lecteurs qui liront ceci sans trop connaître les sophismes, c’est plus facile à comprendre.

      Aussi, je veux te dire un BRAVO spécial car en bonus, tu as analysé les propos de l’entrevue à TVA ! J’avais oublié que j’avais inclus le lien. Fait intéressant : l’intervenant à l’émission n’est pas l’homéopathe sur lequel portait le concours, mais plutôt un pharmacien québécois. Mais comme tu l’as constaté, leurs discours ici sont très similaires.

      Merci beaucoup d’avoir participé et à bientôt !

      Olivier

  10. Mireille Bergeron

    Bonjour, voici mes réponses à votre concours

    1- Argument de popularité
    2- Appel à la tradition
    3- Sophisme de la solution parfaite
    4- Appel à l’ignorance et faux dilemme
    5- Argument de popularité

    Merci pour ce concours!!

    Mireille

    • Merci BEAUCOUP Mireille pour ta participation !

      J’ai reçu plusieurs excellentes réponses, donc c’était très difficile de choisir un(e) gagnant(e). Tes réponses sont tout à fait valides. Ce qui a fait la différence est que d’autres ont élaboré davantage pour justifier leurs choix.

      A+!

      Olivier

  11. Frederic Buchanan

    « Malgré toutes ces controverses-là, bien que l’on dise que l’homéopathie n’est pas prouvée, ce qui n’est pas vrai, ça reste que les gens y adhèrent de plus en plus, parce que ça fonctionne. »

    Argument de la majorité (les gens y adhère de plus en plus), appel à l’ignorance (bien que l’on dise que…), faux dilemme (malgré toutes les controverses…bien que l’on dise…ce qui n’est pas vrai… ça reste que…ça fonctionne), ambiguïté du langage (j,ai dû relire plusieurs fois avant de comprendre) et je crois qu’il y a un biais de confirmation, mais ça s’applique pas mal dans n’importe quel cas où on parle d’homéopathie.

    « L’homéopathie fait l’objet d’inlassables débats depuis 200 ans. »

    Appel à la tradition (c’est vieux 200 ans!!), j’aurais dit Loi de Godwin puisque le débat dure depuis (trop) longtemps, et il arrive que les gens utilisent parfois des arguments extrèmes, mais ça n’est pas explicitement cité, c’est tout simplement comme ça avec l’homéopathie, je trouve que c’est plus idéologique que “médical”.

    « La polémique qui fait rage en France est intéressante, dans une certaine mesure, puisqu’elle permettra aux détracteurs tout comme aux défenseurs de l’homéopathie de débattre à armes égales. »

    Faux dilemme (il n’y a que des détracteurs et des défenseurs?), et à armes égales? Si l’homéopathie fonctionnait réellement, il n’y aurait même pas un débat, donc pas besoin d’arme! Sans compter que c’est de jouer la victime (et je vois souvent “jouer la victime” dans des débats et c’est de la bullshit!).

    « Un des grands défis de la profession au Québec est la désinformation (…). C’est faux qu’il n’y a pas d’études positives en homéopathie, tout comme c’est faux de dire que c’est l’effet placébo. »

    Mauvaise analogie, je vais dire ambiguïté du langage, je déteste les doubles négatif dans une phrase supposée être d’ordre intellectuel, j’aurais aimé l’option argument d’authorité renversé (tel et tel expert disent que ça ne fonctionne pas, donc ça doit être des FAKE NEWS!) et pour l’argument à propos de l’effet placebo, en plus de ne pas avoir d’appui pour affirmer ça (renversement du fardeau de la preuve).

    « Les débats en France ne mèneront pas à un recul, l’homéopathie étant trop forte et établie là-bas. La France est capable d’arriver à aller chercher tout ce qui existe comme études et comme rapports qui prouvent que l’homéopathie, elle est efficace. »
    Appel à la tradition (l,Homéopathie est établie et forte), cherry picking (puisqu’ils chercheront seulement les arguments en leur faveur) et donc biais de confirmation, avoir raison par forfait (“les débats ne mèneront pas à un recul, puisqu’on va s’obstiner jusqu’à temps que vous nous donniez raison!”).

    Et sur toutes les citations, comme je ne sais pas du tout les sources de M. Labrèche, je dirais que c’est assez générique comme arguments et qu’il doit souffrir d’une “illusion de connaissance”.

    Voilà!

    • Frédéric, c’est une EXCELLENTE analyse ! Bravo !

      J’ai reçu plusieurs très bonnes réponses, donc c’était difficile de choisir un(e) gagnant(e). En fait, tu es passé à deux doigts de gagner… c’était très serré.

      Aussi tu mérites un bravo spécial, car tu as fait un effort particulier pour citer les passages spécifiques, et aussi pour trouver le maximum d’arguments.

      Et enfin, points bonus aussi pour ceci, qui est brillant : avoir raison par forfait (“les débats ne mèneront pas à un recul, puisqu’on va s’obstiner jusqu’à temps que vous nous donniez raison!”)

      Merci beaucoup d’avoir participé et à bientôt !

      Olivier

  12. *** CONCOURS ***

    Bonne lecture!

    « Malgré toutes ces controverses-là, bien que l’on dise que l’homéopathie n’est pas prouvée, ce qui n’est pas vrai, ça reste que les gens y adhèrent de plus en plus, parce que ça fonctionne. »
    —> Appel à l’ignorance: Il dit «l’homéopathie n’est pas prouvé, mais ce n’est pas vrai.» Ok, dude, sont où tes preuves? On te croit sur parole? Ou ben c’est efficace jusqu’à ce qu’on prouve le contraire?
    —> Argument de la majorité: Il dit que c’est parce que ça fonctionne que les gens y adhèrent. Ben non. Plein de gens partagent des niaiseries sur les réseaux sociaux, ça en fait pas des vérités! La majorité peut très bien se gourer!

    « L’homéopathie fait l’objet d’inlassables débats depuis 200 ans.»
    —> Appel à la tradition: Vu que ça fait longtemps qu’on en débat, ça devrait signifier que c’est donc un sujet valable ou sérieux? J’aimerais bien savoir ça fait combien de temps qu’on débat de l’existence du yéti! des fantômes! des extraterrestres! Tous ces sujets restent encore très questionnables même s’il y a bien longtemps qu’on les étudie.
    —> Appel à l’ignorance: Encore une fois, vu qu’on en débat encore, il semble affirmer que c’est parce qu’on n’a pas encore prouvé que ça ne fonctionnait pas, donc ça fonctionne.

    « La polémique qui fait rage en France est intéressante, dans une certaine mesure, puisqu’elle permettra aux détracteurs tout comme aux défenseurs de l’homéopathie de débattre à armes égales. »
    —> Illusion de connaissance: En pensant qu’on met les détracteurs et les défenseurs de l’homéopathie sur un même pied d’égalité, on affirme qu’ils ont le même niveau de connaissance, ce qui est rarement le cas.
    —> Renversement du fardeau de la preuve: Enfin! Les détracteurs vont être obligés de prouver aux défenseurs qu’ils ont tort. Ainsi tous mis sur la sellette, ils n’auront pas le choix de faire leur plaidoyer pour ou contre l’homéopathie.

    « Un des grands défis de la profession au Québec est la désinformation (…). C’est faux qu’il n’y a pas d’études positives en homéopathie, tout comme c’est faux de dire que c’est l’effet placébo. »
    —> Cherry picking: Sans réellement citer des sources, il fait mention qu’il existerait des données favorables à l’homéopathie. Il concentre l’attention sur ces éléments spécifiques, sans considérer une vue d’ensemble.

    —> Avoir raison par forfait: Il répète que c’est faux d’insinuer que l’homéopathie est sans fondement scientifique, sous-entendant qu’il y aurait des données confirmant sa valeur, sans toutefois élaborer sur ces données. Il dit simplement que les arguments contre l’homéopathie sont faux sans rien ajouter.

    « Les débats en France ne mèneront pas à un recul, l’homéopathie étant trop forte et établie là-bas. La France est capable d’arriver à aller chercher tout ce qui existe comme études et comme rapports qui prouvent que l’homéopathie, elle est efficace. »
    —> Appel à la tradition: Ce n’est pas parce qu’une chose est bien installée qu’on ne peut pas la déloger, ça prendra peut-être plus de temps pour se faire, mais ça se fait.

    —> Cherry picking: Il ne cite pas d’études précises, mais il ne fait allusion qu’aux catégories qui font son affaire, soit celles qui appuient l’homéopathie.

    —> Biais de confirmation: Il ne retient que ce qui appuie son point de vue, soit les études et les rapports qui appuient l’homéopathie. Dans une démarche scientifique honnête, on doit étudier autant le pour et le contre.

    C’était pas facile! Merci pour ce concours!

    • Izabelle, bravo pour cette SUPER bonne analyse !

      J’ai reçu plusieurs très bonnes réponses, donc c’était difficile de choisir un(e) gagnant(e). C’était très serré et tu aurais facilement pu gagner.

      Aussi tu mérites un bravo spécial pour avoir identifié les appels à l’ignorance (tu es la seule ou presqu eà l’avoir fait, je crois).

      Merci beaucoup d’avoir participé et à bientôt !

      Olivier

  13. Chantal Deschenes

    Le pharmachien, quand ma fille était encore incapable de faire du vélo à 10 ans. Après une énième journée à essayer, en la bordant le soir, je lui ai dit : dommage qu’il n’existe pas de granules pour faire du vélo.
    Le lendemain matin elle enfourche son vélo et part! Bingo. Je lui demande qu’est-ce qui s’est passé ? Elle me répond qu’elle a fait semblant de prendre des granules qui font faire du vélo. Donc, ça marche les granules, même quand on en prend pô. 😂😂😂
    Oui, j’ai peut-être abusé des granules alors que mes enfants étaient jeunes. Mais c’était très efficace pour leu travailler le mental lolllll
    Ils vont Bizouxxx aujourd’hui et ne prennent pas de granules. Ils vont probablement les ressortir quand ils auront des enfants…
    Merci d’exister monsieur le Pharmachien

    • Hahaha, j’ADORE cette anecdote !!! 😀
      En fait, ta fille a mine de rien inventé une nouvelle forme de traitement : l’homéopathie imaginaire ! Suffit de s’imaginer qu’on prend de l’homéopathie et l’effet placebo fait le reste du travail. C’est tout simplement génial et c’est un traitement que j’endosserais n’importe quand, surtout qu’il est gratuit.
      Dis bravo à ta fille pour moi, c’est la meilleure !!!
      (et tu peux te féliciter également pour avoir fait germer l’idée… 😉 )
      A+!
      Olivier

  14. Je peux pas participer (Europe) et j’ai pas lu le tome 3 mais j’adore dézinguer les pseudo-sciences donc je réponds :) Et puis vous faites du bon boulot, ça mérite d’être défendu.

    >ça reste que les gens y adhèrent de plus en plus, parce que ça fonctionne.
    Oui. Une tablette de chocolat par jour aussi me fait un bien fou. Et je connais des tas de gens bien d’accord. Mais personne ne veut fonder une école de médecine du chocolat. C’est déplorable. Alors que sur moi c’est plus efficace que l’homéopathie.

    >puisqu’elle permettra aux détracteurs tout comme aux défenseurs de l’homéopathie de débattre à armes égales
    Ben non vu qu’un défenseur de l’homéopathie se situe plutôt sur le plan… des religions? De la superstition?
    Donc ils vont s’ennuyer à parler avec des scientifiques.

    >Un des grands défis de la profession au Québec est la désinformation
    Probable. La plus importante désinformation vient des médecins homéopathes qui prétendent qu’ils ne sont pas des charlatans ou des enluminés.

    >tout comme c’est faux de dire que c’est l’effet placébo
    Pour avoir vécu et observé l’effet placebo (sans accent, c’est un mot latin, ignarus stulti!), je serais vous, je cesserai de rigoler avec l’effet placebo et je me reconvertirais dans ce domaine avant qu’il ne soit trop tard.

    >Les débats en France ne mèneront pas à un recul, l’homéopathie étant trop forte et établie là-bas. La France est capable d’arriver à aller chercher tout ce qui existe comme études et comme rapports qui prouvent que l’homéopathie, elle est efficace.

    La France a aussi tranché la tête d’un roi à une époque où ça semblait un sacrilège pour l’Europe entière, où ça semblait un recul, une aberration (même si j’admets que les rostbeef avaient un précédent : Charles Ier ). Et terminé sa lignée. Tchac.
    Par ailleurs la France a des soucis économiques et cesser de rembourser des placebos lui économiserait pas mal de fric à sa sécurité sociale (et d’éviter de boire rond).
    Enfin les français ont un nombre certain de chercheurs qui sont de vrais scientifiques.
    A French, my little sweetlove.

    PS: j’ai appris que les homéopsychopathes se lancent dans l’agriculture. J’attends les catastrophes…

    • J’imagine qu’entendre un homéopathe québécois vanter l’ouverture de la France sur le sujet est assez ahurissant pour toi, considérant que vous déployez beaucoup plus d’efforts que nous pour vous débarrasser de ces produits !!!

      Merci pour les commentaires ! 😀

      Olivier

      • “J’imagine qu’entendre un homéopathe québécois vanter l’ouverture de la France sur le sujet est assez ahurissant pour toi, considérant que vous déployez beaucoup plus d’efforts que nous pour vous débarrasser de ces produits !!!”
        Bof… Notre pays est vér0lé tout idem… J’ai quelques proches qui jurent par l’homé0pathie. Grand bien leur fasse… Ca les changera de la belladone bio (=”organique”).
        C’est juste que faute de Dieu ou autre chose, ben quand la médecine normale ne marche plus, on espère…
        Au niveau de l’Etat. Bah, c’est une question de politique. Les homéos sont minoritaires et ils coûtent cher même s’ils produisent du salaire (labo B0!r0n – ils l’ont bien nommé: aval€ ça et b0!s (beaucoup) d’eau). D’un autre coté ils ont pas mal de clients. Terminé.

        De plus, c’est un autre argument “traditionnel” (et factice) que de dire:
        “Regardez dans tel pays ils ont ça et tout va bien alors il faut la même chose chez nous”.
        Alors que souvent:
        – Le “la même chose chez nous” est rarement exactement la même chose que dans le pays en question
        – tout ne va pas si bien que ça dans le pays en question, souvent à cause de la “solution”.
        – il a une économie/système social/etc. complètement différent du notre.

        Mais c’est plus souvent évoqué dans le domaine politique que dans le domaine… scientifique (? parce que homéopathie et scientifique… pas depuis 1700? 1800?).
        (Tchac)
        (désolé, j’ai craqué… :-D)

  15. Argument de popularité,
    Appel à la tradition,
    Appel à l’ignorance,
    Appel à l’autorité,
    Argument de popularité

    Merci pour ce concours 🤓

    • Merci BEAUCOUP Mélanie pour ta participation !

      J’ai reçu plusieurs excellentes réponses, donc c’était très difficile de choisir un(e) gagnant(e). Ce qui a fait la différence est que d’autres ont élaboré davantage, ce qui me permettait de savoir à quels passages spécifiques étaient associés les arguments louches. Tous ceux que tu mentionnes étaient présents, cela dit.

      A+!

      Olivier

  16. Mélissa Dumouchel

    1. Argument de la majorité (« les gens y adhèrent de plus en plus »)
    Confondre corrélation et causalité (« les gens y adhèrent de plus en plus, parce que ça fonctionne »)
    2. Appel à la tradition (« débats depuis 200 ans »)
    3. Biais de confirmation et illusion de connaissance (« elle permettra aux détracteurs tout comme aux défenseurs de l’homéopathie de débattre à armes égales »)
    4. Ad hominem (« Un des grands défis de la profession au Québec est la désinformation »)
    Argument d’autorité (« C’est faux qu’il n’y a pas d’études positives »)
    Cherry picking (« c’est faux de dire que c’est l’effet placébo »)
    5. Argument de la majorité (« l’homéopathie étant trop forte et établie là-bas »)
    Biais de confirmation (« qui prouvent que l’homéopathie, elle est efficace »)

    Beau concours! Merci!

    • Merci BEAUCOUP Mélissa pour ta participation !

      J’ai reçu plusieurs excellentes réponses, donc c’était très difficile de choisir un(e) gagnant(e). Tes réponses sont tout à fait valides. Ce qui a fait la différence est que d’autres ont élaboré davantage pour justifier leurs choix.

      A+!

      Olivier

  17. Coucou!

    Bon, je me lance… pour le fun parce que je trouve ton concours trop cool. Et parce que de toute façon, tu vas me le dédicacer quand même au salon du livre. 😉

    « Malgré toutes ces controverses-là, bien que l’on dise que l’homéopathie n’est pas prouvée, ce qui n’est pas vrai, ça reste que les gens y adhèrent de plus en plus, parce que ça fonctionne. »
    Ici, on a un bel exemple d'”Argument de popularité” : on a réussi à enfirouaper plein de monde donc ça marche!

    « L’homéopathie fait l’objet d’inlassables débats depuis 200 ans. »
    L'”Appel à la tradition” typique, mais c’est un amateur. Pourquoi ne pas remonter à la préhistoire? Il y avait sûrement des homéopathes à l’époque; ils se donnaient juste un autre nom.

    « La polémique qui fait rage en France est intéressante, dans une certaine mesure, puisqu’elle permettra aux détracteurs tout comme aux défenseurs de l’homéopathie de débattre à armes égales. »
    Bon, là j’en arrache un peu… J’aurais été portée à identifier l'”Argument du martyr persécuté” (on va enfin avoir la chance de s’exprimer), mais tu l’as oublié dans ton livre. J’hésite donc entre l'”Illusion de connaissance” (on va pouvoir bombarder même ceux qui nous ignorent habituellement) et le “Renversement du fardeau de la preuve” (que les scientifiques prouvent à tous qu’on a tort). Je te laisse choisir.

    « Un des grands défis de la profession au Québec est la désinformation (…). C’est faux qu’il n’y a pas d’études positives en homéopathie, tout comme c’est faux de dire que c’est l’effet placébo. »
    Encore l'”Argument du martyr persécuté”… Mais, cette fois, j’irais avec le “Renversement du fardeau de la preuve” : ce n’est pas prouvé qu’on a tort…

    « Les débats en France ne mèneront pas à un recul, l’homéopathie étant trop forte et établie là-bas. La France est capable d’arriver à aller chercher tout ce qui existe comme études et comme rapports qui prouvent que l’homéopathie, elle est efficace. »
    Ici on a l'”Argument de popularité” avec une touche d'”Argument d’autorité” : Les Français sont des experts de la santé; tout le monde le sait.

    J’ai eu ben du fun! Si tu as d’autres idées de défis du même style, ce n’est pas obligé d’être des concours!

    Continue comme ça, je suis fan.

    Lucie

    • Merci BEAUCOUP Lucie pour ta participation !

      J’ai reçu plusieurs excellentes réponses, donc c’était très difficile de choisir un(e) gagnant(e). Tes réponses sont excellentes d’ailleurs.

      “Argument du martyr persécuté” : je ne le connaissais pas celui-là !

      Au plaisir de te voir au Salon du livre ! 😀

      A+!

      Olivier

  18. Très belle idée de concours. Saviez-vous qu’un de vos collègues, le pharmacien Jean-Yves Dionne, lors d’une entrevue à TVA a essentiellement tenus les mêmes propos, défendant l’homéopathie à l’aide des mêmes sophismes que l’homéopathe ?

    Comment se fait-il que votre ordre professionnel accepte une telle chose ?

    https://www.tvanouvelles.ca/2018/09/03/lhomeopathie-au-cur-dune-controverse-1

    • Salut Marc-André !

      Merci de m’en avoir avisé, je n’avais pas écouté le vidéo ! Tu as raison.

      “Comment se fait-il que votre ordre professionnel accepte une telle chose ?”

      Je me suis déjà penché sur l’aspect déontologique de recommander l’homéopathie. Notre Ordre n’a pas de position spécifique à cet effet, mais nous demande de baser nos choix cliniques sur les données scientifiques probantes. On nous demande aussi de respecter le choix individuel des clients, mais on doit surtout faire des choix dans leur meilleur intérêt. Donc ma compréhension est que recommander des produits homéopathiques sans vraiment savoir de quoi il s’agit, ou encore en présentant une information incomplète au client, est un problème éthique, voire une infraction. Mais c’est le syndic de l’Ordre qui juge de telles situations, pas moi.

      Il y a plusieurs pharmacien(ne)s au Québec qui défendent encore l’homéopathie, souvent à l’aide de ce genre de sophismes. C’est désolant et frustrant. C’est aussi la preuve que faire de la vulgarisation scientifique n’est pas seulement pour sensibiliser/éduquer le grand public, mais parfois aussi les scientifiques eux-mêmes.

      A+!

      Olivier

  19. Super ! Je suis vraiment content ! J’ai déjà hâte de le lire avec mes enfants !

    Merci beaucoup Olivier de nous faire réfléchir et de nous faire travailler pour améliorer notre logique et notre compréhension des enjeux reliés à la santé, entre autres.

    Guillaume

Fais tes commentaires ici! (ils n'apparaîtront pas immédiatement car je dois les approuver d'abord pour éviter le spam et les liens URL douteux)